Aller au contenu principal
Robert Hébras, dernier survivant du massacre d'Oradour-sur-Glane

Robert Hébras, dernier survivant du massacre d'Oradour-sur-Glane

C’était le 10 juin 1944. A Oradour-sur-Glane, 643 personnes furent assassinées par les nazis. Les hommes exécutés, les femmes et enfants brûlés vifs. Une commémoration a lieu ce vendredi en présence de Robert Hébras. A 96 ans, il est le dernier survivant du massacre. L'INA est allé à sa rencontre.

Par la rédaction de l'INA - Publié le 09.06.2022
 

Robert Hébras est le dernier survivant du massacre d’Oradour : «On n’imaginait pas qu’on puisse tuer des hommes comme ça. Et je ne parle pas des femmes et des enfants », confie t-il à la caméra de l'INA. Robert Hébras était à Oradour-sur-Glane ce funeste 10 juin 1944. Ce jour-là, le village est investi par une division SS. Robert Hébras raconte : « Je vais voir ma petite sœur qui est à l’école [...] qui pleure parce qu’elle a peur. Je lui dis “mais ne t’inquiète pas, on va rentrer à la maison. Personne ne va te faire de mal.” Et je lui disais ça sincèrement. » Le dernier témoin français de ce massacre poursuit : « Il y a un soldat qui s’est adressé à nous en français et il a dit “Tous ceux qui ont des armes, vous vous faîtes connaître." [...] Il a même précisé qu’il y avait des armes de guerre. Et tous ceux qui ne seront pas concernés, ils seront relâchés. » 

Ce drame est relaté dès le 29 septembre 1944 dans les Actualités françaises. « Les femmes et les enfants, on les a emmenés dans l’église. Et on les a mitraillés et brûlés vifs. Les hommes, on les a emmenés dans des granges et abattus et on a mis le feu à leur cadavre » explique le commentaire de l'époque. 

Robert Hébras se souvient plus précisément de l'enchaînement des événements : « A un moment donné, il y a un soldat qui était le chef je pense, Il a fait le tour de notre groupe et il nous a fait signe de nous lever. Et le temps qu’il revienne à l’entrée de la grange, il y a une forte détonation dans le village. Là, c’est le signal de l’exécution des hommes… »

643 personnes sont massacrées par les nazis. « Ici, tout est mort. Une ville incendiée, fusillée, torturée. Un désert qui fait penser au cataclysme » commentait le journaliste des Actualités françaises en 1944.

Robert Hébras, dernier survivant du massacre d’Oradour, poursuit son récit : «Là, c’est la fusillade. Je me retrouve sous les morts. C’est quand même un moment difficile. Là je calcule.. “Robert” Je savais que j’allais mourir.» 

6 personnes survivent, dont Robert Hébras :  «Je me suis caché dans une étable à cochons. [...] J’ai entendu parler français. [...] J’ai vu que c’était des gens que je connaissais. Ça a été un soulagement pour moi.»

Robert Hébras a attendu le début des années 70 pour témoigner à la télé. En 1972, il expliquait l'importance du témoignage : «Aujourd’hui, je me rends compte que c’est important. A l’époque, je l’ai fait parce que je me suis toujours rapproché des enfants. Et puis j’ai rencontré des jeunes de la commune. Le centre de la mémoire n’existait pas. Et je les recevais dans les ruines pour leur expliquer ce qu’il s’était passé.»

Aujourd’hui, Robert Hébras a 96 ans. Il est le dernier témoin vivant de ce 10 juin 1944 : « Aujourd’hui, il y en a un message. On revit les massacres. Moi, ça me touche beaucoup. Malheureusement... j'ai peur que nos petits enfants et arrière petits enfants aient des soucis avec les prochaines guerres. Parce qu’il y aura d’autres guerres » conclut-il.

Une version longue du témoignage de Robert Hébras est disponible ci-dessous : 

 

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.