L'Irlande, la musique celtique au coeur

Plongeons nous tout d’abord dans le folklore irlandais. Dans le bar d’une petite ville de l’Ouest de l’île, on y danse comme depuis des générations…Le folklore n’y est pas artificiel, c’est un besoin. Le pub est l’endroit social par excellence, où l’on discute de rugby et où l’on se remémore l’histoire dramatique de l’île, et sa défaire face à l’impérialisme anglais. 

Reportage en 1964 de Cinq Colonnes à la Une au cœur de l’Irlande, dans un pub, où la musique bat son plein…

En Irlande, la famille, c’est sacré. La musique y joue un grand rôle. De nombreuses familles cultivent cette tradition de la musique irlandaise, qui comporte la nostalgie de l’histoire, le souvenir de la défaite contre l’Angleterre. Plus précisément, le souvenir de l’épisode dit de la « Fuite des comtes » reste dans les mémoires : les comtes irlandais, l’élite du pays, s’embarque en 1630 pour l’Europe continentale. Sans les plus éclairés des siens, les Irlandais ne peuvent plus lutter contre la tutelle anglaise, la défaite est définitive. 

En 1986, une famille irlandaise explique l’importance de la musique pour la culture nationale.

A partir des années 1970, de nombreux groupes de musique irlandaise traditionnelle atteignent une renommée internationale, comme les Chieftains qui composent notamment certains titres de la bande originale du film « Barry Lindon », de Stanley Kubrick. 

En 1986, le groupe Fingaran joue deux morceaux sur le plateau de l’émission "Aujourd’hui la vie".

Les chanteuses du groupe Liadan prouvent le renouveau de la musique traditionnelle et une certaine modernité.

Images d’un concert et interviews, en 2010.

La Bretagne et le renouveau de la culture celtique en France

En Bretagne aussi, la cornemuse est à l’honneur. Dans cette terre si particulière, l’identité repose beaucoup, comme en Irlande, sur la musique. La région accueille des festivals qui regroupent l’ensemble des territoires et pays se référant à une culture celtique commune. 

En 1977, focus sur le festival des cornemuses de Brest.

En 1950, Quimper accueillait le festival interceltique, aujourd’hui Festival de Cornouaille.

Le Bagad est l’un des styles musicaux les plus célèbres du répertoire breton. 

Un exemple haut en couleurs avec cette fanfare des fusiliers marins de Lorient, en 1977, pour l’émission Numéro un.

Alan Stivell, porte-parole de la musique celtique dans le monde

En 1973, Jean-Pierre Elkabbach présentait Alan Stivell comme « l’apport le plus original de ces dernières années à la musique populaire ». Le chanteur annonçait que la musique et la culture celtiques seraient « l’une des grandes découvertes pour le monde ces prochaines années ».  

Extrait du JT de 1973, avec les interview d’Alan Stivell et de son père, facteur de harpe.

En 1975, le jeune journaliste Philippe Manœuvre interviewait Alan Stivell, et interrogeait sa tentative artistique de faire passer la culture traditionnelle dans la modernité. Pour le chanteur, « toute musique part du folklore ».

Le journaliste est agréablement surpris et intéressé par cette interview. 

Cette interview, réalisée en 1975, était l'occasion pour Alan Stivell de présenter les membres de son groupe et à évoquer plus longuement ses idées politiques et sa conception de l'identité bretonne.

En 1984, il chantait "Imramm Brain" sur le plateau de Champs-Elysées.

Tri Yann est un autre groupe phare de la culture bretonne. 

En 2013, le groupe chantait "Si mort à Mors" sur le plateau du JT de France 2.

Rédaction Ina le 28/10/2016 à 18:19. Dernière mise à jour le 11/01/2018 à 20:08.
Art et Culture