Aller au contenu principal
1980 : les débuts de la politique de l'enfant unique en Chine

1980 : les débuts de la politique de l'enfant unique en Chine

La Chine, le pays le plus peuplé du monde, fait face à la plus importante baisse de natalité depuis la publication des statistiques démographiques, en 1978. Malgré les incitations gouvernementales, le taux de natalité n'était que de 7,52 enfants pour 1000 personnes en 2021. Retour au début des années 1980, lorsque la politique de l'enfant unique visait au contraire à éviter l'explosion démographique du pays.

Par la rédaction de l'INA - Publié le 31.05.2021 - Mis à jour le 17.01.2022
Démographie chinoise - 1980 - 03:34 - vidéo
 

La Chine, 1,4 milliard d'habitants, a publié lundi 17 janvier des données officielles faisant état du taux de natalité le plus bas depuis 1978, année où le pays a commencé à publier son relevé annuel de statistiques. Son taux de natalité était de 7,52 naissances pour 1000 personnes en 2021, d’après le Bureau national des statistiques (BNS). Il était de 8,52 en 2020.

En réaction à cette baisse sans précédent de sa natalité, la Chine avait décidé en mai 2021 de supprimer la limite de deux enfants par couple. La décennie écoulée aura en effet vu le renversement de la politique démographique restrictive qui régnait depuis la fin des années 1970. En 1979, époque où le parti communiste craignait alors les conséquences d'une surpopulation, était instituée la politique de l'enfant unique. Malgré quelques aménagements et exceptions, elle allait rester la règle pour la majorité des familles chinoises jusqu'en 2016, année où le parti autorisait alors deux enfants.

Le 20 octobre 1980, le journal télévisé de TF1 consacrait un reportage à cette politique révolutionnaire de l'enfant unique. La Chine, peuplée alors de 981,2 millions d'habitants, craignait une surpopulation à laquelle son économie ne serait pas en mesure de faire face.

Pour stabiliser les 17 millions de naissances par an, le parti communiste choisissait donc la politique de l'enfant unique, et s'en expliquait à TF1 à travers l'interview de M. Wang Liancheng, responsable du planning familial de Chine : «  Grâce à la propagande et à l’éducation, la plupart des familles accepte de n’avoir qu’un seul enfant. A part les minorités nationales que nous ne limitons pas, et certaines familles qui obtiennent des dérogations, les couples renoncent au 2e et surtout au 3e enfant. Ceux qui refusent d’entendre raison subissent des contraintes qui ne sont levées qu’à la majorité de l’enfant. »

Une politique qui allait vite entraîner le drame des infanticides féminins, comme le montrait ce sujet d'Antenne 2 du 30 avril 1983. Le reportage de Patrick Clément donnait la parole à une chinoise qui évoquait ouvertement la question : « Oui, cette question existe. Pas dans mon quartier, mais cela existe à Pékin, cela se produit, mais c'est beaucoup plus fréquent à la campagne. Et c'est le mépris qui existe pour la femme en Chine qui permet qu'on tue des bébés, des filles ».

Le 28 mars 2006, Zhang Weiqing, responsable de la commission nationale de la population et du planning familial, affirmait que la politique de l'enfant unique aurait permis d'éviter 400 millions de naissances en un peu plus de trente ans.


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.