Aller au contenu principal
Au cœur de la discothèque de Radio France dans les années 60

Au cœur de la discothèque de Radio France dans les années 60

A l'occasion de la Journée mondiale de la radio, remontons le temps et partons à la découverte de ce véritable temple de la musique, un lieu incontournable de la Maison de la Radio qui recèle des trésors, sa discothèque. Retour dans les années 60 pour une visite guidée.

Par Florence Dartois - Publié le 20.09.2017 - Mis à jour le 11.02.2022
 

A l'occasion de la Journée mondiale de la radio, remontons le temps et partons à la découverte de la discothèque de la Maison de la Radio. Un service incontournable sans lequel les émissions radio ne pourraient pas proposer leur programmation musicale. 

La richesse de son fonds fait rêver bien des amateurs de musique et de variétés. D'ailleurs Radio France vend régulièrement aux enchères les vinyles et disques rares de sa discothèque centrale, désormais numérisée. Mais à quoi ressemblait ce service indispensable à la radio avant l'ère du numérique ? Qui travaillait là, et quelles étaient leurs fonctions ? Réponse en images. 

Début 1964, l'ORTF n'existe pas encore, nous sommes à l'époque de la RTF. Dans le reportage télévisé proposé en tête d'article, la Maison de la Radio présente ses différents services musicaux. Parmi eux, sa discothèque centrale. A l'époque 500 000 disques sont inventoriés et mis à disposition des différents services et émissions des stations, mais aussi de la télévision. Gérard Michel qui dirige alors le service ouvre les portes des « dix salons privés d'écoute ». Madame Bridoux, la responsable du secteur des « programmes de musiques enregistrées », dévoile que le service est «doté d'un personnel vif et qui pense très rapidement » : les discothécaires. 

Du cylindre au microsillon

Quelques années plus tard, en 1969, la discothèque centrale alimente les émissions radio et télé de « l'Office » c'est-à dire de l'ORTF, créé fin 1964. Désormais, plus d'un million de disques s'y côtoient. On peut écouter une multitude de supports : des cylindres, des disques à saphir, à aiguille et des microsillons (33t et 45t). Un technicien propose une promenade sonore grâce à deux enregistrements gravés sur cylindres à la fin du XIXe et au début du XXe siècle et conservés par les soins des discothécaires. Ça crachote, mais quel charme !

Mais comment retrouver un titre, un auteur ou un artiste dans cet univers sonore où l'informatique n'existe pas encore ? Grâce aux fichiers manuels et ses précieuses fiches. Des petites fiches, des petites fiches… beaucoup de petites fiches. Un classement méticuleux à découvrir ci-dessous.

Le reportage ci-dessous dévoile les coulisses du travail des discothécaires de production, toujours à l'écoute des producteurs et découvreurs de pépites musicales. Voici comment fonctionnait ce service essentiel à la production des émissions en 1969.

Le programmateur : un "super discothécaire" !

Mais qui choisit le disque diffusé à l'antenne ? En 1969, pour France Musiques, ce sont les producteurs des émissions eux-mêmes. Pour France Inter, cette tâche est confiée aux programmateurs. C'est le second groupe de discothécaires. Expérimentés, ils recherchent, pour le compte des animateurs, les disques de variétés qui correspondront le mieux à un programme donné. Une réunion de programmation se déroule chaque semaine, elle réunit les programmateurs et les animateurs. Dans la bonne humeur, chacun découvre les nouveaux disques reçus, comme on le voit ci-dessous.

Pour terminer, glissons-nous dans le bureau de l'un de ces virtuoses de la sélection, André Marchand. En 1969, il assurait la sélection des disques de l'émission de Gérard Klein.

INA

Discothèque de Radio France, RTF, 1961

INA

Discothèque de Radio France, 1963

INA

Discothèque de Radio France, 1963

INA

Discothèque de Radio France, 1963

INA

Discothèque ORTF, 1964

Lancer le diaporama : 5 images

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.