Aller au contenu principal
Guerre d’Algérie : «Les témoins nous ont légué leur mémoire»

Guerre d’Algérie : «Les témoins nous ont légué leur mémoire»

A l’occasion du 60e anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie, l’INA et ARTE proposent une série documentaire intitulée « En guerre(s) pour l’Algérie ». Un projet construit sur les témoignages inédits de celles et ceux qui ont vécu le conflit en France et en Algérie, témoignages que l’INA a recueillis pendant 2 ans. Rencontre avec Anne Gènevaux, productrice à l’INA et architecte du projet.

Propos recueillis par Benoit Dusanter et Caroline Ninkovic - Publié le 02.02.2022 - Mis à jour le 27.02.2022
"En guerre(s) pour l'Algérie", une série de Raphaëlle Branche et Rafael Lewandowski

INA - Comment est née l'idée de ce projet ? 

Anne Gènevaux - Tout est parti d’une rencontre avec ARTE France. Nous évoquions avec eux notre capacité à recueillir des témoignages comme nous le faisons depuis 2016 auprès de 1000 témoins pour le projet «13 novembre 2015 ». Nous sommes conscients, depuis des années déjà, qu’il est nécessaire de collecter les mémoires qui ont forgé notre histoire. C’est cette conviction qui nous a amené à concevoir la série « Les grands entretiens » dans laquelle des hommes et des femmes qui ont marqué le XXe siècle retracent pour le grand public, leur parcours, leur travail, leurs idées, leurs expériences.  Côté ARTE, ils étaient en pleine réflexion sur un documentaire à produire sur la guerre d’Algérie pour les commémorations de 2022, mais lequel ? Beaucoup de films ont déjà été faits mais bien souvent leur récit est centré sur un aspect spécifique de la guerre, un événement précis ou un groupe de populations en particulier. Il nous a donc semblé que la meilleure façon de raconter ce conflit majeur du XXe siècle était de la faire avec une diversité de voix, une diversité de mémoires, qui parfois, peuvent être opposées. Il y avait, de notre part et de celle d’ARTE France, la volonté de ne pas laisser disparaître les mémoires individuelles de celles et ceux qui ont vécu la guerre d’Algérie. Ils ont aujourd’hui entre 78 et 88 ans

INA - Pouvez-vous nous expliquer votre démarche pour réaliser les 66 entretiens dont 56 sont au cœur du récit de la série ?

A. G. - Il était indispensable de nous appuyer sur la compétence d’historiens ou d’historiennes. C’est à Raphaëlle Branche que nous avons naturellement pensé puisqu’elle est une spécialiste de la guerre en Algérie. Nous lui avons proposé non seulement de porter cette collecte inédite avec nous, mais aussi de devenir co-autrice de la série (avec le réalisateur Rafael Lewandowski). D’emblée, nous voulions que le panel de témoins soit le plus représentatif possible de la diversité des expériences de la guerre. Il a donc fallu commencer par établir la liste des différents « profils » directement impactés par le conflit : appelés du contingent, combattants de l’ALN, Français d’Algérie, militants du FLN, membres de l’OAS… Puis Raphaëlle Branche a lancé un appel auprès de ses consœurs et confrères, qui dans le cadre de leurs recherches avaient pu rencontrer, voire interviewer des témoins qui seraient peut-être prêts à témoigner. Avec Marks Edwards (chargé de programmes d’ARTE France à l’époque), nous avons également rencontré l’équipe de l’ONACVG (Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre). Je savais que depuis 8 ans, ils menaient une campagne de témoignages oraux à travers toute la France. Et l’ONACVG nous a beaucoup aidés.

Chaque interlocuteur sollicité nous communiquait un petit résumé du parcours de chaque témoin potentiel. C’est ainsi que nous avons pu procéder à une première sélection pour nous assurer une diversité de récits.  Après un premier contact avec chacun d’entre eux, Agathe Gilbergue, notre assistante-réalisateur, est allée à leur rencontre pour leur présenter le projet dans le détail et commencer à compléter avec eux un questionnaire mis au point par Raphaëlle Branche pour chaque catégorie de témoins. Ce questionnaire avait comme intérêt majeur de permettre aux futurs intervieweurs de faire connaissance avec le témoin qui leur serait confié.

