Aller au contenu principal
Sortie dans l'espace avec Edward White, le 3 juin 1965

Sortie dans l'espace avec Edward White, le 3 juin 1965

Thomas Pesquet effectue ce 20 juin la seconde sortie "extra-véhiculaire" de sa mission spatiale. Une expérience rare et intense, réalisée pour la première fois par l'homme en 1965. Nous vous proposons une promenade en apesanteur comme si vous y étiez !


Par la rédaction de l'INA - Publié le 16.06.2021 - Mis à jour le 18.06.2021

Sortie dans l'espace avec Edward White, le 3 juin 1965

Thomas Pesquet effectue ce 20 juin la seconde sortie "extra-véhiculaire" de sa mission spatiale. Une expérience rare et intense, réalisée pour la première fois par l'homme en 1965. Nous vous proposons une promenade en apesanteur comme si vous y étiez !


Par la rédaction de l'INA - Publié le 16.06.2021 - Mis à jour le 18.06.2021
La promenade de White - 1965 - 05:39 - vidéo
 
La promenade de White - 1965 - 05:39 - vidéo
Thomas Pesquet effectue ce 20 juin la première sortie "extra-véhiculaire" de sa mission spatiale. Une expérience rare et intense, réalisée pour la première fois par l'homme en 1965. Nous vous proposons une promenade en apesanteur comme si vous y étiez !

L'astronaute français est déjà sorti de l'ISS mercredi 16 juin durant 6 heures 30. L'objectif de ces deux missions pour Thomas Pesquet et son collègue américain Shane Kimbrough, consiste à changer trois des quatre paires de ces panneaux solaires arrivés en fin de vie, après 15 ans de service. Une manœuvre cruciale car ils alimentent l'ensemble des installations de la station spatiale et assure la survie de ses locataires..

La première fois que des hommes sont sortis travailler dans l'espace c'était en 1965. Le premier à réaliser cet exploit est le Russe Alexei Leonov le 18 mars 1965, à partir du vaisseau Voskhod 2. Sa mission durera une heure trente, lui étant relié à la capsule spatiale par un filin de 4,5 mètres. Une mission qui aurait pu mal se terminer car après avoir flotté une dizaine de minutes dans le vide spatial, lorsqu'il entreprend de réintégrer le vaisseau, le spationaute s'aperçoit que sa combinaison s'est trop dilatée et que ses membres ne sont plus bien positionnés. Il parviendra avec beaucoup de difficultés à rentrer dans le sas, à refermer l'écoutille et à repressuriser le compartiment. Mais le document que nous vous proposons de visionner en tête d'article n'est pas ce premier exploit, mais la seconde sortie, américaine celle-là, dont les images sont extraordinaires.

Cette seconde sortie extravéhiculaire a été effectuée par Edward White, moins de trois mois après le Soviétique, le 3 juin 1965. L'Américain va "marcher" dans l'espace pendant vingt minutes lors de la mission Gemini 4. Aucun incident ne ternira cette "promenade", diffusée le 11 juin 1965 dans le magazine "Panorama". Les images sont spectaculaires, elles ont été prises au rythme de "six vues par secondes de l'intérieur de Gemini 4 au-dessus des Etats-Unis". C'est le quatorzième vol dans l'espace. "Au premier plan, assis sur le rebord de la porte du vaisseau spatial, ouverte sur le vide, Edward White prêt à se lancer…".

"Dans le lointain, on distingue fort bien la courbure de la Terre"

"Dans le lointain, on distingue fort bien la courbure de la Terre". James Mac Divitt, le chef de bord, transmet l'ordre de départ de l'expérience, alors que la capsule lancée 4h30 plus tôt tourne autour de la planète bleue. Gemini 4 doit encore effectuer 60 rotations "à une altitude variant de 160 à 290 km". White saute, accroché au module par un long "cordon ombilical de 7m50 qui va seul le relier à notre monde pendant sa marche hors du vaisseau spatial." Des années après, les images traduisent toujours la tension extrême avant le grand saut et l'on retient son souffle. White va se mouvoir à l'extérieur à l'aide d'un "pistolet propulseur alimenté par deux petites bouteilles d'oxygène". Un gant qu'il avait laissé dans le sas, sort à sa suite et flotte désormais à jamais dans le vide spatial, "c'est le plus petit de nos satellite", plaisante le commentateur.

