Aller au contenu principal
1980 : avec un releveur officiel de température dans des bâtiments officiels

1980 : avec un releveur officiel de température dans des bâtiments officiels

Face à la crise énergétique et à de possibles coupures d'électricité au cours de l’hiver, le gouvernement demande aux Français de réduire leur consommation et oriente sa communication pour signifier la participation des responsables politiques à cet effort. Une stratégie déjà empruntée dans les années 70, lors des crises pétrolières.

Par la rédaction de l'INA - Publié le 28.09.2022
Température dans les lieux publics - 1980 - 02:04 - vidéo
 

« Vous ne me verrez plus avec une cravate mais avec un col roulé. Et je pense que ce sera très bien, ça nous permettra de faire des économies d’énergie, de faire preuve de sobriété », a déclaré Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, sur France Inter, mardi 27 septembre. Il a également expliqué qu’à Bercy, le chauffage ne serait pas allumé tant que la température ne descendra pas en dessous de 19 degrés. Objectif : montrer que les dirigeants participent aux efforts que requiert la crise énergétique.

La même stratégie de communication fut utilisée au lendemain des chocs pétroliers survenus en 1973 et 1979. L’archive en tête d’article mettait en scène, au journal de 20h de TF1, un ingénieur de l'Agence pour les économies d'énergie dont la mission était de contrôler la température des lieux publics. En effet, après le premier choc pétrolier, la température dans les administrations devait être inférieure à 20°C, puis, avec le second choc pétrolier, inférieure à 19°C. 

Montrer l'exemple et le communiquer

Dans cet extrait du 15 octobre 1980, le journaliste suit le « releveur officiel de température » dans ses pérégrinations alors que les bâtiments publics viennent d’allumer leur chauffage. Bras tendu, thermomètre électronique à la main, il relève 20,2°C dans la mairie du 7e arrondissement de Paris. Puis, il détecte 21,5°C au service des courriers de l'Hôtel Matignon, devant le regard interloqué d’une employée au bureau couvert de tampons encreurs. 

Dans les services de Raymond Barre, alors Premier ministre, la température était dans la norme, proche de 19 °C. « La palme de l’économie d’énergie revenait cet après-midi à l’Elysée : 16,8°C relevé chez les proches collaborateurs du président », terminait d'un ton léger le journaliste en annonçant que ces contrôles inopinés devraient être multipliés les jours suivants. 

La participation des membres du gouvernement à l’effort collectif n’était pas seulement relevée, elle était aussi montrée. Ainsi, à l’instar de Bruno Le Maire, le Premier ministre Pierre Messmer apparaissait en col roulé dans son bureau à la veille de Noël 1973. Dans l’archive ci-dessous, il se montrait alors rassurant sur la crise pétrolière au JT de 20h : « J’avais dis il y a déjà deux mois, que pendant les fêtes, personne ne serait privé d’essence. Vous constatez que c’est vrai. Je vous dis de même qu’au lendemain des fêtes et (...), jusqu’au printemps, il n’y aura pas non plus de privation d’essence. (...) Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y aura pas d’augmentation de prix, parce que ça dépend pas de nous, vous le savez très bien. » En creux : s'inscrire symboliquement dans l'effort collectif demandé aux Français et Françaises afin de passer la crise.

Pierre Messmer sur la crise pétrolière
1973 - 00:54 - vidéo

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.