Aller au contenu principal
Radio Ephémère

Radio Ephémère

L’INA crée le 4 décembre, une radio éphémère pour fêter les 10 ans de son Certificat de qualification professionnelle "Animateur·rice radio".

Publié le 30.11.2020
Crédits photo : Didier Allard

Il y a 10 ans l’Institut national de l’audiovisuel (l’INA), au sein de son centre de formation, créait avec la CPNEF de l’audiovisuel et  l’Afdas,  le Certificat de qualification professionnelle (CQP)   d’Animateur·rice radio. Pour célébrer cet anniversaire une radio éphémère sera mise en place « La Matinale des 10 ans », le vendredi 4 décembre de 9h à 12h.

L’INA est le seul institut aujourd’hui à délivrer ce Certificat de qualification professionnelle. Avec 115 diplômés sur les 10 dernières promotions, le CQP Animateur·rice radio a fait la preuve de sa valeur et a été adopté par l’ensemble des radios du paysage radiophonique français : du service public aux radios associatives, en passant par les radios commerciales et les radios en langue régionale.

La formation est construite autour d'un enchaînement d'apport théorique et de mise en situation professionnelle, elle est encadrée par une équipe de professionnels reconnus et en activités dans le secteur de la radio, elle est complétée par des phases opérationnelles en entreprise. Elle se déroule pendant 98 jours répartis en 60 jours (420 h) à l’INA et 38 jours (266 h) en entreprise. Cette formule gagnante affiche 60% d’insertion.

Cette formation CQP d’Animateur·rice radio prend en compte les évolutions technologiques. Avec le digital, l’animateur.rice radio doit intégrer les nouvelles formes de dialogue avec les auditeurs. Qu’il s’agisse de sa manière d’animer un programme ou s’exprimer via les réseaux sociaux, l’engagement de l’auditeur est au centre des préoccupations. Ainsi son rôle devient celui d’un médiateur qui co-construit son émission avec les auditeurs, plutôt qu’un animateur qui intervient pour le public.

Cette émission spéciale sera animée par Eric Lange, journaliste et formateur au CQP, en duo avec Arnaud Sicot, diplômé de la 8ème promotion. Elle sera l’occasion de comprendre les nouveaux usages de la radio aujourd’hui et de tracer les perspectives de la formation de demain. Trois heures d’antenne, composée d’interviews, de notes d’humeur, de cartes postales sonores, de témoignages, et quelques surprises radiophoniques, pour vous faire vivre 10 ans de formation et d’expériences humaines.

Actualités

Les actualités de l'INA

La vulgarisation de la conquête spatiale à la télévision
Conférence
Jean-Pierre Mader : «Un gros succès populaire, c'est du travail, un peu de talent et 80% de chance»
Conférence
Le féminisme en ligne est-il un néo-féminisme ?
Elena Avdija : «Les femmes cascadeuses sont des battantes»
L’INA lance le lab : la data média au service des chercheurs
Lamya Essemlali : «Rester gentiment assis sur son canapé ne suffit plus»
«Le problème nucléaire s’ajoute au problème climatique»
Conférence
Écologie : «On en demande beaucoup au sport»
«Les GAFAM définissent comment le grand public accède à l’information sur Internet»
«80 %» : un podcast sur le handicap invisible et les métiers de l’audiovisuel
Opération spéciale
Bonjour Sagan ou la naissance d'un roman mythique
Diffusion
Léa Veinstein : «Le témoignage de Simone Veil est un combat»
Podcast
madelen vous offre le premier épisode d’une série culte chaque lundi sur sa nouvelle chaîne Youtube
Opération spéciale
Allain Bougrain-Dubourg : « Nous avons posé les bases de l’engagement écologique »
Rencontre
Balavoine, enquête sur un destin tragique
Diffusion
AKOUSMA : la célébration de l'écoute
Concert
Jean Blaise : « Paris a été la première ville du monde à proposer Nuit Blanche »
« Tout n’a pas été dit en musique »
Rencontre
Le punk est mort, vive le punk
Comment juge-t-on la bande-son d’un film ?
Les femmes sous-représentées dans le documentaire
Comment les premières images de La Cinq ont été retrouvées
Collection
Nina Hazel : « Avec la fanfiction, l’histoire ne s’arrête jamais »
Quand la pochette de disque se transforme en objet de décoration connecté
«Je me suis demandé comment utiliser des extraits de "Shoah" dans des classes»