Aller au contenu principal
L’archive préférée d’Étienne Klein : l’interview de Robert Oppenheimer à l’ORTF

L’archive préférée d’Étienne Klein : l’interview de Robert Oppenheimer à l’ORTF

Physicien et philosophe des sciences, Étienne Klein s’est prêté au jeu de notre série « Mon archive préférée ». Son choix s’est porté sur l’interview de Robert Oppenheimer, père de la bombe atomique, à l’ORTF en 1958.

Par Benoît Dusanter - Publié le 04.12.2023 - Mis à jour le 08.01.2024
 

Le 5 juin 1958, le journaliste Pierre Desgraupes a eu le « redoutable et intime honneur de recevoir » Robert Oppenheimer, physicien et père de la bombe atomique en visite à Paris. Une interview au ton grave et solennel diffusée sur l’ORTF, 13 ans après Hiroshima et Nagazaki.

C'est l'archive préférée d'Étienne Klein, physicien et philosophe des sciences.

Ce qui l'interpelle d’abord dans cette archive, c’est l’apparence de Robert Oppenheimer. Il décrit un homme maigre fumant la pipe et prenant le temps de la réflexion avant de répondre « dans un français presque impeccable ». Il insiste sur « l’intensité du regard » de Robert Oppenheimer, « un regard que l’on ne retrouve pas chez le personnage incarné dans le film de Christopher Nolan ».

Sur le fond, Étienne Klein souligne la manière dont Robert Oppenheimer fait l’éloge de la connaissance et de la vulgarisation scientifique, « la vérité scientifique doit être connue de tous ». Mais ce qui l’intéresse surtout dans cette archive, c’est « le nouveau statut du physicien » incarné par Robert Oppenheimer. À l’instar du mythe de Prométhée, cette interview pose la question de la responsabilité du scientifique face à sa création, des doutes et des incertitudes auxquels il doit faire face.

Cet entretien de Pierre Desgraupes et Robert Oppenheimer est à retrouver ci-dessous :

Actualités

Les actualités de l'INA

L’INA célèbre la «République électronique» au Trianon à Paris
L'INA dévoile la plus large étude jamais réalisée sur la diffusion du documentaire à la télévision
À quoi ressemblaient les campagnes françaises dans les années 60
Sur Youtube, Mireille Dumas retrouve ses anciens témoins
«Madame est servie», la série qui a inversé les rôles, à voir sur madelen
Festival Présences 2024
Vous savez comment on avortait lorsque c'était interdit : l'INA lance un appel à témoins
Regardez les années 70 en version originale avec la chaîne INA 70
Julie Dachez : «Les médias contribuent à véhiculer cette image de l'autisme comme tare»
«S.P.A.M.», la série qui aide les enseignants et les élèves à décrypter les médias et l’information
Serge Viallet : «Nous sommes des archéologues de l’image»
À la recherche du tombeau perdu de Néfertiti
«Ginette Kolinka : nous n’étions rien», une nouvelle série du podcast «Mémoires de la Shoah»
Hommage à Pierre Richard au festival Au-delà de l’écran de Vincennes
L'INA lance Ardivision, sa première Fast TV
«Duels d’Histoire» : donner aux femmes leur juste place dans l'Histoire
«Le film "Shoah" ne répond pas à la question du pourquoi ?»
Les mots de Georges Kiejman sur la Shoah : «Pardon d’avoir survécu»
«L’étude des oasis nous apporte des solutions pour faire face au réchauffement climatique»
Johnny Hallyday : décryptage d’un symbole de la culture populaire et du patrimoine français
«Le rap a gagné la guerre en devenant la musique populaire par excellence»
Serge Viallet : «Nous sommes des archéologues de l’image»
La République électronique de Dombrance
Le féminisme en ligne est-il un néo-féminisme ?
Léa Veinstein : «Le témoignage de Simone Veil est un combat»