Aller au contenu principal
Interview de Francisco Mendes

Interview de Francisco Mendes

Magazine 52 - 30.05.1974 - 05:41 - vidéo

Interview d'un des leaders du parti africain de l'indépendance de Guinée et du Cap Vert, Francisco MENDES dans le maquis. - "je considère que le général SPINOLA qui a employé toute sa tactique de guerre anti guérilla chez nous pour voir s'il pouvait détruire notre lutte en 2 ans puis en 4 et en 5 ans il a un échec total, nous considérons que avec sa présence à la nouvelle équipe du Portugal il a contribué, parce que lui il connaît bien notre réalité, la force de notre parti et que pour prendre quelque décision il nous connaît peut être mieux que les autres qui sont actuellement au Portugal...nous pensons qu'après le cessez le feu, comme je l'ai dit, il faut que les troupes portugaises quittent définitivement notre pays, après ça nous pensons continuer la lutte soit en Guinée sur le plan de la construction du pays soit au Cap Vert pour libérer les îles du Cap Vert de la domination portugaise...nous n'avons pas encore fixé un calendrier pour l'évacuation des troupes portugaises parce que cela dépend des négociations à Londres, dans toutes les négociations du monde il y a toujours des concessions à faire et actuellement je ne vais pas parler clairement des concessions que nous sommes prêts à faire, cela dépend de la volonté des Portugais aussi, les propositions qu'ils vont nous poser...oui nous avons l'impression qu'ils sont prêts à décoloniser, nous pensons que la nouvelle équipe veut vraiment décoloniser mais cela dépend aussi de beaucoup de facteurs du point de vue économique, par exemple en Angola et au Mozambique, là où ils ont de grands intérêts, des grands capitaux étrangers et d'une façon ou d'une autre nous pensons qu'ils sont décidés à décoloniser...la situation en Guinée ? nous avons les organismes de l'Etat déjà institués dans toutes les régions qui fonctionnent normalement, nous contrôlons effectivement 2/3 du territoire mais il y a une grande partie qui est en litige, la population en proportion ? on peut dire 350 000, la moitié parce qu'il y a une autre partie assez considérable aussi qui est réfugiée au Sénégal et en république de Guinée, il y a encore une petite partie qui est sous le contrôle des Portugais...ce qui est négociable ? le retrait des troupes portugaises de notre pays, par exemple une future coopération avec le Portugal ça c'est négociable, une assistance par exemple que le Portugal peut nous fournir dans le cadre des techniciens, de l'enseignement, des ouvriers, ce qui n'est pa négociable c'est la dignité de notre pays, l'indépendance...un vote sur l'autodétermination l'accepterez vous ? nous pensons que c'est absurde que les Portugais nous proposent ce principe parce qu'il ne peut pas y avoir de vote pour demander à la population si elle veut être indépendante ou si elle ne le veut pas parce que la preuve en est que nous avons déjà lutté pendant 11 ans, c'est une preuve déjà grande que la population veut l'indépendance, nous pensons que le Portugal ne peut pas penser que en nous accordant ou bien en acceptant le principe que nous avons posé pour notre indépendance, il peut continuer la guerre dans les autres colonies portugaises"

Producteur / co-producteur Office national de radiodiffusion télévision française
Générique Journaliste : Jacques Abouchar
Participant : Francisco Mendes
Histoire et conflits

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.