Ce sont principalement à des historiens ou doctorants, connaisseurs de ce conflit, que nous avons choisi de confier les entretiens.  Il fallait que les intervieweurs soient en capacité de réagir à des propos qui pourraient parfois être imprécis ou « déformés » par la mémoire. Nous les avons spécialement formés, sur 2 jours, à l’entretien filmé, exercice complètement nouveau pour eux toutes et tous. Raphaëlle Branche leur a exposé le cadre de la collecte et les difficultés liées à la fragilité du récit de mémoire. Rafael Lewandowski, le réalisateur, les a initiés au tournage en studio.  Ce qui était intéressant avec cette équipe d’intervieweurs, c’est qu’aucun ou aucune n’avait vécu la guerre d’Algérie. Pour leurs propres travaux de recherches, ils avaient été amenés à réinterroger ce conflit. Et ce regard-là était très intéressant pour nous.

Puis en juin 2019, nous avons réussi à tourner 4 entretiens par jour. A Bry-sur-Marne dans les locaux de l'INA, les équipes de Francisco Camino avaient monté 2 studios en parallèle. Nous avons repris les tournages en juin 2020, peu de temps après le 1er confinement. Ça n’a pas été simple ! Mon obsession était de protéger les équipes et les témoins. Mais tout le monde a joué le jeu !  

Les entretiens durent en moyenne 2h / 2h30. Il s’agissait pour nous, non pas de faire des entretiens « classiques » de documentaires, mais bien de recueillir des récits de vie. Certains témoins nous ont dit : « Il y a 20 ans je ne vous aurai pas raconté ça », ou « je n'essaye pas de convaincre, j'essaye juste de dire » ou encore « Il était temps que je raconte »… Trois témoins ont disparu aujourd’hui. Nous en avons tous été affectés.

INA - Par la suite, il y a eu des tournages en Algérie

A.G - En plein Covid ! Impossible que Raphaëlle et Rafael puissent se rendre sur place comme nous l’avions imaginé. Nous avons confié l’ensemble du travail à une production exécutive à Alger, Akham Films. Eux aussi ont fait un véritable travail d’enquête pour trouver des témoins sur place. Brahim Djaballah, notre assistant réalisateur, a sillonné l’Algérie pour aller à la rencontre des uns et des autres et tâcher de les convaincre. Nous avons trouvé des historiens et des journalistes sur place, que nous avons formés sur une journée, à distance. Lors de la première phase de tournage là-bas, il était impossible de se déplacer d’une région à l’autre à cause du Covid. Une grande partie des entretiens a pu être réalisée en studio à Alger. Pour la 2e phase de tournage, entre 2 périodes de restriction sanitaire, l’équipe d‘Akham films a pu aller directement filmer les gens chez eux, à travers toute l’Algérie. Pendant ces tournages, Raphaëlle, Rafael et moi suivions les entretiens en direct via WhatsApp, ce qui nous permettait parfois d’envoyer des questions en direct à l’intervieweur.

INA - Les témoins ont-ils parlé facilement ?

A.G - Le sujet est toujours sensible aujourd’hui. La concurrence mémorielle fait encore rage. Mais dans le cas de cette collecte, il est important de comprendre que ces gens qui ont tous des parcours et des expériences extrêmement différentes ont participé à cette démarche, en sachant qu’ils inscrivaient leur récit dans un récit choral ou certains points de vue pouvaient être complètement opposés au leur. Je crois que le fait que ce projet ait été porté par l’INA, institution publique, réputée pour son rôle de préservation du patrimoine, et ARTE, très regardé en Algérie et plutôt avec confiance, a beaucoup joué.  Les témoins nous ont légué leur mémoire en quelque sorte.

INA - A titre personnel, que retenez-vous de ces entretiens ?

