Aller au contenu principal
L'exceptionnel concert de Nina Simone à Juan-les-Pins en 1965

L'exceptionnel concert de Nina Simone à Juan-les-Pins en 1965

INÉDIT - Capté par Jean-Christophe Averty pour l’ORTF le 24 juillet 1965 au festival Jazz à Juan-les-Pins, ce concert de Nina Simone n'a jamais été diffusé dans son intégralité. Il s’agit de la première prestation de la chanteuse en France. Un inédit exceptionnel à retrouver sur notre plateforme madelen.

Par l'INA - Publié le 11.12.2023

Une fois encore, les documentalistes de l'INA ont découvert une archive exceptionnelle dans le fonds dit Gambais*. Après la version inédite des Amants d'un jour d’Édith Piaf, c’est le concert complet que la chanteuse Nina Simone a donné le 24 juillet 1965 au festival Jazz à Juan-les-Pins qui refait surface. Les enregistrements vidéos de ce concert, que l'on pensait définitivement détériorés, ont pu être, grâce aux techniciens de l’INA, restaurés et numérisés. À ce jour, seule une version audio de ce concert existait.

Nous sommes en 1965. Nina Simone, reconnue dans le monde du jazz américain, est encore peu connue du public français et ses disques sont peu ou mal distribués. Ce concert à Juan-les-Pins est son premier en France.

Au piano, la chanteuse engagée dans le mouvement des droits civiques interprète Strange fruit de Billie Holliday qui évoque les fréquents lynchages des Noirs américains. Accompagnée de ses trois musiciens, elle enchaine les standards comme I put a spell on you de Screamin' Jay Hawkins ou Little girl blue de Lorenz Hart et Richard Rodgers sur l'air traditionnel français Au clair de la lune.

Ce concert a été capté par Jean-Christophe Averty pour l’ORTF. C’est un véritable choc. Public et critiques sont conquis par le talent de l’artiste hors du commun. Les musiciens interrogés le soir du concert sont séduits. Claude Nougaro se dit « bouleversé » et son accompagnateur Maurice Vander déclare même avoir « chialé comme un môme quand elle a commencé à chanter ».

La bande du film du concert de Nina Simone découvert dans le fonds Gambais. Crédits : INA.

La bande du film du concert de Nina Simone découvert dans le fonds Gambais. Crédits : INA.

* À propos du fonds Gambais

« Le fonds dit Gambais nous réserve bien des surprises, explique Malika Mekdad, chargée de mission documentaire à l’INA. Il a été baptisé ainsi car il est issu d’un site industriel de la ville de Gambais dans les Yvelines dans lequel l’ORTF stockait ses chutes. Ce stock était destiné à la destruction. Au fil du temps, les choses se sont accumulées. Ce fonds, immense, est exclusivement composé de films. L’INA l'a depuis rapatrié sur son site de Saint-Rémy-l’Honoré. À l’origine, cela représentait 198 000 boites de films. Aujourd’hui, il en reste des dizaines de milliers à identifier, cataloguer et documenter. C’est dans ce fonds que nous avons par exemple exhumé les plus anciennes images connues de Miles Davis en train de jouer sur un plateau de télévision ou les images en couleur de l’interview d’Alain Delon dans le cadre de l’affaire Marković. Il y a fort à parier qu’il reste encore beaucoup de choses à découvrir».

Actualités

Les actualités de l'INA

L'INA dévoile la plus large étude jamais réalisée sur la diffusion du documentaire à la télévision
À quoi ressemblaient les campagnes françaises dans les années 60
Sur Youtube, Mireille Dumas retrouve ses anciens témoins
«Madame est servie», la série qui a inversé les rôles, à voir sur madelen
Festival Présences 2024
Vous savez comment on avortait lorsque c'était interdit : l'INA lance un appel à témoins
Regardez les années 70 en version originale avec la chaîne INA 70
Julie Dachez : «Les médias contribuent à véhiculer cette image de l'autisme comme tare»
«S.P.A.M.», la série qui aide les enseignants et les élèves à décrypter les médias et l’information
Serge Viallet : «Nous sommes des archéologues de l’image»
À la recherche du tombeau perdu de Néfertiti
«Ginette Kolinka : nous n’étions rien», une nouvelle série du podcast «Mémoires de la Shoah»
Hommage à Pierre Richard au festival Au-delà de l’écran de Vincennes
L'INA lance Ardivision, sa première Fast TV
«Duels d’Histoire» : donner aux femmes leur juste place dans l'Histoire
«Le film "Shoah" ne répond pas à la question du pourquoi ?»
Les mots de Georges Kiejman sur la Shoah : «Pardon d’avoir survécu»
«L’étude des oasis nous apporte des solutions pour faire face au réchauffement climatique»
Johnny Hallyday : décryptage d’un symbole de la culture populaire et du patrimoine français
«Le rap a gagné la guerre en devenant la musique populaire par excellence»
Serge Viallet : «Nous sommes des archéologues de l’image»
La République électronique de Dombrance
Le féminisme en ligne est-il un néo-féminisme ?
Léa Veinstein : «Le témoignage de Simone Veil est un combat»