Discours du général De Gaulle à Dunkerque - Vidéo Ina.fr

Discours du général De Gaulle à Dunkerque

 

Discours du général De Gaulle à Dunkerque

Non diffusé

video 01 sept. 1959 2946 vues 21min 52s

Voyage du général De GAULLE dans le Nord de la France : discours à Dunkerque. - Attente de l'arrivée du général (plan fixe) - DP assistance - arrivée de personnalités - à 5'40 : arrivée de la DS décapotable - le général en descend - au micro sous les applaudissements - à 7'30 : début du discours. - "Vous comprenez pourquoi le premier mot que je prononce à Dunkerque est merci. Merci de votre accueil, de votre compréhension, de l'unité nationale. Dunkerque est un miracle. Quand j'avais eu l'honneur de venir ici en 1945 aussitôt après la fin du conflit et que j'avais vu les ruines, Sant-Eloi et Jean Bart et puis rien, le port paralysé... En quatorze ans, Dunkerque a fait un miracle de l'effort et du courage, et les résultats sont magnifiques. Peut-être que vous qui vivez ça au jour le jour, vous ne vous apercevez pas de l'énorme transformation... Je sais qu'il y a de grands projets pour que le port prenne son essort, que la ville devienne plus belle, que la condition de tous s'améliore...Un peu partout en France on accompli quelque chose de similaire... - "Notre pays est un pays qui est sorti des abîmes et qui, à force de courage et de volonté, est monté parmi les premières nations du monde... Il y a des problèmes à l'intérieur de nous même. Il nous faut bâtir notre progrès social... Il y a devant nous le problème de l'Algérie. [faisant référence à son discours radiotélévisé du 16 septembre] La France veut résoudre le problème algérien par la voie du libre choix des Algériens et des métropolitains (il tousse à s'étrangler). - Autour de nous, le monde est très compliqué, très dangereux, guetté par la guerre dont tout le monde sait qu'elle serait une catastrophe.Une compréhension commence à se manifester, il y a des visites, des promenades entre hommes responsables, des échanges d'idées... Ce qu'il faut surtout c'est la compréhension des peuples. On se dispute pour des frontières, des ambitions... Les régimes passent, les peuples restent. Il faut rapprocher les peuples les uns aux autres par dessus les idéologies. Il nous faut notre puissance, et nous sommes en train de la recouvrer. Quand on n'est pas fort, on ne compte pas... Il nous faut aussi la volonté... S'il me fallait un renfort dans ma conviction, je l'aurais trouvé ici aujourd'hui... (applaudissements). Je remercie Dunkerque pour moi-même, pour la France. Vive le Nord, vive la France, vive la République". - DE GAULLE entonne la Marseillaise suivi par la foule - à 18'17 : il quitte la tribune - la foule se disperse (plan fixe).

Émission

Non diffusé

Production

producteur ou co-producteur

RADIODIFFUSION TELEVISION FRANCAISE

Générique

participant

Charles de Gaulle

AdBlock activé!