Nous avons tous de nombreux clichés sur cette guerre, souvent par manque de connaissances. Tous les miens ont été balayés. Tous les a priori que je pouvais avoir sont tombés. Lorsqu’on écoute le récit d’un vécu, qu’on l’écoute à l’aune du contexte dans lequel il se situe, celui d’une guerre, qui plus est d’une guerre coloniale, notre regard s’attache à la personne qui se livre. On n’est pas plongé en plein cours d’histoire, mais au cœur d’un récit personnel, du parcours d’un individu dont la vie a été bouleversée. Les choix que certains ont fait ou les événements qui se sont imposés à eux, on ne les observe plus de la même manière. Cette guerre a été violente et si on n’excuse pas la violence, on arrive en tout cas à la comprendre.  Ici toutes les expériences sont différentes, parfois très opposées mais toutes et tous ont traversé ces mêmes années de violence extrême. Le choix du titre de la série, et de la collecte patrimoniale, « En guerre(s) pour l’Algérie », a été choisi à dessein. Chacun s’est battu POUR l’Algérie, pour son pays, pour SA vision de l’Algérie. Et cette guerre n’a pas été uniquement un conflit bilatéral. Il y a bien eu DES guerres dans ce qu’on appelle ici en France « La guerre d’Algérie » ou en Algérie « La guerre d’indépendance ». L’une de nos intentions de départ avec ARTE était de tenter de sortir de ce carcan de la concurrence mémorielle.

INA - Quelles archives avez-vous utilisées ?

A.G - Nous avons fait appel à plus de 60 fonds d’archives différents : des archives françaises et des archives étrangères, des fonds professionnels mais aussi beaucoup de fonds amateurs. Dans le fonds de l’INA, nous avons même déniché des films amateurs que des personnes privées avaient confiés à l’INA dans le cadre de l’opération « Mémoires partagées ». Tous ceux à qui nous l’avons demandé, nous ont autorisés à les utiliser. Nous avons essayé d’avoir accès aux archives algériennes mais aujourd’hui encore, j’attends des nouvelles… Les 66 témoins nous ont aussi prêtés leurs archives personnelles. Il y avait des choses incroyables ! Au total, plus de 200 heures d’archives (hors documents des témoins) ont été livrées au réalisateur et à l’équipe de montage.  Sans compter les 198 heures d’entretiens. Avant même de démarrer le montage, il a fallu passer plus de 2 mois à derusher et à trier.







Lancer le diaporama : 6 images

INA - Quelles sont les déclinaisons prévues ?

A.G - Il était important que cette collecte soit partagée avec le plus grand nombre, indépendamment de la série de 6 épisodes pour laquelle nous n’avons utilisé que des extraits. Les 66 entretiens vont donc être mis à la disposition du grand public, dans leur intégralité, sur la plateforme des Grands entretiens INA dès le 1er mars 2022. Petit à petit, les transcriptions synchronisées de chaque entretien seront, elles aussi, mises en ligne par l’équipe de Laure Audinot.

L’INA et ARTE ont décidé d’éditer la série en DVD.  Laëtitia Fourmond a travaillé sur les bonus qui accompagneront les 6 épisodes, dont un entretien avec les auteurs, Raphaëlle Branche et Rafael Lewandowski et des archives complémentaires.

ARTE France et les éditions Tallandier, en partenariat avec l’INA, ont conçu un beau livre qui s’inscrit dans la même démarche que la série : la coexistence des vécus. 15 témoins, 15 récits, 15 mémoires. C’est Raphaëlle Branche qui a coordonné ce travail et qui en assure la présentation.

L’INA prépare aussi un podcast, axé sur « La Guerre d’Algérie racontée par les femmes ». C’est assez rare d’entendre les femmes parler de la guerre. Et dans la collecte et dans la série, les femmes qui se livrent sont incroyables ! L’idée est de reconstruire chaque épisode comme un dialogue. 1 épisode, 1 entretien d’une quarantaine de minutes.

