Aller au contenu principal
1964 : "Les sportifs peuvent boire du vin, même en compétition"

1964 : "Les sportifs peuvent boire du vin, même en compétition"

Les Jeux olympiques, c'est parti ! De Teddy Riner à Mélina Robert-Michon, 378 athlètes français participeront à la compétition. Pour les J.O de Tokyo de 1964, la délégation française arrosait de vin ses repas, tout simplement.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 23.07.2021 - Mis à jour le 23.07.2021

1964 : "Les sportifs peuvent boire du vin, même en compétition"

Les Jeux olympiques, c'est parti ! De Teddy Riner à Mélina Robert-Michon, 378 athlètes français participeront à la compétition. Pour les J.O de Tokyo de 1964, la délégation française arrosait de vin ses repas, tout simplement.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 23.07.2021 - Mis à jour le 23.07.2021
La consommation de vin à Lyon - 1964 - 02:00 - vidéo
 
La consommation de vin à Lyon - 1964 - 02:00 - vidéo
Les Jeux olympiques de Tokyo débutent ce vendredi 23 juillet. De Teddy Riner à Mélina Robert-Michon, 378 athlètes français participeront à la compétition. Pour les J.O de Tokyo de 1964, la délégation française arrosait de vin ses repas, tout simplement.

Alors que les Jeux olympiques se disputent à huit clos, sans spectateurs, du fait de la crise sanitaire, ceux disputés dans la même ville, en 1964, furent un immense succès populaire et une démonstration du savoir-faire et de la modernité japonaises.

A l'occasion de cette ouverture, nous avons pensé à une drôle d'archive qui montre le fossé qui sépare parfois notre époque d'une période pas si lointaine, les années 60. Cet été, les 378 athlètes de la délégation française ne boiront certainement pas de vin au cours de leurs repas.

En 1964, il en était tout autrement, comme le montre l'interview de Jean Généty, médecin sportif, interrogé sur le rapport entre le vin et la pratique sportive : "Les sportifs peuvent boire du vin, même en période de grande compétition, mais du vin en quantité très restreinte, pendant les repas seulement. D'ailleurs, aux Jeux olympiques de Londres, les Français avaient manqué de vin et cet incident avait joué sur leur état d'esprit pendant un certain temps, entraînant, non pas de contre-performances sportives, mais des incidents psychologiques. A Tokyo, les Français emmènent leur vin". 

Le sujet, diffusé le 18 janvier 1964 dans le journal télévisé de Rhône Alpes actualités, donne ensuite la parole à des amateurs de vin lyonnais. S'ils regrettent que "boive moins dans la région", car les "bonnes maisons de vin sont de plus en plus rares", ils pouvaient se rassurer de la prescription du docteur Généty, qui assurait que pour une personne non sportive, "3/4 de litre de vin par jour était une quantité raisonnable".


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.