Aller au contenu principal
Pourquoi le drapeau français est-il bleu, blanc et rouge ?

Pourquoi le drapeau français est-il bleu, blanc et rouge ?

Emmanuel Macron a changé le bleu du drapeau tricolore, revenant au bleu marine des origines. L'occasion d'évoquer l'histoire complexe de notre drapeau à travers une émission présentée par Léon Zitrone en 1991.

Par Cyrille Beyer - Publié le 16.11.2021
Bleu Blanc Rouge : Pourquoi ? - 1991 - 03:00 - vidéo
 

Lundi 15 novembre, l'Elysée a confirmé qu'Emmanuel Macron avait décidé il y a un an, le 13 juillet 2020, de modifier le bleu du drapeau français, de bleu cobalt à bleu marine. Une décision qui ne s’applique pour le moment qu’aux drapeaux de certains palais de la République, comme l’Elysée, l’Assemblée nationale ou le ministère de l’Intérieur, et qui avait déjà été initiée pour le drapeau présent en arrière-plan des allocutions du chef de l’Etat depuis fin 2018. Pour tous les autres drapeaux du pays, le changement est pour le moment incitatif, et non obligatoire.

Le chef de l’Etat a dit vouloir revenir aux origines du drapeau pour mieux retrouver « l'imaginaire des Volontaires de l'An II, des Poilus de 1914 et des Compagnons de la Libération de la France libre ». Traditionnellement marine, le bleu du drapeau avait été changé en 1976 par le président Valéry Giscard d’Estaing en un bleu cobalt qui s’accordait avec le bleu du drapeau européen.

Longue histoire

Le drapeau tricolore, emblème de la France et drapeau officiel de la République française, est le fruit d’une longue histoire que rappelait le journaliste Léon Zitrone en 1991 dans une émission diffusée sur Antenne 2 lors de la fête du 14 juillet et intitulée « Bleu Blanc Rouge : Pourquoi ? »

Bleu Blanc Rouge : Pourquoi ?
1991 - 03:10 - vidéo

« Le drapeau tricolore naît en même temps que la nation française », explique l’historien Raoul Girardet, spécialiste du nationalisme français et professeur à l’Institut d’Etudes politiques de Paris, dans l’extrait placé en tête d’article. C’est avec la Révolution française que le bleu et le rouge, couleurs de Paris depuis la révolte du maire Etienne Marcel au XIVe siècle contre le pouvoir royal, et le blanc, couleur du commandement militaire devenue celle de la monarchie, vont progressivement s’unir pour finir par symboliser la nation. Selon l’historien des couleurs Michel Pastoureau, ces trois couleurs sont en outre à la mode depuis la fin des années 1770 : « Ceux qui adhéraient aux idées nouvelles portaient, y compris à la cour, des accessoires bleu-blanc-rouge : ceintures, écharpes, rubans, cravates. C'était les couleurs de la révolution américaine et du drapeau des jeunes États-Unis d'Amérique, aux côtés desquels la France s'était battue pour la liberté ».

Cocarde tricolore

Ces couleurs vont d'abord se manifester aux premiers temps de la Révolution française sous la forme de cocardes. Le roman national édifié au XIXe siècle, et repris par l’historien Raoul Girardet dans son interview, raconte que c’est La Fayette, qui le premier, aurait dès juillet 1789 choisi les trois couleurs pour la toute nouvelle garde nationale dont il prenait le commandement. Le même La Fayette – ou le maire de Paris, Jean Sylvain Bailly, selon les versions – aurait ensuite offert la cocarde à Louis XVI, le 17 juillet 1789, quelques jours après la prise de la Bastille.

L’insigne va progressivement devenir « symbole national », repris largement le 14 juillet 1790 lors de la fête de la Fédération, un événement majeur qui voit « les Français se constituer en nation ». Ce jour-là, le champ de Mars est pavoisé aux nouvelles couleurs, « la famille royale tout entière siège sous un dais tricolore » et les premières bannières tricolores font leur apparition, même si les trois bandes sont alors horizontales.

Trois couleurs nationales

C’est finalement avec la marine marchande et militaire que le drapeau tricolore va prendre sa forme actuelle, à la différence notable que les couleurs sont, dans un premier temps, inversées. Selon le site de l’Elysée, c’est à l’automne 1790 que l'Assemblée constituante « décida que tous les vaisseaux de guerre et navires de commerce français porteraient un pavillon à trois bandes verticales : rouge près de la hampe, blanc au centre, bande plus large que les autres, bleu à l’extérieur. Le sens vertical permettait de le distinguer du pavillon néerlandais dont les couleurs rouge, blanc, bleu disposées à l'horizontale flottaient sur toutes les mers depuis un siècle déjà ».

