Aller au contenu principal
Dans la classe alpha, on retrouve des "personnes curieuses qui osent faire des choses"

Dans la classe alpha, on retrouve des "personnes curieuses qui osent faire des choses"

La 2e promo de la classe alpha a fait sa rentrée après une première année réussie ! Avec ou sans le bac, 100 jeunes vont se confronter au monde de l’image et du son pour y trouver un avenir.

Par Sylvie Lartigue - Publié le 01.10.2021
La 2e promo de classe alpha. Crédits : INA

Le 1er octobre, 100 nouveaux élèves ont fait leur rentrée en classe alpha, une année de découverte des métiers du son et de l’image. Une année pensée pour retrouver le goût de l’apprentissage par l’expérimentation autour d’une passion commune, l’audiovisuel. Ces jeunes de 17 et 27 ans ont aussi en commun d'avoir connu un parcours scolaire fragile.

« On n’attend pas des premiers de la classe pour apprendre à faire une image. On a besoin de personnes curieuses qui osent faire des choses. Une des clés de la réussite a été de voir qu’ils étaient contents de venir ici, qu’ils aient tous joué le jeu et produit. Il fallait même les mettre à la porte le soir ! », explique David Khalifat, responsable pédagogique.

Terminé les salles de cours. La 2e promotion de la classe alpha est là pour suivre un cursus immersif. Lundi, ils reçoivent leur premier cahier des charges. Ils ont 1 mois pour réaliser de A à Z un portrait vidéo de leur binôme. C’est en tant que vidéaste qu’ils conçoivent ce premier projet audiovisuel. Les ateliers vont alors s’enchaîner, répartis par groupe de 15, avec un référent pour les épauler. Comment préparer un entretien ? Quel format choisir ? Comment tenir une caméra ? Ils mettent immédiatement à profit ce qu’ils apprennent. Fin octobre, ils devront projeter le fruit de leur travail devant un jury. Pas de restitution devant les 100 élèves. Cet enseignement immersif doit, dans un premier temps, leur permettre de reprendre confiance en eux, pour qu’à partir du mois de janvier, ils envisagent soit de poursuivre leurs études soit de s’orienter vers l’insertion professionnelle.

https://twitter.com/Ina_audiovisuel/status/1444975991085060096?s=02

Les résultats sont là

Pour ceux qui envisagent de reprendre les cours, un enseignement plus académique est réintroduit pour qu’ils soient en capacité de décrocher une place en BTS ou un diplôme audiovisuel. Et les résultats sont là. 32 étudiants de la promotion passée ont réussi les sélections d’entrée pour Jacques Prévert, Sup de Prod, 3iS et INA sup où ils viennent de faire leur rentrée !

Et ceux qui comme 50 % de la promotion passée, décident de suivre la voie professionnelle, la pratique s’intensifie. 6 CICM (Certificat INA de Compétences Métier) leurs sont proposés pour qu’à l’issue, ils décrochent leur premier bloc de compétences, une qualification professionnelle certifiée.

Entré pour devenir monteur freelance, Yacine a finalement choisi l’assistanat monteur. Une réussite, puisqu’en novembre son stage chez Atlantis TV se transforme en CDI. « Jusqu’à maintenant j’ai eu l’impression que ma vie n’avançait pas. Tout s’est précipité en une année à la classe alpha », nous dit-il. Une année clé pour ce jeune homme de 21 ans qui sortait de 3 années de remises en question après un bac pro, avant de découvrir la classe alpha par le biais de la mission locale.

Le bilan de la promotion précédente, année de lancement de la classe alpha, confirme les choix pédagogiques de l’équipe : « Beaucoup d’étudiants ont repris confiance en retrouvant du plaisir, l’année dernière a été magique. Les établissements qui les accueillent aujourd’hui nous disent "vos étudiants ont une belle énergie". c’est un succès » constate David Khalifat.

Actualités

Les actualités de l'INA

«Starsky & Hutch» : deux chevaliers au grand cœur sur madelen
Harcèlement scolaire : «On a minimisé la parole des victimes»
La place des femmes de théâtre dans les archives avec Reine Prat
L'INA dévoile la plus large étude jamais réalisée sur la diffusion du documentaire à la télévision
À quoi ressemblaient les campagnes françaises dans les années 60
Sur Youtube, Mireille Dumas retrouve ses anciens témoins
«Madame est servie», la série qui a inversé les rôles, à voir sur madelen
Festival Présences 2024
Vous savez comment on avortait lorsque c'était interdit : l'INA lance un appel à témoins
Regardez les années 70 en version originale avec la chaîne INA 70
Julie Dachez : «Les médias contribuent à véhiculer cette image de l'autisme comme tare»
«S.P.A.M.», la série qui aide les enseignants et les élèves à décrypter les médias et l’information
Serge Viallet : «Nous sommes des archéologues de l’image»
À la recherche du tombeau perdu de Néfertiti
«Ginette Kolinka : nous n’étions rien», une nouvelle série du podcast «Mémoires de la Shoah»
Hommage à Pierre Richard au festival Au-delà de l’écran de Vincennes
L'INA lance Ardivision, sa première Fast TV
«Duels d’Histoire» : donner aux femmes leur juste place dans l'Histoire
«Le film "Shoah" ne répond pas à la question du pourquoi ?»
Les mots de Georges Kiejman sur la Shoah : «Pardon d’avoir survécu»
«L’étude des oasis nous apporte des solutions pour faire face au réchauffement climatique»
Johnny Hallyday : décryptage d’un symbole de la culture populaire et du patrimoine français
«Le rap a gagné la guerre en devenant la musique populaire par excellence»
Serge Viallet : «Nous sommes des archéologues de l’image»
La République électronique de Dombrance
Le féminisme en ligne est-il un néo-féminisme ?
Léa Veinstein : «Le témoignage de Simone Veil est un combat»