Vendredi 23 avril, Thomas Pesquet devrait s'envoler pour la deuxième fois à 400 km au-dessus de nos têtes pour rejoindre la station spatiale internationale. C'est la plus grande construction orbitale au monde, construite et gérée grâce à une coopération internationale. Retour sur sa mise en orbite.

L'ISS a été mise en service en novembre 1998. Le début d’un immense jeu de d’assemblage. En tout, seize pays ont uni leur forces et leur savoir-faire pour réaliser ce projet. Mais le coût de la station avait fait grincer quelques dents à l’époque. 

Pourtant c'est tout l'intérêt de cette station, mais avant de pouvoir accueillir des habitants de façon permanente, il a fallu assembler tous les modules. Quarante vols seront nécessaires pour assembler tous les éléments de la station.

En 2001 Claudie Haigneré est la première française à s'envoler pour l'ISS. L'année suivante, c'est au tour de Philippe Perrin, surnommé "Pépé" de rejoindre la station. Il effectuera une sortie dès son premier vol, du jamais vu. Sa mission : continuer l'assemblage et l'amélioration de la station orbitale. La station est occupée de façon permanente depuis les années 2000, Thomas Pesquet y retourne pour la seconde fois et dirigera une partie de l'expédition.

Pour aller plus loin : 

Les astronautes français dans l'espace. (Article-rétropective)

1968, Véronique s’envoie en l'air. Le 9 avril 1968, la fusée Véronique est la première fusée à décoller du Centre spatial guyanais. Cette fusée sera principalement utilisée pour placer des charges en orbite ou envoyer des animaux dans l’espace. (Article)

Ariane : l'épopée spatiale. (Article)

Guyane : Kourou, de l'espoir au mirage. (Module france info-ina, 2017)

Rédaction Ina le 21/04/2021 à 14:40. Dernière mise à jour le 23/04/2021 à 09:06.
Sciences et techniques