Aller au contenu principal
Livre.  « Libérées, délivrées ? Rapports de pouvoir animés »

Livre.  « Libérées, délivrées ? Rapports de pouvoir animés »

Du rapport entre le masculin et  le féminin les dessins animés

Publié le 19.06.2020

Dans son ouvrage « Libérées, délivrées ? » Mélanie Lallet, allie d’une façon originale l’analyse des représentations de genre proposées dans plus de 50 ans de dessins animés français à l’étude de l’émergence récente et controversée des discours féministes dans ce secteur.

Quels rôles masculins et féminins les dessins animés proposent-ils à nos enfants

Mélanie Lallet présente une analyse sociohistorique des identités de genre dans les séries animées françaises. En majorité ces programmes ont relayé une construction différentialiste du genre, où le féminin est subalterne et assigné à des fonctions d’assistance et de soin.

Néanmoins, en accompagnant les transformations de notre société, certaines séries – et pas seulement les plus récentes- ont pu remettre en cause les normes de genre et les oppositions classiques.

Sont ainsi décodés 56 dessins animés diffusés à la télévision depuis les années 195O, des premières aventures de Tintin en semi-animation, en passant par Bonne nuit les petits, Les Mystérieuses Cités d’or, les célèbres séries « Il était une fois… » (l’Homme, les Découvreurs, les Explorateurs, etc.), jusqu’aux productions plus contemporaines comme les séries« T’Choupi ». À mesure que l’on avance dans le temps, on rencontre des personnages partiellement affranchis des catégories de genre binaires (Candy, dans Les Zinzins de l’espace), qui assument un positionnement féministe (dans Il était une fois… notre Terre), et de plus en plus d’héroïnes fortes (par exemple dans Totally Spies !, ou la tranche « Girl Power » de la chaîne Gulli).

« Libérées délivrées ? Rapports de pouvoir animés» montre enfin à partir d’une enquête dans les milieux de l’animation, que la question du genre est devenu un sujet de discussion incontournable dans les milieux professionnels, aussi bien en France qu’à l’international.

A propos de Mélanie Lallet

Mélanie Lallet est sociologue des médias, maîtresse de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’UCO Nantes, chercheuse au centre Humanités etSociétés de l’UCO et chercheuse associée à l’IRMECCEN (Institut de Recherche Médias,Cultures, Communication et Numérique) de la Sorbonne Nouvelle. Auteure de l’ouvrage Il était une fois… le genre (INA, 2014), ses travaux portent sur les représentations de genre dans les séries animées françaises pour enfants et sur l’émergence de discours féministes dans l’animation audiovisuelle française.

Actualités

Les actualités de l'INA

L'INA dévoile la plus large étude jamais réalisée sur la diffusion du documentaire à la télévision
À quoi ressemblaient les campagnes françaises dans les années 60
Sur Youtube, Mireille Dumas retrouve ses anciens témoins
«Madame est servie», la série qui a inversé les rôles, à voir sur madelen
Festival Présences 2024
Vous savez comment on avortait lorsque c'était interdit : l'INA lance un appel à témoins
Regardez les années 70 en version originale avec la chaîne INA 70
Julie Dachez : «Les médias contribuent à véhiculer cette image de l'autisme comme tare»
«S.P.A.M.», la série qui aide les enseignants et les élèves à décrypter les médias et l’information
Serge Viallet : «Nous sommes des archéologues de l’image»
À la recherche du tombeau perdu de Néfertiti
«Ginette Kolinka : nous n’étions rien», une nouvelle série du podcast «Mémoires de la Shoah»
Hommage à Pierre Richard au festival Au-delà de l’écran de Vincennes
L'INA lance Ardivision, sa première Fast TV
«Duels d’Histoire» : donner aux femmes leur juste place dans l'Histoire
«Le film "Shoah" ne répond pas à la question du pourquoi ?»
Les mots de Georges Kiejman sur la Shoah : «Pardon d’avoir survécu»
«L’étude des oasis nous apporte des solutions pour faire face au réchauffement climatique»
Johnny Hallyday : décryptage d’un symbole de la culture populaire et du patrimoine français
«Le rap a gagné la guerre en devenant la musique populaire par excellence»
Serge Viallet : «Nous sommes des archéologues de l’image»
La République électronique de Dombrance
Le féminisme en ligne est-il un néo-féminisme ?
Léa Veinstein : «Le témoignage de Simone Veil est un combat»