Aller au contenu principal
Les nuits blanches du salon de l'agriculture

Les nuits blanches du salon de l'agriculture

Au salon de l'agriculture, le départ des visiteurs ne sonne pas la fin de la journée pour le cheptel et encore moins pour les soigneurs et les éleveurs. Bien au contraire, lorsque les allées se vident vient l'heure des soins, du nettoyage des boxes et de la détente, mais pas forcément pour tout le monde.

 

Par Florence Dartois - Publié le 21.02.2019 - Mis à jour le 24.02.2022
La nuit au Salon de l'Agriculture - 1971 - 03:08 - vidéo
 

Au salon de l'agriculture, le départ des visiteurs ne sonne pas la fin de la journée pour le cheptel et encore moins pour les soigneurs et les éleveurs. Bien au contraire, lorsque les allées se vident vient l'heure des soins, du nettoyage des boxes et de la détente, mais pas forcément pour tout le monde.

L'archive en tête d'article nous plonge au coeur de l'effervescence du salon de 1971 en compagnie du journaliste Louis Doucet lors de sa nuit passée « avec les fermiers de la porte de Versailles ». 

Une fois la nuit tombée, les vétérinaires s'activent auprès des animaux. Présents 24 heures sur 24 sur toute la durée du salon, ils sont trois à se relayer. Cette nuit-là un veau est au plus mal : « Nous pratiquons la réhydratation d'un veau nouveau-né. Il a une diarrhée rebelle qui s'est compliquée de pneumonie par la suite. Les animaux sont dans une ambiance surchauffée et ils s'en trouvent très mal. »

La caméra se promène ensuite dans les différentes années. Dans les boxes garnis de paille, on ne trouve pas que des animaux, mais aussi des éleveurs endormis. Ailleurs, on renouvelle la paille et on évacue le fumier qui va être donné aux horticulteurs de la région. Aux premières heures du jour, les chevaux sont toilettés et un éleveur s'active également à sa toilette et à son rasage de près : «Pour nous, c'est les vacances. Ça nous rappelle le régiment. Disons qu'on n'a pas tout le confort, mais ça va. »

Une activité perpétuelle

Le reportage nocturne au salon de l'agriculture était un classique de la télévision des années 1970. L'archive ci-dessous année date de 1972. Même activité frénétique pour la ménagerie, où tous les animaux sont représentés : « en passant du bovin, au mérinos de Rambouillet et autre mouton de Cher, sans oublier les chevaux boulonnais à la crinière tressée...» .

Autre particularité de l'époque, c'est aussi la nuit que des habitués viennent récupérer la traite de lait du jour, à la main ou à la machine. Un bon lait frais, cru et mousseux remplit les bouteilles et bidons tendus avec empressement par les ménagères expertes : « Depuis 22 ans, je viens chercher du lait et je voudrais bien que ça dure toute l'année. », précise une dame. Pendant ce temps, certains éleveurs coupent des racines pour leur bête, qui au cours du salon consommeront 40 tonnes de nourriture.

Une autre tradition : le repas du soir des exposants : « Après on se met à table en famille entre deux bottes de foin. »

« Tous les éleveurs bien-sûrs ne couchent pas sur place, mais dans la plupart des stands, des hommes allongés sur la paille, ne dorment que d'un œil près de leurs animaux, tandis qu'une équipe de vétérinaires arpentent les allées pour surveiller le cheptel. »

En 1983, les visiteurs partis et les stands vides, seuls restent une vingtaine d'éleveurs. C'est l'heure pour les chevaux de faire un peu d'exercice : « L'un après l'autre, les chevaux sont amenés dans le ring central pour qu'ils puissent se dégourdir les jambes. »

Pendant que les chevaux se défoulent, du côté des éleveurs, c'est aussi l'heure de la détente… Repas bien arrosé et chants régionaux au menu, sous l'œil narquois d'une vache philosophe. Le chant des montagnards, repris par la troupe avinée, lui servira de berceuse.

Dans les années 1990, les nuits du salon sont toujours aussi agitées, et c'est d'ailleurs toujours de la faute des éleveurs, un peu trop fêtards et trop bruyants. dans l'archive ci-dessous, de 1996, en plus des chants, certains entonnent désormais des airs de cornet à piston. Pas l'idéal pour trouver le sommeil et cette éleveuse de poneys français de selle, Michèle Davenet, le déplore tout en restant stoïque : « La nuit au salon de l'agriculture, les gens fêtent tous les soirs et en fait les chevaux ne dorment pas. »

Et le manque de sommeil, ça rend nerveux ! Cet âne va faire comprendre, avec ses dents, à son éleveur, que trop, c'est trop ! « A cette heure-ci, ça se détend un petit peu et eux aussi. [l'âne le mord au bras] Aïe ! »

Salon de l'agriculture
1996 - 01:44 - vidéo

En 2007, le rituel du « petit blanc » au petit matin n'a pas changé. Pour les vaches, c'est toujours l'heure de la traite et du grand nettoyage. La toilette de chat, on ne connait pas. Surtout pour Lili, une vache de concours qui découvre aux premières heures, la piste où elle concourra plus tard dans la journée.

Une nuit au salon de l'agriculture
2007 - 02:35 - vidéo

L'heure du café annonce la fin de la nuit presque blanche avant l'arrivée du nouveau flot de visiteurs, qui ne se doutent pas, que la nuit au salon, on ne dort jamais.

 

                                                                                                                                                                                                                            

 

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.