Il faut en fait attendre le 15 février 1794 (27 pluviôse an II) pour que la Convention donne véritablement naissance au drapeau français, « formé des trois couleurs nationales, disposées en bandes verticalement, de manière que le bleu soit attaché à la gaule du pavillon, le blanc au milieu et le rouge flottant dans les airs ».

Bleu Blanc Rouge : Pourquoi ?
1991 - 09:19 - vidéo

L’avènement de Napoléon au pouvoir va généraliser l’usage du drapeau tricolore sur les bâtiments officiels. Dans les armées, il s’impose définitivement à partir de 1812. Le tricolore symbolise désormais la France en Europe.

Symbole républicain

Lorsque Louis XVIII accède au trône à la Restauration, en 1814-1815, il s’attache avant tout à effacer ce symbole républicain et impérial pour revenir au blanc traditionnel de la monarchie. En juillet 1830, la Révolution des Trois Glorieuses abat le régime absolutiste de la Restauration et donne le pouvoir à la monarchie constitutionnelle de Louis Philippe, qui rétablit le drapeau tricolore.

1848, nouvelle révolution. Cette fois-ci, les Parisiens insurgés ne veulent plus du drapeau tricolore, ils réclament le drapeau rouge révolutionnaire. Au balcon de l’hôtel de ville, le poète et membre du gouvernement provisoire de la toute nouvelle IIe République, Alphonse de Lamartine, défend les trois couleurs : « Jamais ma main ne signera ce décret [sur le drapeau rouge NDLR]. Je repousserai jusqu’à la mort ce drapeau de sang, et vous devez le répudier plus que moi, car le drapeau rouge que vous nous rapportez n’a jamais fait que le tour du Champ de Mars, traîné dans le sang du peuple en 1791 et 1793. Et le drapeau tricolore a fait le tour du monde, avec le nom, la gloire et la liberté de la patrie ! »

Le drapeau bleu blanc rouge est donc conservé, et il le sera aussi quelques années plus tard par  Napoléon III sous le Second Empire (1851-1870), comme symbole du glorieux héritage de son oncle Napoléon Ier.

Le 4 septembre 1871, Paris apprend la défaite de l’armée française à Sedan. L’empereur Napoléon III est fait prisonnier par les Prussiens. Au balcon de l’Hôtel de Ville, Gambetta proclame la IIIe République. Des élections législatives ont lieu en février 1871, alors que le pays est encore occupé par les Allemands. Les monarchistes triomphent. Le drapeau tricolore, et la République même, sont à nouveau menacés, puisque les Légitimistes du comte de Chambord veulent revenir à un régime ultra conservateur et au drapeau blanc.

Pour la plus grande fortune de la République, les royalistes sont divisés, car une autre branche, les Orléans, représentée par le comte de Paris, revendique la tradition plus libérale du roi Louis-Philippe et le drapeau tricolore.

Face à ces dissensions entre monarchistes, la République finit par s’enraciner en France, définitivement. En 1880, le 14 juillet, symbole républicain par excellence, est décrété fête nationale. Le drapeau français reste définitivement tricolore, et la figure de Marianne va progressivement au cours de ces années 1880 devenir une autre marque de la nature démocratique et fraternelle du régime.

Bleu Blanc Rouge : Pourquoi ?
1991 - 06:16 - vidéo

Nous l'avons vu, le drapeau français s'inscrit donc dans une histoire riche en symbolique. Une histoire à laquelle il faudrait ajouter des références encore plus anciennes, comme nous l'explique un autre extrait de l'émission « Bleu Blanc Rouge : Pourquoi ? »

Combinaison et fusion

Bien plus loin dans le temps que le XVIIIe siècle des Lumières, l'émission de Léon Zitrone nous expliquait ainsi que le bleu, le blanc et le rouge représentaient depuis des siècles des couleurs centrales pour la monarchie française. Du bleu du manteau de Saint-Martin, utilisé victorieusement au combat par Clovis et Charles Martel, au blanc du commandement militaire, un symbole déjà présent dans l’Antiquité gréco-romaine et repris par les rois de France, il faut ajouter le rouge de l’oriflamme de Saint-Denis, qui allait fournit un emblème supplémentaire au roi de France sur le champ de bataille à partir du XIe siècle.

Plus tard, ces trois couleurs seront celles de la livrée de la maison de Bourbon, et se retrouveront fréquemment sur les drapeaux des régiments royaux, à une époque où il n’existe pas encore de drapeau du pays tel qu’on l’entend depuis la Révolution française.

Fusion de trois couleurs majeures dans l’histoire de France, du bleu et du rouge parisien, du blanc monarchique, couleurs à la mode au XVIIIe siècle, symboles de modernité et d’idées nouvelles, le bleu blanc rouge sont tout cela à la fois, ainsi que, comme l’explique encore Michel Pastoureau dans une interview au Figaro en 2016, un symbole des trois états de la société française en 1789 à l’ouverture des Etats généraux, « les couleurs de la noblesse, du clergé et du tiers état ».

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.