Aller au contenu principal
On a retrouvé le «car pool», l'ancêtre du covoiturage

On a retrouvé le «car pool», l'ancêtre du covoiturage

Une prime de 100 euros va être versée aux conducteurs nouvellement inscrits sur des plateformes de covoiturage. Le gouvernement souhaite ainsi encourager cette pratique. En 1974, la hausse du prix de l'essence justifiait les premières expériences de « car pool », l'ancêtre du covoiturage.

 

Par Cyrille Beyer - Publié le 30.09.2020 - Mis à jour le 13.12.2022
Les migrations quotidiennes - 1974 - 03:35 - vidéo
 

L'ACTU.

Le gouvernement lance un grand plan national de covoiturage. À partir du 1er janvier 2023 une prime de 100 euros sera versée aux conducteurs nouvellement inscrits sur des plateformes de covoiturage. Face à l'inflation et à l'augmentation du prix des carburants, c'est l'une des solutions faciles à mettre en place. La prime sera versée aux nouveaux inscrits sur les plateformes du quotidien (soit des trajets de moins de 80 kilomètres), avec 25 euros pour le premier trajet, et 75 euros supplémentaires si 9 trajets sont réalisés dans les trois mois suivants. L'objectif de cette mesure est de passer à 3 millions de trajets quotidiens d'ici à cinq ans.

L'ARCHIVE.

L'archive présentée en tête d'article souligne la corrélation entre hausse du prix du carburant et développement du covoiturage. Rappelons que ce reportage du journal télévisé date du 5 janvier 1974, en pleine crise mondiale du prix de l'énergie. À peine trois mois plus tôt, les 16 et 17 octobre 1973, en pleine guerre du Kippour, les pays arabes membres de l'OPEP ont décidé d’augmenter unilatéralement de 70 % le prix du baril de brut et de réduire mensuellement de 5 % la production pétrolière jusqu'à l'évacuation des territoires occupés et la reconnaissance des droits des Palestiniens. S'ensuit une envolée des prix pour les pays consommateurs : entre octobre 1973 et janvier 1974, le prix du baril de brut est multiplié par quatre, passant de 2,3 $ à 11,6 $.

Bilan positif

En quelques mois, l'essence (relativement) bon marché devient un fardeau pour l'économie des pays industrialisés. C'est dans ce contexte d'inflation forte que le reportage de l'ORTF s'intéresse à une expérience alors présentée comme originale et novatrice. Cette pratique, alors appelée « car pool », vient des États-Unis. La caméra suit trois amis « habitant la même banlieue : chaque matin l'un des trois prend sa voiture pour emmener les deux autres ; ils travaillent dans la même entreprise ». Bilan très avantageux pour eux : « économie d'essence, d'usure de leur véhicule et amitié ». Certes, le système a aussi quelques inconvénients, comme la possibilité de « retards » ou d'« absences pour maladie » ou encore le fait de devoir « partir dans la journée ».

Mais finalement, la pratique est jugée globalement positive par le conducteur, un avis renforcé par le commentaire du journaliste qui insiste sur la nocivité de l'automobile en termes de pollution : « L'auto pollue. C'est un moyen de transport urbain inefficace, dangereux pour le corps et pour l'esprit ». Et de se mettre à rêver à la généralisation de ce « système, avec moins de pollution, moins d'encombrement ».

Il faudra encore de nombreuses décennies pour que le covoiturage commence à s'imposer dans le débat public et dans la réalité des pratiques automobiles. La France, même si elle reste à la traîne par rapport aux États-Unis, est le pays d'origine de Blablacar, société fondée en 2004 et leader mondial du covoiturage.

Pour les créateurs de contenus

Les équipes de mediaclip, une offre de l'INA pour les pros, ont sélectionné cette archive : 1979 : le gouvernement préconise une conduite douce pour réduire la consommation

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.