Aller au contenu principal
Sur le premier jour du tournage de «Plus belle la vie» en 2004

Sur le premier jour du tournage de «Plus belle la vie» en 2004

Le dernier épisode de la série télévisée à la plus grande longévité à l'antenne est diffusé le 18 novembre 2022 après 18 ans à l'antenne. Retour sur les premiers jours de tournage du plus célèbre des « soaps » français.

 

Par la rédaction de l'INA - Publié le 24.09.2019 - Mis à jour le 17.11.2022
 

L'ACTU.

Après plus de 4500 épisodes et 18 ans de diffusion ininterrompue Plus belle la vie, la série culte de France 3, quitte l'antenne. L'occasion de retourner sur le plateau lors des premiers jours de tournage. Un marathon télévisuel débutait avec la production de 5 épisodes par semaine, tout au long de l'année. Un véritable challenge.

L'ARCHIVE.

L'archive en tête d'article date du 19 juillet 2004, premier jour du tournage aux studios de la Belle de Mai, à Marseille. Les équipes de France 3 Marseille s'étaient rendues sur place pour prendre le pouls de cette nouvelle aventure télévisuelle. Un projet ambitieux avec la volonté de recréer un feuilleton populaire à l'instar de ceux qui existaient dans les années 60.

Pour ce premier jour de tournage, l’atmosphère était studieuse. Pour les acteurs et les techniciens, un marathon commençait. Sous les consignes du réalisateur Michel Hassan, les comédiens jouaient leur première scène et entraient pour la toute première fois dans la peau de leur personnage, « entre angoisse et excitation » précisait le journaliste. Les recommandations du réalisateur visaient à détendre l'ambiance : « si jamais il y a un petit accrochage sur une phrase, pas de drame, on continue ».

Un tournage atypique

Avec 22 minutes à produire chaque jour, l'équipe n'avait pas le temps de souffler. Les séquences étaient tournées en longueur, en simultané, par trois caméras différentes, l'essentiel du montage se déroulant en temps réel, à mesure du jeu des acteurs. Pour Michel Cordes qui deviendrait le mythique patron du bar du Mistral, ce tournage se rapprochait du théâtre que les tournages habituels où on coupait beaucoup plus, « là on travaille en plan-séquence, donc on travaille des scènes », précisait-il.

Les comédiens allaient peu à peu donner vie à ces habitants du quartier du Mistral, un petit coin de Marseille réinventé. Ils ne le savaient pas encore ce jour-là, mais ils allaient devenir les voisins de la France entière.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.