Aller au contenu principal
La définition du bonheur selon Jean Giono, "de petites choses minuscules"

La définition du bonheur selon Jean Giono, "de petites choses minuscules"

Une enquête publiée mardi 16 novembre montre que 57% des Français sont optimistes quant à leur avenir cherchant leur bonheur dans un mode de vie plus simple. Une attitude qui aurait sans doute réjouit Jean Giono, l'auteur de "Le bonheur fou". Voilà comment cet amoureux des choses simples définissait le bonheur en 1961. 

 

Par la rédaction de l'INA - Publié le 29.04.2020 - Mis à jour le 16.11.2021
Jean Giono et le bonheur - 1965 - 00:57 - vidéo
 

Une enquête publiée ce mardi 16 novembre par Elabe, l'Institut Montaigne en partenariat avec la SNCF et franceinfo, montre que 57% des Français sont optimistes quant à leur avenir. Près de huit Français sur dix se disent heureux, un chiffre en hausse de cinq points par rapport à 2018. Un optimisme qui pourrait étonner alors que la crise sanitaire n'est pas encore terminée. D'après le Baromètre des Territoires (sondage réalisé sur internet entre le 10 septembre et le 7 octobre 2021 auprès d'un échantillon de 10 054 personnes), les Français se sont recentrés sur leur confort quotidien, leur lieu d'habitation. Les deux-tiers des Français décrivent leur lieu de vie comme un endroit dans lequel il fait bon vivre. Ils sont 8% à avoir déménagé après la pandémie et 19% souhaitent le faire dans le futur. Six Français sur dix jugent que notre modèle économique n'est plus compatible avec les enjeux  écologiques. Les trois quarts des Français considèrent même que nous sommes dans l'obligation de changer nos modes de vie.

Mais le bonheur, c'est quoi exactement ? Réside-t-il dans la possession ou la consommation effrénée ? L'archive en tête d'article amène un début de réponse, celle d'un écrivain amoureux de Manosque et de la simplicité de la vie provençale. Le 25 décembre 1965, Jean Giono livrait sa propre définition du bonheur dans l'émission "La nuit écoute".

Un bonheur ordinaire

A 70 ans, l'auteur provençal possédait une vision bien précise du bonheur qui tenait selon lui à une multitude de petites choses quotidiennes, mais surtout pas matérielles. "Le bonheur, précisait-il, je crois, après pas mal d’expériences, s’atteint et se procure par des choses gratuites. De petites choses minuscules auxquelles d’ordinaire on ne fait pas attention, et qui, si on y fait attention, composent le bonheur précisément."

L'auteur du Hussard sur le toit ou des Ames fortes décrivait ses petits bonheurs personnels, ses joies "minuscules et nombreuses", énumérant ces instants suspendus, uniques et infinis : "Dans une journée, par exemple, goûter le plaisir de voir passer une averse, le bruit d’un vent particulier dans les arbres, une fleur qu’on aurait respirée, un oiseau qui aurait tapé à la fenêtre et qui aurait chanté, une visite de quelqu’un qui vous aura intéressé par sa conversation". Rien n'échappait à sa quête de bien-être, pas même le détail le plus anodin : "Un travail qui fonctionne très bien, une feuille de papier qui glisse bien, tout ça fait partie du bonheur", concluait-il, un sourire heureux aux lèvres.

 

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.