Aller au contenu principal
«Madame est servie», la série qui a inversé les rôles, à voir sur madelen

«Madame est servie», la série qui a inversé les rôles, à voir sur madelen

Série emblématique des années 80, « Madame est servie » est désormais disponible dans son intégralité sur madelen, la plateforme de l'INA. Une sitcom joyeusement féministe arrivée en France en 1987 qui a cassé les codes et marqués les mémoires.

Par l'INA - Publié le 12.12.2023

Angela, Tony, Samantha, la pétillante Dona et tout le casting de la série culte « Madame est servie » débarquent sur madelen. Crédits : INA

Diffusée pour la première fois sur NBC en 1984, Madame est servie, comédie télévisée américaine, a su conquérir le cœur du public grâce à son humour, ses personnages attachants et ses situations loufoques. Un succès qui réside principalement sur un humour familial et des situations comiques.

Le scénario tourne autour de Tony Micelli (interprété par le charismatique Tony Danza) veuf, père de Samantha (incarnée par la jeune Alyssa Milano) et ancien joueur de baseball professionnel, qui devient l’homme à tout faire d'Angela Bower (Judith Light), une « working woman » directrice d’une agence de publicité, divorcée et mère de Johnathan (Danny Pintauro).

Comme le soulignent nos confrères du journal Le Monde « Madame est servie bénéficie depuis quelques années d’une relecture féministe ». Déjà par son titre (Who's the Boss? en version originale), la sitcom repense les relations homme-femme au sein du foyer dans une époque marquée par la prédominance de la figure masculine. Ici Angela Bower est une femme indépendante, tant socialement que financièrement, qui ne sacrifie pas sa carrière pour s’occuper de son fils. Exit la charge mentale pour Angela, elle revient à Tony, l’homme au foyer. En jouant sur cette inversion des rôles, les scénaristes vont créer des situations cocasses, des quiproquos et des malentendus toujours drôles et bienveillants. Une petite révolution pour l’époque.

Que l'on découvre la série pour la première fois ou que l'on replonge dans les épisodes cultes, Madame est servie reste une véritable pépite du petit écran. À voir ou à revoir en intégralité sur madelen.

Le couple Angela Bower (Judith Light) / Tony Micelli (Tony Danza).  Crédits : INA.

Tony Micelli, l'homme au foyer de « Madame est servie ». Crédits : INA.

La cuisine, pièce centrale de toutes les sitcoms américaines. Crédits : INA.

La série révèle la jeune actrice Alyssa Milano. Crédits INA.

« Madame est servie », une comédie sur la famille et les relations intergénérationnelles. Crédits : INA

Lancer le diaporama : 5 images

Rencontre avec Magali Barney, la voix française d'Alyssa Milano, qui nous raconte ses souvenirs de la série et de son rapport au personnage de Samantha.

Actualités

Les actualités de l'INA

L'INA dévoile la plus large étude jamais réalisée sur la diffusion du documentaire à la télévision
À quoi ressemblaient les campagnes françaises dans les années 60
Sur Youtube, Mireille Dumas retrouve ses anciens témoins
«Madame est servie», la série qui a inversé les rôles, à voir sur madelen
Festival Présences 2024
Vous savez comment on avortait lorsque c'était interdit : l'INA lance un appel à témoins
Regardez les années 70 en version originale avec la chaîne INA 70
Julie Dachez : «Les médias contribuent à véhiculer cette image de l'autisme comme tare»
«S.P.A.M.», la série qui aide les enseignants et les élèves à décrypter les médias et l’information
Serge Viallet : «Nous sommes des archéologues de l’image»
À la recherche du tombeau perdu de Néfertiti
«Ginette Kolinka : nous n’étions rien», une nouvelle série du podcast «Mémoires de la Shoah»
Hommage à Pierre Richard au festival Au-delà de l’écran de Vincennes
L'INA lance Ardivision, sa première Fast TV
«Duels d’Histoire» : donner aux femmes leur juste place dans l'Histoire
«Le film "Shoah" ne répond pas à la question du pourquoi ?»
Les mots de Georges Kiejman sur la Shoah : «Pardon d’avoir survécu»
«L’étude des oasis nous apporte des solutions pour faire face au réchauffement climatique»
Johnny Hallyday : décryptage d’un symbole de la culture populaire et du patrimoine français
«Le rap a gagné la guerre en devenant la musique populaire par excellence»
Serge Viallet : «Nous sommes des archéologues de l’image»
La République électronique de Dombrance
Le féminisme en ligne est-il un néo-féminisme ?
Léa Veinstein : «Le témoignage de Simone Veil est un combat»