Ce vendredi, Emmanuel Macron a commémoré l'appel du 18 juin au Mont-Valérien. Le président de la République a honoré pour l'occasion, Léon Gautier, le dernier survivant français du Débarquement en Normandie. Pour les 70 ans de l'événement, ce vétéran du commando Kieffer évoquait cette journée historique avec Elise Lucet.

Le chef de l'Etat a commémoré officiellement l'appel du 18 juin au Mont-Valérien, devant le monument que le général de Gaulle avait lui-même inauguré en 1960. C'est un lieu symbolique car c'est au Mont-Valérien qu'ont péri de nombreux résistants et otages pendant l'Occupation. Emmanuel Macron y a présidé la cérémonie militaire marquant le 81e anniversaire de l'appel du 18 juin 1940. Emmanuel Macron a tenu à honorer deux des derniers vétérans de la Libération : Hubert Germain, le dernier compagnon de la Libération, et Léon Gautier, le dernier des 177 Français du commando Kieffer.

Le jour du débarquement en Normandie, le 6 juin 1944, l'ancien quartier-maître du Courbet qui était arrivé en Angleterre en juillet 1940, débarquait à Colleville-Montgommery, avec le célèbre commando Kieffer composé de 177 fusiliers-marins français. Il ont été les seuls représentants de la France à débarquer sur les plages normandes ce jour-là. 70 ans après, le 6 juin 2014, Léon Gautier, 91 ans, revenait avec beaucoup d'émotion sur les lieux. Il avait 21 ans à l'époque. Face à Elise Lucet, les souvenirs du nonagénaire étaient encore très vivaces. Il raconte alors que le D Day avait été très bien préparé en amont et confie que lui et ses camarades étaient avant tout très concentrés sur leur objectif : "débarquer rapidement et ne pas traîner sur la plage, ne pas se faire blesser et il fallait aller prendre le bunker rapidement". Il y avait en fait 15 bunkers sur la plage. Leur objectif suivant sera de prendre le casino.

Au cours de l'interview, Elise Lucet cherche à comprendre ce que ce jeune homme de 21 ans avait ressenti personnellement. De la peur ? De l'impatience ? Mais le vieil homme va l'étonner. Non, aucun membre du commando n'avait ressenti de peur :  "On s'était tellement entraîné avec les forces spéciales… entraînement à balles réelles bien-sûr…". Ce débarquement préparé avec minutie ne représentait pour eux qu'une sorte d'exercice grandeur nature. A l'exception des morts et des blessés. Dix hommes du commando périront ce jour-là sous les balles allemandes. 70 ans après, c'est d'ailleurs l'hommage à ses "copains" morts sur la plage qui va l'émouvoir le plus...

"Je leur apprends ce qui s'est passé bien-sûr, et d'être très vigilent"

Malgré son âge avancé, Léon Gautier est toujours tourné vers l'avenir et insiste sur l'importance du mot "vétéran" et sur la notion de transmission. Il est sorti indemne de ce conflit et continue à transmettre dans les collèges et lycées : "Je leur dit d'être très méfiants dans leur vie. Je leur apprends ce qui s'est passé bien-sûr, et d'être très vigilant. Et je suis très content de voir cette jeunesse très assidue." Ce jour-là, derrière lui, le vétéran est fier de présenter son petit-fils. Devenu commando de Marine, il a pris la relève. Et c'est très ému que Léon Gautier confie que "dès l'âge de 6 ans, il a mis mon béret vert sur sa tête et il m'a dit : un jour moi aussi j'aurais le mien ! Et je crois qu'il a tenu parole", conclut-t'il. Dans la famille du vétéran, la transmission s'est réalisée naturellement.

Cette postérité est au cœur des préoccupations du Président de la République qui a déclaré : "Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas". Le 1er janvier 2021, Léon Gautier a été élevé dans la dignité grand officier de la Légion d'honneur. Emmanuel Macron l'a décoré publiquement à l'occasion de cette 81e cérémonie du 18 juin. 

Un peu d'histoire : 

Le 6 juin 1944, un commando, composé de 177 Français, débarquait en Normandie aux côtés des Anglo-saxons. Sur les hommes engagés, 75% périrent au terme des opérations. Le commando Kieffer, ce sont en fait les hommes du 1er bataillon de Fusiliers Marins Commandos (1er BFMC) créé au printemps 1942 en Grande-Bretagne par la France libre. Commandée par le capitaine de corvette Philippe Kieffer, l'équipe est intégrée à la Special Service Brigade britannique au sein du Commando Interalliés numéro 10. Détachés au sein du commando britannique numéro 4 avant le D-Day, 177 d'entre eux s'illustrent en participant au Débarquement de Normandie. Ce sont les seuls représentants de la France à débarquer sur les plages. Ils participeront aux combats qui suivirent en Normandie. Le 1er bataillon de fusiliers marins commandos était fort de deux Troops (troupe) de combat (1 et 8) et d’une 1/2 Troop d’appui (K-Guns). Sur les 177 commandos qui débarquèrent le 6 juin 1944, 10 furent tués le jour même puis 10 lors des jours suivants. Seuls 24 hommes terminèrent la campagne de Normandie. Ils auront combattu 78 jours alors qu'ils ne devaient initialement combattre que 3 ou 4 jours.

Florence Dartois

Pour aller plus loin :

1964, des vétérans du commando Kieffer racontent...  (Article)

JT Basse Normandie soir : "Nos histoires du jour J n°1" : Léon Gautier (commando Kieffer). Démarrage d'une nouvelle chronique quotidienne avec ceux qui ont vécu le débarquement du 6 juin 44. Le jour J Léon Gautier faisait partie du commando Kieffer. Ces commandos avaient débarqué à Ouistreham le 6 juin 1944. Il explique les conditions du débarquement, "l'eau était noire, le bruit terrible". Il se souvient des premiers Français rencontrés. (16 mai 1994)

"Ici et là" documentaires et magazines normands : Léon Gautier et Le commando Kieffer. A travers des photos, des archives et le témoignage de Léon Gautier, l'histoire du commando Kieffer est retracée depuis le camp d'entraînement en Ecosse. Ces 177 hommes ont débarqué le 6 juin aux côtés des Anglais. Témoignage de Léon Gautier et d'André Bagot. "On était des frères". (1 juin 1994)

Normandie première Basse Normandie : rencontre avec Léon Gautier, ancien du commando Kieffer. A l'occasion du 55ème anniversaire du débarquement, rencontre avec l'un des 177 français qui ont débarqué le 6 juin à Ouistreham, Léon Gautier. La mission du commando : prendre Ouistreham, les 10 tués le premier jour et 37 blessés les jours suivants. Le sens de la commémoration : éviter que la guerre ne recommence, préserver le souvenir... (4 juin 1999)

JT Basse Normandie soir : Léon Gautier décoré de l'ordre de l'empire britannique. Léon Gautier est décoré de l'ordre de l'empire britannique. Retour sur son parcours de guerre. (10 février 2010)

12 13 Edition Basse Normandie : portrait de Léon Gautier, 93 ans, vétéran du commando Kieffer. (6 juin 2014)

12-13 Edition Basse Normandie : les hommes du jour J, témoignages... : Léon Gautier. Léon Gautier évoque son engagement à 17 ans, sa formation, son recrutement dans le commando Kieffer,les combats, le débarquement, le jour de la capitulation... (30 mai 2016) 

Rédaction Ina le 18/06/2021 à 12:55. Dernière mise à jour le 18/06/2021 à 14:02.
Histoire et conflits