Plateau Pierre Beregovoy - Vidéo Ina.fr

Plateau Pierre Beregovoy

Publicité

Plateau Pierre Beregovoy

A2 Le Journal 20H

video 16 juin 1992 1576 vues 09min 12s

Interview en plateau du premier ministre Pierre BEREGOVOY. - Les manifestations des agriculteurs contre la réforme de politique agricole commune(PAC) : Pierre BEREGOVOY affirme être "prêt à discuter en permanence" avec "les organisations syndicales agricoles représentatives" (excluant la Coordination rurale), il énumère les mesures prises à Bruxelles pour améliorer les revenus des céréaliers et des éleveurs, évoque la prime sur les jachères, estime qu'il est "légitime que les agriculteurs demandent un dispositif d'accompagnement en France" des mesures de réforme de la PAC (pré-retraites agricoles, baisse sur l'impôt foncier, détaxation des biocarburants etc..) et conclue : "Nous offrons la concertation en permanence, la violence n'est pas de mise" - La situation inquiétante de la france (G. Leclerc) : Pierre BEREGOVOY affirme que " la situation est mauvaise dans le monde entier depuis le milieu de 1990 ". Il affirme que les effets du "non" danois sur les marchés financiers sont un argument supplémentaire en faveur du traité de Maastricht, et que la ratification du traité aidera à consolider la monnaie et à faire baisser les taux d'intérêt" - Les compromis auxquels il pourrait consentir sur le projet de révision constitutionnelle (R. Arhab) : "S'il s'agit de renégocier le traité de Maastricht, c'est non. S'il s'agit de modifier l'esprit du texte voté à l'Assemblée nationale, c'est non aussi. S'il s'agit de modifier la rédaction pour permettre le rapprochement de tous les partisans de la construction européenne, c'est oui (..) Il s'agit de rassembler les partisans de la construction européenne parce que c'est une chance pour l'avenir de la France, parce que c'est le moyen de consolider la paix et d'assurer l'équilibre dans le monde qui est fragile (..)" - Pierre BEREGOVOY est interrogé par R. ARHAB sur des éléments de calendrier concernant la réunion du Congrés à Versailles et le referendum. Enfin le 1er ministre évoque sa rencontre avec François Leotard à Nevers au cours d'une réunion pour le oui à Maastricht : "On peut s'opposer sans se mépriser, opposer des arguments sans se livrer à des invectives ou des attaques au dessous de la ceinture (..) Qu'on arrête ces procés d'intention, tout le monde connait mes convictions, tout le monde connait celles de François Leotard".

Émission

A2 Le Journal 20H

Production

producteur ou co-producteur

Antenne 2

Générique

journaliste

Rachid Arhab
Gérard Leclerc
Henri Sannier

participant

Pierre Bérégovoy

AdBlock activé!