L'Onu dresse un constat alarmant de la disponibilité de l'eau potable sur la planète. En 2015, environ 844 millions de personnes n'avaient pas accès à un service d'eau potable sûr et seuls 39% de la population mondiale disposaient de services d'assainissement sûrs. En 1974, le premier candidat écologiste à une élection présidentielle, René Dumont, avertissait du risque de pénurie d'eau potable dans les prochaines décennies... 

L'eau devient rare dans de nombreuses parties du monde aujourd'hui. En cause, l'explosion démographique, le développement économique et l'évolution des modes de consommation. Il en résulte que la demande mondiale en eau devrait augmenter en 2050 de 20 à 30% par rapport au niveau actuel, selon un constat établi par Onu-Eau et l'Unesco dans leur rapport annuel.

Une prévision dont les conséquences risquent d'être encore plus lourdes si l'on prend en compte les nombreuses manifestations dans les prochaines décennies du dérèglement climatique. 

En 1974, l'élection présidentielle voyait l'irruption sur la scène politique d'un nouveau mouvement, l'écologie. Son représentant, l'agronome René Dumont, connu pour son combat pour le développement rural des pays pauvres, marquait les esprits lors du premier tour de la campagne électorale.

Face à la caméra, il interrogeait les téléspectateurs : « vous savez ce qu'il va se passer ? », tout en portant un verre d'eau à ses lèvres, il poursuivait : « nous allons bientôt manquer de l'eau, et c'est pourquoi je bois devant vous un verre d'eau précieuse puisque avant la fin du siècle, si nous continuons un tel débordement, elle manquera ».

En dépit de cet épisode marquant du premier tour de la campagne, René Dumont et le mouvement écologiste ne recueilleront que 1,3% des suffrages.

Rédaction Ina le 19/03/2019 à 10:31. Dernière mise à jour le 07/08/2019 à 11:10.
Politique