Aller au contenu principal
L'INA dévoile la plus large étude jamais réalisée sur la diffusion du documentaire à la télévision

L'INA dévoile la plus large étude jamais réalisée sur la diffusion du documentaire à la télévision

À l’occasion du Festival international du film documentaire de Biarritz, (FIPADOC), l’INA a dévoilé son étude « 20 ans de documentaire à la télévision, du genre aux genres », la plus large étude jamais réalisée sur la diffusion du documentaire à la télévision française. L’étude met en évidence la diversité des formats du genre documentaire, les fortes disparités entre les chaînes, et les inégalités femmes-hommes qui marquent durablement le genre.

Par l'INA - Publié le 25.01.2024

Une programmation centrée sur la rediffusion

Sur l’ensemble de la période étudiée, plus de 80 % des documentaires visibles à la télévision ont été des œuvres rediffusées. Le format de référence du « documentaire de création » (une œuvre originale, d’environ 52 minutes), mis en valeur en prime time, est loin de suffire pour remplir les cases dévolues au documentaire : si le format intermédiaire (27 à 52 minutes) correspond à la moitié (52 %) des œuvres proposées au public, les formats courts sont également bien représentés (31 %) et largement rediffusés.

Lancer le diaporama : 3 images

La fragilisation des diffuseurs historiques

Arte et France 5 se sont imposées comme les chaînes du documentaire : elles ont diffusé, à elles deux, près de 80 % de l’offre (sur le périmètre des chaînes « historiques ») depuis 2000, France 2 arrivant en troisième position. Dans la période, de nouvelles chaînes accordant une place de choix au documentaire sont apparues sur le câble, le satellite et la TNT, comme RMC Découverte. Ces nouveaux diffuseurs ont bouleversé le paysage en proposant des formats à la frontière du documentaire, comme le « docu-réalité » -un format très populaire depuis 2013 et qui compose près de 60 % de l’offre de RMC Découverte, 6ter mais aussi France 4. Avec l’apparition de ces nouveaux acteurs, le nombre de diffusions de programmes documentaires a été multiplié par 12 entre 2000 et 2022.

Lancer le diaporama : 3 images

Une proportion de réalisatrices minoritaire mais en hausse

25 % seulement des premières diffusions ont été réalisées par des femmes, contre 75 % par des hommes (la proportion de femmes réalisatrices a cependant légèrement augmenté depuis 2019, se stabilisant à 32 % en 2022). Pour la première fois, une analyse a été menée sur « les voix du savoir » : une mesure automatique des temps de parole grâce aux outils IA développés par l’INA a permis d’analyser les 3500 heures de documentaires diffusés en prime time ces 5 dernières années. Le constat est sans appel : les hommes y parlent, en moyenne, 2,2 fois plus que les femmes.

Lancer le diaporama : 3 images

Actualités

Les actualités de l'INA

L’INA célèbre la «République électronique» au Trianon à Paris
L'INA dévoile la plus large étude jamais réalisée sur la diffusion du documentaire à la télévision
À quoi ressemblaient les campagnes françaises dans les années 60
Sur Youtube, Mireille Dumas retrouve ses anciens témoins
«Madame est servie», la série qui a inversé les rôles, à voir sur madelen
Festival Présences 2024
Vous savez comment on avortait lorsque c'était interdit : l'INA lance un appel à témoins
Regardez les années 70 en version originale avec la chaîne INA 70
Julie Dachez : «Les médias contribuent à véhiculer cette image de l'autisme comme tare»
«S.P.A.M.», la série qui aide les enseignants et les élèves à décrypter les médias et l’information
Serge Viallet : «Nous sommes des archéologues de l’image»
À la recherche du tombeau perdu de Néfertiti
«Ginette Kolinka : nous n’étions rien», une nouvelle série du podcast «Mémoires de la Shoah»
Hommage à Pierre Richard au festival Au-delà de l’écran de Vincennes
L'INA lance Ardivision, sa première Fast TV
«Duels d’Histoire» : donner aux femmes leur juste place dans l'Histoire
«Le film "Shoah" ne répond pas à la question du pourquoi ?»
Les mots de Georges Kiejman sur la Shoah : «Pardon d’avoir survécu»
«L’étude des oasis nous apporte des solutions pour faire face au réchauffement climatique»
Johnny Hallyday : décryptage d’un symbole de la culture populaire et du patrimoine français
«Le rap a gagné la guerre en devenant la musique populaire par excellence»
Serge Viallet : «Nous sommes des archéologues de l’image»
La République électronique de Dombrance
Le féminisme en ligne est-il un néo-féminisme ?
Léa Veinstein : «Le témoignage de Simone Veil est un combat»