Aller au contenu principal
Le réchauffement climatique expliqué en... 1977

Le réchauffement climatique expliqué en... 1977

Les experts climat de l’ONU ont dévoilé le 9 août 2021 leur nouveau rapport concernant le réchauffement climatique. Il s'agit du plus sévère avertissement depuis la création de l'organisme en 1988. Présent dans le débat public depuis les années 1990, le réchauffement climatique était déjà envisagé dès 1977.

 

Par la rédaction de l'INA - Publié le 07.10.2020 - Mis à jour le 09.08.2021
 

Selon les experts du GIEC, il va falloir faire face à une hausse de la température mondiale plus sévère qu'annoncée, entraînant l’augmentation du niveau des océans ou encore l’intensification des événements extrêmes. Dans une interview accordée à The Observerédition dominicale du Guardian, le président de la COP26 Alok Sharma a déclaré qu'un échec de la COP26 - qui se tient à Glasgow à compter du 31 octobre - serait “catastrophique”, soulignant que l’année 2020 "a été la plus chaude jamais enregistrée, la dernière décennie a été la plus chaude jamais enregistrée”.

En 1977 des calculs montraient déjà que la quantité de gaz carbonique augmentaient de façon sensible à cause des charbons et des hydrocarbures brûlés dans le monde : "La teneur de l'air qui était de 290 parties par million (ppm) à la fin du XIXème siècle est aujourd'hui de l'ordre de 330 ppm et pourrait atteindre 400 ppm vers l'an 2010 si la consommation de gaz et de charbon gardait le même rythme dans les années à venir".

Après qu'un schéma ait montré le principe de l'effet de serre, Patrick Brochet, chef du Service météorologie de la Météo nationale, estimait que le réchauffement qui pourrait être envisagé serait de l'ordre de 1 degré avec des conséquences à peine perceptibles. Le météorologue répondait alors au journaliste qui lui demandait quelles seraient les conséquences d'un réchauffement de l'ordre de 3 à 5 degrés. "Il y aurait alors", répondait-il, "fusion de la calotte glaciaire, peut-être disparition des glaces au Pôle Nord, augmentation du niveau des océans avec une inondation des terres basses".

D'après les données de la Nasa, par rapport à la période 1950-1980, la hausse des températures au niveau mondial atteint déjà +1 °C, cette moyenne cachent des disparités notamment au niveau des pôles, où la température par endroit est déjà montée de 3 degrés accélérant la fonte des glaciers et par voie de conséquence, la montée du niveau des océans.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.