Aller au contenu principal
1979 : le monopole de « Galligrasseuil » sur le prix Goncourt suscite la polémique

1979 : le monopole de « Galligrasseuil » sur le prix Goncourt suscite la polémique

Le prix Goncourt a été attribué ce mercredi 3 novembre à Mohamed Mbougar Sarr pour « La Plus secrète mémoire des hommes », aux éditions Philippe Rey. Une petite maison d'édition, alors que le plus vieux des prix français est souvent sous le feu de la critique pour récompenser les trois principales maisons d'éditions, Gallimard, Grasset et Le Seuil. Une controverse qui existait déjà en 1979.

Par Cyrille Beyer - Publié le 03.11.2021
Prix Goncourt - 1979 - 03:38 - vidéo
 

Le prix Goncourt 2021 a été remis ce mercredi au restaurant Drouant au Sénégalais Mohamed Mbougar Sarr pour La Plus secrète mémoire des hommes, aux éditions Philippe Rey. Le jury, composé de sept hommes et trois femmes, a choisi le lauréat parmi quatre finalistes, les trois autres étant Sorj Chalandon avec Enfant de salaud, Louis-Philippe Dalembert avec Milwaukee Blues, et Christine Angot pour Voyage dans l’Est.

Compétition

Comme chaque année, la compétition s'est jouée également sur le plan des maisons d’édition, entre celles habituées aux prix et de plus petites maisons. Dans la première catégorie, on trouvait cette année Flammarion, qui publie Christine Angot, et Le Seuil, éditeur de Sorj Chalandon. Face à elles, dans le rôle du petit Poucet, les éditions Sabine Wespieser, qui publient Louis-Philippe Dalembert et les éditions Philippe Rey pour Mohamed Mbougar Sarr.

Cette rivalité entre les « majors » de l’édition française – Le Seuil et Grasset formant avec Gallimard un trio souvent qualifié dans la presse sous le terme de « Galligrasseuil ») – et les petites maisons, les dernières reprochant aux premières de rafler la majorité des prix littéraires, n'est pas nouvelle. On la retrouve déjà en 1979, dans l'archive placée en tête d'article.

Il s’agit d’un reportage d’Alain Gillot-Pétré pour le journal de 20h, diffusé le 18 novembre 1979, la veille de la remise du prix Goncourt. Le journaliste installe d’abord son reportage dans l’ambiance des lieux, le très chic restaurant Drouant, dans le 2e arrondissement de Paris. Assis à la place du président de l’Académie Goncourt, André Bazin, Alain Gillot-Pétré se fait présenter l’ordre de table par M. Trépardoux, majordome du restaurant. Autour de la table, toujours à la même place, prendront donc place pour délibérer, sous la direction d’André Bazin, la vice-présidente Françoise Mallet-Joris, Michel Tournier, Emmanuel Roblès, Armand Salacrou, Armand Lanoux (le secrétaire général de l’Académie), François Nourissier, André Stil, Jean Cayrol et Robert Sabatier.

Controverse

Mais déjà, en cette édition 1979, la question du quasi monopole des trois grandes maisons, Gallimard, Seuil et Grasset, fait débat. Alain Gillot-Pétré rappelle qu’en vingt ans, 9 prix sont revenus à Gallimard, 3 à Grasset et 3 au Seuil. 15 prix donc sur 20 pour « Galligrasseuil », une domination déjà sensible depuis les débuts de ce prix attribué depuis 1903 – le plus vieux de France.

Pour l’écrivain Bernard Clavel, ce quasi monopole est le fait des jurés : « Pour des raisons, peut-être d’amitié, d’affection, ou parce que des auteurs appartiennent à une maison d’édition, [le prix] vaut systématiquement pour des poulains de ces maisons d’édition. C’est une chose que je n’ai pas pu supporter. C’est pourquoi j’ai quitté l’académie Goncourt.»

Pour Michel Tournier, au contraire, cette situation s’explique logiquement par la situation écrasante de ces maisons sur le secteur français de l’édition : « Si on dit Gallimard, Grasset, Le Seuil, c’est un petit peu comme si pour l’automobile on disait Peugeot Renault Citroën. Cela représente 70% de la production littéraire en France, ça n’est donc pas étonnant que ce soit à ceux-là qu’aillent très souvent les prix. »

Cette année 1979 encore, l’une de ces grandes maisons emportait la mise, puisque le prix Goncourt était attribué le 19 novembre à Antonine Maillet, avec Pélagie-la-Charrette, un roman publié chez Grasset.

En 2018, un article du Monde établissait que sur 116 prix attribués depuis sa création, 38 étaient revenus aux éditions Gallimard, 17 à Grasset et 6 au Seuil.

Avec l'attribution ce mercredi 3 novembre du prix à Mohamed Mbougar Sarr, les éditions Philippe Rey, créées en 2002, remportent leur premier prix Goncourt. 

Pour aller plus loin : 

Interview d'Edmonde Charles Roux, lauréate du prix Goncourt pour son roman Oublier Palerme, un sujet de « Provence Actualités » diffusé le 16 décembre 1966.

Annonce par Armand Salacrou de l'attribution du prix Goncourt à Michel Tournier pour son livre Le roi des Aulnes, un sujet du journal télévisé d'Antenne 2 du 23 novembre 1970.

Le prix Goncourt décerné à Marguerite Duras pour son roman L'Amant, un sujet du journal télévisé du 12 novembre 1984 avec en insert un extrait de l'émission spéciale « Apostrophes » du 28 septembre 1984 avec l'interview de Marguerite Duras.

Emile Ajar, ou le canular de Romain Gary, un module France Info/Ina diffusé le 2 décembre 2012 qui revient sur le célèbre épisode du prix Goncourt attribué à Emile Ajar pour La Vie devant soi en 1975.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.