France Culture, va utiliser les entretiens des témoins algériens pour concevoir une émission LSD « La Série Documentaire » (4x59 minutes) pour retracer le conflit à travers les regards et les parcours des Algériens. 

ARTE développe plusieurs modules pour les réseaux sociaux principalement destinés à un public plus jeune, sur l’idée de la transmission de la mémoire.  

Notre collecte donne naissance à quantité d’initiatives, qui, je l’espère, donneront à chacun de nous la possibilité de réinterroger un conflit qui appartient à notre histoire commune et qui a laissé des traces dans la société française, comme dans la société algérienne. Comme le dit la comédienne Lyna Khoudry (la narratrice de la série) à la fin du dernier épisode : Les histoires de ces témoins sont notre héritage. 

INA - Quel rôle joue l’INA en tant que média patrimonial dans la constitution de cette mémoire ?

A.G - C’était assez logique que l’INA porte ce projet. Détentrice de la mémoire de l’audiovisuel public français, l’Institut était légitime pour collecter ces mémoires, les conserver et les transmettre. Nous avons commencé à travailler à ce projet, bien avant la remise du rapport de Benjamin Stora au Président de la République sur « les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie ». Dans celui-ci, l’historien préconise le recueil de la mémoire des derniers témoins pour la transmettre de façon la plus transparente possible. Je crois que nous y sommes un peu parvenus.





Lancer le diaporama : 4 images

En guerre(s) pour l'Algérie, une série documentaire en 6 épisodes de Raphaëlle Branche et Rafael Lewandowski, réalisée par Rafael Lewandowski et racontée par Lyna Khoudri. Une coproduction ARTE France et INA.

À voir mardi 1er et mercredi 2 mars 2022 sur ARTE à 20h50 et sur arte.tv jusqu'au 27 août 2022.

Actualités

Les actualités de l'INA

Festival Soeurs Jumelles : la rencontre de la musique et de l’image
Festival Soeurs Jumelles : la rencontre de la musique et de l’image
Comment les premières images de La Cinq ont été retrouvées
Collection
Comment les premières images de La Cinq ont été retrouvées
Collection
L'appel à chercheurs INA 2022
L'appel à chercheurs INA 2022
Rétrospective Teri Wehn Damisch : «L’INA a compris que mes films étaient ouverts à tous»
Projection
Rétrospective Teri Wehn Damisch : «L’INA a compris que mes films étaient ouverts à tous»
Projection
Des collégiens analysent l'arrivée du fast-food en France
Des collégiens analysent l'arrivée du fast-food en France
Voyage au cœur des secrets de Fort Boyard 
Diffusion
Voyage au cœur des secrets de Fort Boyard 
Diffusion
Télévision & Expérimentation  : 40 ans d’exploration télévisuelle à la Cinémathèque de Toulouse
Projection
Télévision & Expérimentation  : 40 ans d’exploration télévisuelle à la Cinémathèque de Toulouse
Projection
Quand la pochette de disque se transforme en objet de décoration connecté
Quand la pochette de disque se transforme en objet de décoration connecté
«Le générique de "adn" est pop et épuré»
«Le générique de "adn" est pop et épuré»
À la télévision, on voit davantage les femmes qu’on ne les entend
Etude
À la télévision, on voit davantage les femmes qu’on ne les entend
Etude
Romy Schneider, la femme moderne
Exposition
Romy Schneider, la femme moderne
Exposition
Le froid, la solitude et la faim : comment Jean-Louis Etienne a traversé le Pôle Nord
Le froid, la solitude et la faim : comment Jean-Louis Etienne a traversé le Pôle Nord
Comment des archives deviennent des enregistrements exceptionnels de musique classique
Comment des archives deviennent des enregistrements exceptionnels de musique classique
« Je me suis demandé comment utiliser des extraits de "Shoah" dans des classes des lycées et collèges en France »
« Je me suis demandé comment utiliser des extraits de "Shoah" dans des classes des lycées et collèges en France »
Métiers du son : les bons conseils et la persévérance d’Alex
Métiers du son : les bons conseils et la persévérance d’Alex