Aller au contenu principal
2019 : qui sont les suprémacistes blancs ?

2019 : qui sont les suprémacistes blancs ?

Une fusillade dans un supermarché de Buffalo, aux États-Unis, a fait dix morts, samedi 15 mai. Le tueur s’est revendiqué du « suprémacisme blanc » sur les réseaux sociaux avant de viser un quartier noir et défavorisé de cette ville de l'Etat de New York. En 2019, France 2 dressait un portrait de cette mouvance ouvertement raciste et très présente aux Etats-Unis.

Par la rédaction de l'INA - Publié le 16.05.2022
 

« Un crime haineux à motivation raciale », selon les mots du président Joe Biden, a été perpétré à Buffalo, samedi 15 mai. Un « terrorisme domestique », toujours selon le président des Etats-Unis, qui a visé un quartier noir et défavorisé de cette ville de l'Etat de New York, provoquant la mort de 10 personnes. Avant de passer à l'acte, le jeune tireur s'est revendiqué comme étant un « suprémaciste blanc » sur les réseaux sociaux.

Au fil d'un manifeste de près de 180 pages, raciste et antisémite, l'assassin fait référence aux attentats des dernières années commis aux Etats-Unis et dans le monde par d'autres suprémacistes blancs, comme Breton Tarrant, qui en mars 2019 avait assassiné 51 personnes à Christchurch, en Nouvelle-Zélande ; Patrick Crusius, auteur de la tuerie d'El Paso, aux Texas, qui coûta la vie à 21 Latinos, en août 2019 ; Robert Bowers, assassin de 11 fidèles d’une synagogue de Pittsburgh, en Pennsylvanie, en 2018 ; Dylann Roof, qui assassina 9 fidèles dans une attaque contre une Eglise noire à Charleston en 2015 ; ou encore Anders Breivik, responsable des massacre d’Oslo et de l’île d’Utoya, en Norvège en 2011, un attentant qui fit 77 morts. 

Radicalisation solitaire

Autant de suprémacistes blancs, une mouvance présente et active aux Etats-Unis, en progression depuis l'élection de Barack Obama à la présidence en 2008. En août 2019, à l'occasion de la tuerie d'El Paso, un sujet de France 2 revenait sur l'identité de ces groupuscules : « un mode opératoire commun, avec des actions violentes avec des armes de guerre pour faire un maximum de victimes. Et des revendications sur les réseaux sociaux avant leur passage à l’acte : des manifestes, mélanges d’idéologie haineuse puisée sur internet » explique la journaliste Stéphanie Perez. Une même « motivation » aussi, avec « en toile de fond, la prétendue sauvegarde de la civilisation occidentale, face à l’arrivée d’étrangers » poursuite le reportage de France 2. Mais alors que ces groupuscules sont « en plein développement, [...] quand ils passent à l’acte, ils agissent en loups solitaires. En faisant souvent référence aux précédents tueurs de masse, dont ils s’inspirent » analyse Stéphanie Perez.

Pour François Durpaire, historien spécialiste des Etats-Unis, cette nouvelle génération de terroristes est en quelque sorte « plus difficile à appréhender que dans les années 1950 ou 1960, où les gens [de la mouvance suprémaciste, NDLR] faisaient partie d’une association, le Ku Klux Klan. Aujourd’hui, poursuit l'historien, c’est une nébuleuse et ces jeunes se radicalisent tout seuls. »

D'autant plus que la Constitution américaine, qui a érigé la liberté d'expression totale comme l'un des fondements mêmes de l'identité américaine, rend presque impossible la traque organisée par la police de ces radicaux : « Le FBI ne peut pas aller derrière chaque Américain raciste qui tiendrait des propos haineux sur internet, c’est impossible, en tout cas la constitution américaine ne le prévoit pas », éclaire l'historien François Durpaire. Ces dernières années, conclut le reportage de Stéphanie Perez, « les attaques de l’extrême droite sont trois fois plus nombreuses aux Etats-Unis que les actions djihadistes. »

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.