Plateau invitées - Vidéo Ina.fr

Plateau invitées

Publicité

Plateau invitées

Polémiques

video 10 mars 1996 3600 vues 22min 13s

Au surlendemain de la Journée internationale des femmes, Michèle COTTA présente les participantes au deuxième débat de son émission : Simone VEIL, ancien ministre de la Santé ; Nicole NOTAT, secrétaire général de la CFDT ; Wassila TAMZALI, chargée des problèmes des femmes à l'UNESCO ; Christelle PAROD, présidente de l'association "Les Marie-pas-Claire"; le commandant des sapeurs-pompiers de Béziers Marie-Ange PARERE, et en duplex de Bordeaux, Roselyne BACHELOT, député RPR du Maine et Loire et rapporteur de l'Observatoire de la parité. - Marie-Ange PARERE : "Sapeur-pompier est un métier difficile pour un homme comme pour une femme. Mais lorsqu'on est une femme c'est un peu plus difficile, parce qu'il faut faire tomber beaucoup de barrières. Cela a été un combat de vingt ans. Le décret qui permet aux femmes d'être sapeur-pompier date du 25 Octobre 1976 et nous sommes encore très peu à avoir embrassé cette carrière.. ". - Nicole NOTAT : "Je ne serais pas là où je suis si la CFDT n'avait pas mis au sein de son action, depuis 15 ans, l'accession des femmes aux postes de responsabilités. Il faut que les femmes comprennent qu'elles ont besoin du syndicat pour prendre un place qui ne va pas leur être donnée naturellement [A propos des manifestations de Décembre au cours desquelles elle avait été agressée pour s'être montrée favorable au" plan JUPPE "] J'ai entendu des propos sexistes et j'ai reçu des lettres qui révèlent d'un niveau de sexisme que je n'imaginais pas. Cela relève d'une réalité de notre Société, comme le racisme, qu'il faut combattre". - Simone VEIL : ".. C'est Lucien NEUWIRTH qui avait fait voter la première loi sur l'interruption de grossesse. Nous en avons facilité l'utilisation par de nouvelles dispositions législatives, et il y a encore beaucoup à faire sur le plan de l'information.." - Christelle TAROD : "Christine BOUTIN et Jean-Louis BEAUMONT ont déposé à l'Assemblée Nationale un amendement, qui sera discuté le 14 Mars, demandant que les Associations contre l'avortement puissent se porter partie civile contre les associations qui font de l'information sur l'avortement. La loi de 1975 n'est pas très bien appliquée, et en plus ce n'est qu'une tolérance puisque la loi de 1920 qui interdit la contraception et l'avortement n'a pas été abrogée". - Simone VEIL : "Les dispositions contraires à la loi sont automatiuement abrogées, donc la loi de 1975 n'est pas une tolérance, c'est un droit absolu". - Christelle TAROD : "Les commandos anti-IVG, qui existent depuis 1989, ont déjà fait une centaine d'actions, et c'est la première fois qu'un de leurs responsables est condamné à une peine de prison conséqunte. Les avortements sont très difficiles à réaliser, les crédits de fonctionnement sont insuffisants, les listes d'attente sont très importantes. Il y a tout de même un problème ! Il y a aussi le problème des femmes immigrées, comme Véronique AKOBE qui a été condamnée à vingt ans de prison ferme parce qu'elle a tué son violeur. C'est tout de même grave !". - Nicole NOTAT : "En ce qui concerne l'amendement à l'Assemblée Nationale, nous faisons tout ce qu'il faut pour que le projet n'aille pas plus loin. Sur la question des violences sexuelles, nous assistons à un regain de violence à l'égard des femmes. Pour Véronique AKOBE plusieurs associations, dont celle de Marie-Claire MENDES-France vont demander au Président de la République d'exercer son droit de grâce..". - Simone VEIL : "Les femmes sont les premières victimes d'une situation sociale de plus en plus difficile. Dans les centres d'hébergement, leur nombre ne cesse d'augmenter (..) Il y a en ce moment un mouvement pour revenir sur la loi autorisant l'interruption volontaire de grossesse ..". - Wassila TAMZALI : "Il ne faut pas considerer les mouvements anti-IVG en France comme quelque chose d'isolé. A la Conférence de Pékin, on a vu qu'il y avait un retour de bâton. L'opposition aux femmes s'organise. Dans tous les pays on voit des réactions très violentes contre l'égalité des femmes". - Simone VEIL : "C'est vrai, ce sont les mêmes tracts, les mêmes ouvrages, le même argent, qui est utilisé dans les pays occidentaux. En revanche pour les pays en développement il y a un progrès. On a vu au Caire des idées qui ont été affirmées sur le droit des femmes à l'information en matière sexuelle et sur le droit à une assistance médicale, par exemple pour l'avortement. Dans les pays islamiques la situation est effrayante, mais on voit se manifester quelques mouvements ..". - Roselyne BACHELOT : "Tout cela prouve à quel point il est important que les femmes participent à la vie publique. En France il y a seulement 6% de femmes au Parlement. Quand j'ai été élue député en 1988, j'ai constaté qu'il y avait des mécanismes anti-femmes extrêmement forts en politique et que si l'on avait pas une position volontariste, on ne ferait pas changer les choses. Le seul quota qui vaille, c'est 50/50". - Nicole NOTAT : "A la CFDT nous avons augmenté le nombre de sièges dans nos organismes directeurs, et ils sont réservés aux femmes. La loi ROUDY a instauré en France l'égalité hommes-femmes dans le travail, mais entre le droit légal et le droit réel, il y a encore un écart norme à franchir. Les femmes sont au carrefour de la précarité, du temps partiel imposé, des petits contrats de travail". - Christelle TAROD : "Reste le scandale énorme de la différence de salaire". - Simone VEIL : "C'est vrai dans tous les pays, même en Finlande, où les femmes ont le droit de vote depuis 1907. Je voudrais faire une mise en garde sur les mesures qui seront prises en matière de rythme scolaire. Car si la vie des enfants n'est pas prise en charge par l'Education nationale ou par les municipalités, cela voudra dire que les femmes ne pourront plus travailler à temps complet, comme en Allemagne ou aux Pays-Bas". - Roselyne BACHELOT : "On va parler de rythmes scolaires, d'aménagement du temps de travail, de l'exclusion dans une Assemblée Nationale où il y a 6% de femmes". - [SUITE EN CHAMP SEQUENCE]

Émission

Polémiques

Production

producteur ou co-producteur

France 2

Générique

producteur

Maurice Dugowson
Michèle Cotta

présentateur

Michèle Cotta

AdBlock activé!