Aller au contenu principal
1999, des chercheurs alertaient déjà sur la montée des océans

1999, des chercheurs alertaient déjà sur la montée des océans

Une équipe de chercheurs du monde entier vient de publier les résultats de l'analyse de 500 000 images satellites prises depuis 20 ans. Leur constat  sans appel : la fonte des glaces s'accélère. La montée des océans, un sujet déjà évoqué dans ce reportage de 1999.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 25.09.2019 - Mis à jour le 29.04.2021

1999, des chercheurs alertaient déjà sur la montée des océans

Une équipe de chercheurs du monde entier vient de publier les résultats de l'analyse de 500 000 images satellites prises depuis 20 ans. Leur constat  sans appel : la fonte des glaces s'accélère. La montée des océans, un sujet déjà évoqué dans ce reportage de 1999.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 25.09.2019 - Mis à jour le 29.04.2021
Evaluation de la hauteur des océans - 1999 - 05:31 - vidéo
 
Evaluation de la hauteur des océans - 1999 - 05:31 - vidéo

Cette nouvelle étude publiée dans la revue scientifique de renom "Nature" le 28 avril 2021 alerte sur le fait que le processus s'accélère, notamment depuis 2015. La cartographie de l'ensemble des glaciers du globe a permis de déterminer qu'au début des années 2000, la Terre perdait 227 milliards de tonnes de glace par an. Or depuis cinq ans, on en est presque à 300 milliards de tonnes chaque année. Mais tous les glaciers ne fondent pas à la même vitesse. Les chercheurs ont déterminé que sur les 200 000 analysés, ceux qui fondaient le plus vite se trouvaient dans les Alpes, en Islande, et en Alaska.

En 1999, ce reportage de "Géopolis" évoquait la montée inquiétante des océans. Un phénomène déjà jugé inquiétant et inéluctable. Les propos étaient graves. En effet, un changement climatique s'était bel et bien amorcé : "Il a pour conséquence de faire fondre les glaces. Les gaz à effet de serre en sont responsables. Cela affectera la Terre toute entière d'ici à l'an 2100 selon les travaux des Nations-Unies. Tous les continents seront touchés et les îles sont particulièrement menacées. Cent millions de personnes sont concernées par ce danger". Le reportage nous entraîne dans les archives conservées depuis 1806 à Brest et qui ne sont autre chose que tous les relevés du niveau de la mer depuis 200 ans.

Direction Brest. Le marégraphe installé là a pu relever le niveau de la mer sur 200 ans. C'est le seul au le monde à compiler des informations aussi anciennes. Bernard Simon, directeur des études marégraphiques de Brest explique le fonctionnement des appareils de mesure, dont celui de ce marégraphe qui fonctionne depuis 200 ans et a mesuré que le niveau de la mer avait monté de 20 cm depuis 1806, soit 10 cm par an. "Plus l'océan se réchauffe, plus il se dilate.

Au pied du Mont Blanc, nous retrouvons le glaciologue Jean Jouzel, il alerte lui aussi car les glaciers terrestres régressent rapidement : "Le phénomène est climatique, nous aurons deux degrés de plus de température d'ici la fin du XXIe siècle, les glaciers fondent". S'ils fondaient totalement, le niveau des mers monteraient de 40 cm annonce-t-il. Mais la situation serait bien pire si les pôles fondaient également, ce qui n'était pas encore le cas à l'époque. Les scientifiques ne sont pas d'accord. Duncan Wingham, de l'University Collège de Londres reconnait la méconnaissance du phénomène : "L'Antarctique reste un grand mystère qu'il soit la cause de la montée des océans ou pas".

En septembre 2019 l'Agence européenne pour l'environnement établissait déjà une cartographie inquiétante et déclarait qu'à l'horizon 2050, une partie des villes côtières pourraient être en partie submergées. Canicules marines, montée du niveau des océans, fonte des glaciers... L'impact du réchauffement climatique est plus élevé que prévu, selon ce rapport du GIEC publié mercredi 25 septembre 2019. Il serait encore temps d'y remédier. La montée des eaux pourrait atteindre 1,10 mètre à la fin du siècle selon le rapport du GIEC. 

D'après les projections dévoilées dans l'étude d'avril 2021, les nouvelles sont plus qu'inquiétantes. Désormais il n'est plus question de savoir si les glaciers vont fondre, mais à quelle vitesse ? Et quel sera l'impact de cette fonte sur le niveau des océans ? D'après les chercheurs, l'inertie de ce phénomène est telle que la fonte continuera à accélérer même si la hausse des températures parvenait à se stabiliser.

Florence Dartois


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.