Aller au contenu principal
Nicolas Peyrac interprète "So far away"

Nicolas Peyrac interprète "So far away"

Pour accompagner les élections américaines en musique, nous vous proposons cette semaine une sélection de chansons qui résonnent avec le pays de l'Oncle Sam. Ce lundi, la balade mélancolique de Nicolas Peyrac, "So far away", composée en 1975 et interprétée en 1981.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 01.11.2020 - Mis à jour le 01.11.2020

Nicolas Peyrac interprète "So far away"

Pour accompagner les élections américaines en musique, nous vous proposons cette semaine une sélection de chansons qui résonnent avec le pays de l'Oncle Sam. Ce lundi, la balade mélancolique de Nicolas Peyrac, "So far away", composée en 1975 et interprétée en 1981.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 01.11.2020 - Mis à jour le 01.11.2020
Nicolas Peyrac "So far away" - 1981 - 04:10 - vidéo
 
Nicolas Peyrac "So far away" - 1981 - 04:10 - vidéo

Pour accompagner les élections américaines en musique, nous vous proposons cette semaine une sélection de chansons qui résonnent avec le pays de l'Oncle Sam. Ce lundi, la balade mélancolique de Nicolas Peyrac, So far away, composée en 1975 et interprétée dans cette archive sur le plateau de Bonjour Bonsoir la nuit, en 1981.

Quelques lueurs d’aéroport,

L’étrange fille aux cheveux d’or,

Dans ma mémoire, traîne encore.

C’est l’hiver à San Francisco

Mais il ne tombe jamais d’eau

Aux confins du Colorado

Et le Golden Gate s’endort

Sur Alcatraz où traîne encore

Des sanglots couleur de prison.

Monsieur Caryl Chessman est mort

Mais le doute subsiste encore.

Avait-il raison ou bien tort?

So far away from L.A.,

So far ago from Frisco.

I’m no one but a shadow,

But a shadow...

A shadow.

Le Queen Mary est un hôtel

Au large de Beverley Hills

Et les collines se souviennent

Des fastes de la dynastie

Qui, de Garbo jusqu’à Bogie,

Faisait résonner ses folies.

So far away from L.A.,

So far ago from Frisco.

I’m no one but a shadow,

But a shadow...

A shadow.

Pauvre Madame Polanski :

D’un seul coup on t’a pris deux vies

Mais qui donc s’en souvient ici?

C’est l’hiver à San Francisco.

Je ne trouverai le repos

Qu’aux confins du Colorado.

So far away from L.A.,

So far ago from Frisco.

I’m no one but a shadow,

But a shadow...

A shadow.


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.