Aller au contenu principal
Jacques Chirac en 2002 : "Notre maison brûle et nous regardons ailleurs"

Jacques Chirac en 2002 : "Notre maison brûle et nous regardons ailleurs"

L'ancien président français a été l'un des premiers hommes politiques à alerter l'opinion internationale sur l'urgence climatique. Son discours de 2002 au Sommet de la Terre à Johannesburg est toujours d'actualité, alors que la COP26 s'est achevé à Glasgow. Retour sur ce temps fort de l'histoire de l'environnement.

Par la rédaction de l'INA - Publié le 23.08.2019 - Mis à jour le 14.11.2021
La journée de Chirac à Johannesburg - 2002 - 01:58 - vidéo
 

La COP26 s'est achevée, samedi 13 novembre à Glasgow, avec le vote d'un texte pour le Climat par les 200 pays présents.. Ces discussions étaient "la dernière grande opportunité de reprendre le contrôle" du climat, avaient préalablement résumé les organisateurs de la COP 26.

En 2017, les Etats-Unis de Donald Trump avaient quitté l'accord de Paris sur le climat. Le terrain avaient ensuite été occupé notamment par la France.

Dans un message posté sur les réseaux sociaux en août 2019, en réaction aux incendies en Amazonie, Emmanuel Macron avait en effet tenté d'alerter l'opinion internationale en reprenant à son compte un extrait d'une phrase devenu célèbre et prononcée en 2002 par son prédécesseur Jacques Chirac : "Notre maison brûle et nous regardons ailleurs". 

Cette phrase culte a été prononcée lors du Sommet de la Terre à Johannesburg. Jacques Chirac, dont le conseiller à l'époque n'était autre que Nicolas Hulot, alertait déjà la communauté internationale et l'appelait à prendre conscience des périls qui menaçaient la planète.

"Notre maison brûle et nous regardons ailleurs. Nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas. Prenons garde que le XXIe siècle ne devienne pas pour les générations futures celui d'un crime de l'humanité contre la vie", a dit Jacques Chirac ce 2 août 2002.

A la suite de ce discours, un projet commun avec la Grande-Bretagne avait été évoqué pour dégager des fonds pour aider les pays pauvres.

En coulisses, les Verts ricanaient en France par la voix d'Yves Cochet qui ironisait : "Jacques Chirac parle d'or mais ne parle pas d'argent."

Nicolas Hulot quant à lui refusait l'échec annoncé : "Dans cette immense montagne qui va probablement accoucher d'une souris, deux ou trois éléments positifs : sur le plan psychologique, je pense que c'est tout de même important, parce que, là, les doutes sont levés. Alors les solutions ne vont pas sortir d'ici, elles vont être suggérées."

Ce sommet de Johannesburg représentait à l'époque un espoir pour avoir proclamé "haut et fort" un désir de protection de l'environnement et d'aide au développement.

Pour les créateurs de contenus

Un dossier spécial sur la COP  est disponible sur mediaclip, l'offre vidéo de l'INA pour créer, raconter et informer.

Parler du réchauffement climatique en classe

Une sélection thématique de Lumni

Un quiz sur l'engagement éco-citoyen

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.