Aller au contenu principal
Roland Petit, la danse et l'amour

Roland Petit, la danse et l'amour

A l'occasion de la Journée internationale de la danse, partons à la rencontre de Roland Petit, l'un des plus grands danseurs et chorégraphes français du XXe siècle.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 06.01.2017 - Mis à jour le 24.04.2020

Roland Petit, la danse et l'amour

A l'occasion de la Journée internationale de la danse, partons à la rencontre de Roland Petit, l'un des plus grands danseurs et chorégraphes français du XXe siècle.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 06.01.2017 - Mis à jour le 24.04.2020
 

Débutons par cet extrait du ballet Carmen, dansé par le chorégraphe en duo avec sa muse, et épouse, Zizi Jeanmaire, en 1971. 

Le danseur chorégraphe

Dès son plus jeune âge, l'enfant se passionne pour la danse et ne pense qu'à elle... D'abord danseur, il s'est révélé dans sa carrière de chorégraphe avec plus de 50 créations très éclectiques. Les plus grands danseurs internationaux ont évolué sous sa direction, comme Rudolph Noureev.

Roland Petit et Noureev, 1978

Sans cesse en quête de renouveau, il révolutionne le langage du corps en passant maître dans l'art du pas de deux et du ballet narratif. En 1974, dans une émission de Philippe Bouvard, Roland Petit revient longuement sur le métier de danseur, sur la danse qu'il pratique encore à 50 ans et sur sa double casquette de chorégraphe classique et de variétés.

Le monde de la danse, 1974

Le métier de chorégraphe, 1980

L'enfance et la danse

Roland Petit voit le jour le 13 janvier 1924 à Villemonble. Il est l'aîné de la famille, fils de Rose Repetto, créatrice de la marque de chaussons de danse et d'Edmond Petit. Dans ce reportage de 1971, le fils et la mère évoquent ensemble la boutique de chaussons de danse et ses débuts.    

Reportage dans la boutique de sa mère, 1971

L'enfant devient petit rat se forme à l'école de ballet de l'Opéra de Paris auprès de Gustave Ricaux et Serge Lifar et entre dans le corps de ballet en 1940.

Il raconte ici ses débuts et la réaction de son père face à sa vocation.

L'invité de France 3, 1980

Zizi Jeanmaire : âme sœur et partenaire

C'est à l'Opéra de Paris qu'il rencontre très jeune, sa partenaire, sa muse et future épouse : Zizi Jeanmaire. Un grand amour qui dura toute leur vie et qui donna naissance à une petite Valentine. 

Il décrit leur relation fusionnelle, privée et professionnelle…

L'invité de France 3, 1980

 

Ils évoquent ici, avec beaucoup de tendresse, leur rencontre et leurs années d'études. Il déclare : "Je suis le fan N°1 de Zizi" et elle de répondre… "Il est merveilleux et il a beaucoup de talent…"

Leur rencontre à l'Opéra de Paris, 1971

Deux ans après la fin de leurs études et leur éloignement, Zizi décide d'aller aux USA pour le conquérir… Ils racontent leurs retrouvailles.

Les retrouvailles, 1971

Les temps forts de sa carrière

Il fonde les Ballets des Champs-Élysées en 1945 et les Ballets de Paris en 1948, au Théâtre Marigny, avec Zizi Jeanmaire comme danseuse étoile et avec laquelle il a une fille, Valentine Petit.

Reportage aux Ballets des Champs-Élysées, 1945

Dans son ballet de 1949, Carmen, il fait un usage inhabituel de l'en-dedans, tandis qu'il donne un traitement non figuratif à Turangalîla.

Le chorégraphe évoque ses débuts et ses premiers ballets, notamment Carmen. Puis avec Zizi Jeanmaire, ils parlent de leurs projets. 

En 2000, le chorégraphe choisit cette fois Aurélie Dupont pour incarner sa Carmen, créée 50 ans plus tôt pour Zizi Jeanmaire. Deux tempéraments différents, deux interprétations différentes…

Le ballet Carmen, 2000 

En 1946, pour Le Jeune Homme et la Mort, il rencontre Jean Cocteau qui va lui écrire le livret. Un ballet considéré comme son chef-d'œuvre absolu, à la chorégraphie et aux costumes d'une étonnante modernité.

Son amitié pour Jean Cocteau, 1981

Il collabore avec Serge Gainsbourg, Yves Saint Laurent et César et participe à plusieurs films français et américains, notamment en 1960 avec 1-2-3-4 ou les Collants noirs de Terence Young, dont il signe les chorégraphies. Yves Saint Laurent, intimidé, lui avoue ici son admiration pour lui. Ils évoquent leurs collaborations sur Cyrano ou les revues de l'Alhambra pour les tenues de Zizi... 

YSL et Roland Petit évoquent leur collaboration, 1971

Il revient à l'Opéra de Paris en 1965 pour y monter Notre-Dame de Paris (musique de Maurice Jarre). Il explique ici l'importance de ce ballet pour lui.       

Reprise de Notre-Dame de Paris à Bastille en 1996

Il règle encore des ballets pour les plus grands théâtres de France, et dans le monde entier. Directeur du ballet de Marseille, il montera plusieurs ballets à succès.     

La mer de Debussy, 1982

Roland Petit monte Boléros à Marseille, 1996

En 1968, son ballet Turangalîla provoque une petite révolution au sein de l'Opéra de Paris.

En 1972, avec la pièce Pink Floyd Ballet, il fonde le Ballet national de Marseille, qu'il dirigera pendant vingt-six ans.

Valentine Petit, aux côtés de ses parents, raconte pourquoi Roland Petit a demandé aux Pink Floyd de collaborer à un opéra.

Pour les décors de ses ballets, il travaillera en étroite collaboration avec le peintre Jean Carzou (1907-2000), mais aussi avec d'autres artistes comme Max Ernst et Bernard Quentin, Martial Raysse, Niki de Saint Phalle et Jean Tinguely.

Roland Petit meurt à 87 ans, des suites d'une leucémie foudroyante. Il repose désormais au cimetière du Montparnasse à Paris.

Roland Petit et Rudolf Noureev


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.