Aller au contenu principal
1977 : Roger Gicquel appelle en direct les Français à faire des économies d'énergie

1977 : Roger Gicquel appelle en direct les Français à faire des économies d'énergie

Face à la flambée du prix des énergies, le gouvernement a annoncé la création d'un "bouclier tarifaire" afin de bloquer les prix. Mercredi, le Premier ministre a ajouté une baisse des taxes en supplément. Au milieu des années 70, en pleine crise du pétrole, c'est aux Français que l'Etat demandait de faire des économies d'énergie, et la télévision relayait cet appel de manière originale.

Par Florence Dartois - Publié le 07.10.2021
EDF compteur - 1977 - 06:58 - vidéo
 

Le retour de l'inflation guette la France. En première ligne : une flambée du prix de l'énergie (gaz, fioul, électricité). La reprise économique mondiale et la politique restrictive de la Russie pour le gaz entraînent depuis plusieurs mois une hausse continue du tarif appliqué par le fournisseur historique Engie (+ 12 % en octobre, après + 8 % en septembre et + 5,5 % en août). Soit une hausse du prix de l'énergie de 57 % depuis le printemps. Ces augmentations ont incité le gouvernement à l'approche de l'hiver à prendre des mesures inédites. Après l'annonce d'un "bouclier énergétique" fin septembre, Jean Castex a également annoncé qu'il envisageait de prolonger ces mesures au-delà de la date annoncée, de mars 2022, et de baisser en sus certaines taxes.

"Je vous annonce que comme nous l’avons fait pour le prix de l’électricité, nous allons déposer un amendement, dans le cadre de la loi de finances pour 2022, qui va nous permettre d’agir en cas de nécessité sur le levier fiscal, c'est-à-dire d'abaisser les taxes spécifiques qui pèsent sur le prix du gaz, dans l'hypothèse pour nous et pour toute l'année 2022, où les prix du gaz ne baisseraient pas à la hauteur de ce qu'ils augmentent aujourd'hui", a-t-il dit.

Il s'agit là d'un changement de politique majeur, notamment si on compare aux mesures d'économies d'énergie prises au milieu des années 1970, en pleine crise du pétrole. A l'époque, l'Etat incitait les Français à prendre eux-mêmes des mesures pour limiter leur consommation. Personne n'a oublié le slogan "En France, on n'a pas de pétrole mais on a des idées".

 

Le président de la République, Georges Pompidou, appelle les Français à faire des économies d'énergie : "Avant de prendre des mesures, nous faisons appel à cette vertu traditionnelle, paraît-il des français, qui est l'esprit d'économie..." (Décembre 1973)

Comme on le voit dans l'archive proposée en tête d'article, la télévision, le grand média de l'époque, ne manquait pas non plus d'idées, parfois originales, pour motiver les Français à faire des efforts.

"La chasse au gaspi" en direct au 20h

Nous sommes le 17 mars 1977, dans le journal de 20 heures de TF1. Roger Gicquel mène une expérience tout à fait étonnante. En direct, à la fin du journal, pour prouver que chacun est responsable de sa consommation, le présentateur vedette appelle les Français à éteindre leurs lampes. Depuis la crise du pétrole de 1974, l'époque est aux restrictions énergétiques. Après l'Etat, la télé se lance donc dans "la chasse au gaspi". Dans le cadre de l'opération "TF1-économie d'énergie ", Roger Gicquel demande, à son signal, d'éteindre toutes les lampes "inutiles" laissées habituellement allumées par négligence. Michel Chevalet se trouve lui, au même moment, en direct du dispatching central d'EDF. L'objectif est de mesurer en temps réel la consommation d'électricité des foyers et d'observer ce qui se passera quand les lampes s'éteindront.

Sur le plateau, le présentateur vedette montre l'exemple : "Un, deux, trois ! Éteignons les lumières qui ne sont pas indispensables." A EDF, Michel Chevalet constate l'effet immédiat de cet appel. La consommation de watts chute sensiblement. Un cadran affiche la baisse de consommation, symbolisée par la variation d'une aiguille qui se stabilise à 175 000 kw, "l'équivalent de la consommation de Nice ou Nancy", précise-t-il. Il ajoute que l'équivalent d'une ampoule de 100 watts par foyer représente "l'énergie fournie par une centrale thermique ou 275 000 tonnes de fioul".  Expérience concluante !

Fort de ce succès, Roger Gicquel se prend à rêver que ce geste pourrait inspirer les collectivités, les communes, les entreprises à faire de même. A ses côtés, François de Closets précise que le plan d'économie d'énergie prévu par le gouvernement jusqu'en 1985, devrait permettre "d'économiser chaque année l'équivalent de 45 millions de tonnes de pétrole : c'est près de la moitié de notre consommation actuelle de pétrole". Un grand plan qui devait passer par une transformation et une modernisation industrielle très coûteuse.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.