Aller au contenu principal
Marine Le Pen et la Russie : une relation privilégiée

Marine Le Pen et la Russie : une relation privilégiée

Si Marine Le Pen arrive au pouvoir, ses décisions en matière de politique étrangère pourraient changer le positionnement de la France sur l'échiquier mondial, notamment dans le cadre des relations avec la Russie.

Par la rédaction de l'INA - Publié le 14.04.2022
Marine Le Pen reçue par Vladimir Poutine - 2017 - 02:02 - vidéo
 

En cas de victoire à l’élection présidentielle, Marine Le Pen compte prendre un certain nombre de mesures en matière de politique étrangère comme sortir du commandement intégré de l'Otan, revoir les relations avec les Etats-Unis, stopper les coopérations militaires et industrielles avec l'Allemagne et se rapprocher de la Russie. Un pays avec qui la candidate RN entretient des relations amicales depuis plusieurs années au point d’être l’une des seules responsables politiques françaises à avoir été reçue en tête à tête par Vladimir Poutine en mars 2017, quelques semaines avant la présidentielle.

Cette visite avait été largement relayée et commentée. Dans l’archive en tête d’article, la candidate s’affichait tout sourire aux côtés du maître du Kremlin. Leur poignée de main avait précédé un entretien de plus d'une heure au cours duquel ils avaient évoqué plusieurs affaires internationales comme la lutte contre le terrorisme ou la situation en Syrie.

A l'époque, Vladimir Poutine ne s’en cachait pas, c’était elle sa favorite pour l’Elysée, mais il se défendait de toute ingérence dans la campagne française déclarant devant les caméras : « Nous ne voulons d’aucune manière influencer les événements mais nous nous accordons le droit de rencontrer tous les représentants du pouvoir politique, tout comme les Etats-Unis et les partenaires européens le font ».

La crise ukrainienne de 2014

Entre Marine Le Pen et la Russie tout avait débuté par une visite officieuse en 2013. En 2014 la cheffe du RN avait pris plusieurs fois position en faveur de la Russie. Elle avait notamment pris la défense de Vladimir Poutine lors de son intervention en Ukraine, et commenté son intervention déclarant sur France 3 le 24 février 2014 : « Vladimir Poutine s'est plutôt mis en retrait depuis un certain nombre de jours (...) Historiquement, Kiev est le berceau de la Russie, un tiers des habitants d'Ukraine est russophone, l'économie du pays est en grand partie liée à la Russie. C'est ainsi, il faut que tout le monde puisse être à la table des négociations. » Une déclaration à visionner ci-dessous.

Marine Le Pen sur Poutine et l'Ukraine
2014 - 00:54 - vidéo

En mai 2014, Marine Le Pen s’était aussi exprimée sur la crise en Crimée, prenant à nouveau le parti de la Russie, notamment en critiquant la position de l’UE : « Je pense qu’il est stupide de la part de l’Union européenne d’être entrée dans une sorte de guerre froide contre la Russie, rien ne le justifie. » Elle ajoutait qu’il fallait « avoir des relations équilibrées avec tous les grands pays » et que la Russie était « incontestablement un grand pays ». A l’époque, elle déclarait reconnaître la Crimée comme territoire russe si elle était élue.

Marine Le Pen reçue par Vladimir Poutine
2017 - 02:02 - vidéo

Le prêt russe

La même année, le parti de Marine Le Pen avait bénéficié d’un prêt de 9 millions d’euros auprès d’une banque russe, la « First Cezch Russian bank » dont le siège se situe à Moscou, pour rembourser les 40 millions d'euros de dépenses de campagne. Exhibant le dossier des refus de prêt des banques françaises, Marine Le Pen déclarait à l’époque que c’était la seule banque à avoir accepté de leur prêter cet argent.

En 2018, à l’occasion de la visite officielle de Vladimir Poutine en France à l’invitation d’Emmanuel Macon, Marine Le Pen avait réitéré son soutien à la Russie regrettant que l’UE ait « claqué la porte au nez » à la Russie « un pays européen » et qu’on l’ait traité « comme une ennemie ». 

Pour aller plus loin : 

20 heures de F2 : le Front national a emprunté à une banque russe. Compte rendu d'enquête concernant les prêts contractés par le "Front national" auprès d'une banque russe.  (24 novembre 2014)

13h15 le dimanche : Aymeric Chauprade, missionnaire pour le FN en Russie. Gros plan sur Aymeric Chauprade, conseiller spécial de Marine Le Pen pour les relations internationales en déplacement à Moscou pour promouvoir les idées de la candidate en Russie. Sa rencontre avec l'oligarque russe Konstantin Maloveef, qui soutient Marine Le Pen et décrit ce que les russes aiment chez elle. (4 octobre 2015)

20 heures de F2 : Marine le Pen, Emmanuel Macron : deux visions de la politique étrangère. Faut-il s'éloigner des USA et se rapprocher de la Russie ? (3 mai 2017)

Vladimir Poutine : la fermeté affichée d'Emmanuel Macron. La rencontre à Versailles entre le président français et le président russe  a soulevé de nombreux sujets sensibles. La visite de Marine Le Pen au Kremlin pendant la campagne présidentielle et le traitement d'Emmanuel Macron par les médias russes durant cette campagne ont été abordés. (29 mai 2017)

L'instant M sur France Inter : Paul Moreira (auteur du documentaire Guerre de l'info : au coeur de la machine russe),  sur les liens entre la Russie et Marine Le Pen. (13 mars 2018)

19-20 de F3 : Justice : Le RN face à ses créanciers. Le Rassemblement National poursuivi pour ne pas avoir remboursé un prêt de plus de 9 millions d'euros emprunté en Russie. (6 février 2020)

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.