Tandis que nous suivons les circonvolutions de l'astronaute, le journaliste rappelle ce qui différencie la sortie soviétique de la sortie américaine. Notamment le fait que la capsule ait été ici totalement dépressurisée et ouverte sur le vide. Leonov est lui sorti par un sas. Derrière le commentateur, les conversations entre les astronautes et la NASA sont clairement audibles, ajoutant l'ambiance sonore à la sensation d'immersion éprouvée par le spectateur. "La voix nasillarde que nous entendons au loin, c'est celle de White lâché dans l'espace".

La mission se déroule sans encombre, et lorsque Mac Divitt demande à son coéquipier de rentrer, White a le plus grand mal à s'exécuter, "il dira plus tard que ce rappel fut le plus triste de son existence". La promenade à plus de 27 000 km à l'heure va pourtant se terminer. Derrière lui, la Terre continue sa ronde folle. La sortie aura duré vingt minutes, le double de celle du Soviétique. C'est à la suite de cette expérience concluante que le directeur du conseil spatial des Etats-Unis déclarera le 8 juin 1965 : "Un homme se posera sur la Lune et en reviendra avant la fin de cette décennie". Ce sera chose faite le 21 juillet 1969.

Chaque sortie extra-véhiculaire reste un défi physique et technique pour les astronautes. La masse et la rigidité de la combinaison, l'épaisseur des gants, la succession rapide du jour et de la nuit (comme on le voit dans la vidéo), accentuent les difficultés de déplacement et de manœuvre, entièrement réalisée en apesanteur. D'ailleurs pour réaliser ces expériences, les astronautes subissent des années d'entraînements intensifs, notamment en piscine pour les habituer à travailler en absence de pesanteur. Les sorties dans l'espace restent toujours des événements rares et uniques dans la vie d'un astronaute. Thomas Pesquet est le cinquième Français ayant réalisé une sortie extra-véhiculaire, avant lui Jean-Loup Chrétien, Jean-Pierre Haigneré, Philippe Perrin ont affrontés le vide spatial. Mercredi 16 et dimanche 20 juin, Thomas Pesquet participera à sa troisième et quatrième sortie, après deux premières sorties extravéhiculaires en 2017. Il était d'ailleurs à l'époque, déjà accompagné de l'Américain Shane Kimbrough.

Florence Dartois

Pour aller plus loin :

Cinq colonnes à la une : quelques pas dans l'espace. L'URSS a accompli une nouvelle performance dans le domaine spatial. A bord de leur vaisseau Voskhod II, les deux cosmonautes Pavel Belaiev et Alexeï Leonov ont accompli le 18 mars dernier le 8ème vol spatial soviétique. A cette occasion, Leonov fut ainsi le premier à faire une sortie extra véhiculaire et accomplir les "premiers pas" de l'homme dans l'espace. Après un vol de 26 h, les deux hommes sont rentrés sur terre sains et saufs. Ils ont donné leurs impressions et raconté leur exploit lors d'une conférence de presse à Moscou. (2 avril 1965)

Journal Les Actualités Françaises : une vie de cosmonaute ou… les héros de l'espace n'ont pas une vie de tout repos. Les cosmonautes doivent subir un entrainement très long et très dur pendant des années avant de pouvoir entendre le fatidique compte à rebours. Descriptif en images. (10 janvier 1967)

2016 : Thomas Pesquet, l'odyssée de l'espace. A travers un florilège d'images de la précédente mission spatiale de Thomas Pesquet dans l'ISS, revivez la magie de ce voyage extraordinaire dans l'espace qui débuta le 17 novembre 2016.

2016, la tête dans les étoiles avec Thomas Pesquet : l'astronaute français Thomas Pesquet s'est envolé pour la seconde fois vers l'ISS, pour une durée de six mois. En 2016, il avait partagé sur les réseaux sociaux de magnifiques photos de la Terre, prises depuis la station spatiale. Invitation au voyage. 

Voir nos vidéos sur la précédente mission de Thomas Pesquet à bord de l'ISS en 2016-2017


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.