Aller au contenu principal
La saga des supports de stockage de données

La saga des supports de stockage de données

Le 31 mars est la Journée mondiale de la sauvegarde des données informatiques. Pour l'occasion, ina.fr revient en images sur l'évolution des différents supports de stockage au fil des ans… De la miniaturisation à la dématérialisation...


Par la rédaction de l'INA - Publié le 30.03.2017 - Mis à jour le 30.03.2021
Magazine : les journaux par micro-fiches - 1974 - 07:34 - vidéo
 

Stocker, conserver ou archiver les données est un véritable casse-tête, un challenge qui s'est accru avec la multiplication des données informatiques et numériques. Disquette, CD Rom jusqu'au Cloud... Tour d'horizon non exhaustif de l'univers du stockage des données.

Commençons par la microfiche. En 1974, il y avait un pénurie de papier ! C'est l'époque de son apparition . Capable de stocker et de retrouver des livres miniaturisés. "chaque page d'un document est micro-photographiée" et une fois assemblées sur la microfiche elles sont consultables aisément. "Fin du fin lorsque vous voulez consulter revenir au papier, un appareil vous délivre tout simplement une photocopie". On sent poindre l'avènement de la bibliothèque sans livres… Chaque document est photographié puis miniaturisé : gain de place et gain de temps, pour les journaux par exemple. C'est ce qu'explique son inventeur, Pierre Berger et Jean-Jacques Bastardie du C.N.R.S., venu quant à lui, présenter des exemples de documents produits en microfiches.

La cassette vidéo

Avec les années 80, apparaissent la cassette vidéo et le magnétoscope. Le marché explose. Les familles s'équipent et bénéficient ainsi de "bonnes" copies des derniers films ou de vieux classiques. Les vidéoclubs envahissent les centres villes. Un marché florissant où l'on peut très bien gagner sa vie. En 1982, on s'inquiète: "Les jeunes iront-ils encore au cinéma?"

La disquette

Quelques années plus tard, la disquette fait ses premiers pas dans le monde de l'informatique. On commence par y copier des jeux ou des programmes éducatifs… Démonstration en 1983 dans l'émission "C'est la vie".

Le vidéodisque

En 1981, le journal consacre un reportage à ce qu'il qualifie de révolution : le vidéodisque. Un nouveau support qui peut contenir 60 minutes d'enregistrement, du son et de l'image numérisés, lus à l'aide d'un laser. Ce produit vise surtout les institutions. Reportage sur sa fabrication.

Le CD compact

En 1982, Sony et Philips lancent le Compact Disc. En 1983, c'est la présentation officielle du disque laser.

Le CD est un disque optique utilisé pour stocker des données sous forme numérique. La chute des ventes de 33t lui permet de percer dans la musique. On peut y stocker 70 minutes de musique, sans bruits de fond. On le dit alors inusable. En France, la Normandie est leader dans la fabrication de galette digitale. Reportage en 1987 chez Aceades, leader du CD audio, une usine high-tech.

Le CD Rom

1989. Le CD Rom (Compact Disc - Read Only Memory) remplace la disquette. C'est un disque optique destiné à être lues par un ordinateur ou un lecteur compatible (salon, console de jeu, etc.). Le CD-Rom est une évolution du CD audio original. Ce nouveau support de stockage d'informations dit multimédia peut contenir du texte, de l'image et du son, jusqu'à 650 ou 700 Mo de données informatiques, soit respectivement 74 ou 80 minutes d’enregistrement audio. En 1989, Philippe Dumez présente cette nouveauté à travers la démonstration d'un logiciel sur la Révolution française.

Le disque optique numérique (DON)

Au milieu des années 90, un support prometteur fait son apparition: le disque optique numérique. En 1994, une société toulousaine est leader sur le marché avec son Gigadisc.

Le DVD

A la fin des années 90, le DVD (digital versatile disk) révolutionne le stockage. Reportage sur son développement, qui permet d'obtenir le son et l'image sur le même support. On enregistre sept fois plus d'informations que sur un CD. Il permet l'interactivité avec une qualité inégalée. En 1998, un DVD coûte encore 250 Francs (37,50 Euros) et la France est un peu à la traîne…

La clé USB

Dans les années 2000, la miniaturisation des supports de stockage s'amplifie avec la naissance de la clé USB. Amovible, elle se branche sur un ordinateur, chaînes Hi-Fi, platines DVD de salon, autoradios, radiocassettes, téléviseurs, etc. Les clés USB affichent des capacités allant de quelques Mo à 1 To. En 2006, elle permet à 16 collégiens, lourdement handicapés au lycée Toulouse-Lautrec, à Vaucresson de remplacer leur lourd cartable.

Le Cloud computing

En 2012, on passe de la miniaturisation à la dématérialisation, en tout cas du côté de l'utilisateur, avec l'apparition du Cloud (Nuage informatique). Ce nuage virtuel permet de stocker et de partager les fichiers des ordinateurs dans un serveur délocalisé dont l'accès se fait via le net. Terminé la saturation des mémoires des appareils informatiques (ordinateur, disquette), mais des questions de confidentialité et de coût se posent alors.

Les Data Centers

Avec l'apparition des objets connectés, nos données personnelles se démultiplient et se dispersent dans des Data Centers. Des lieux pas toujours bien identifiés ou localisés. Que deviennent les données stockées sur nos objets connectés ? Des informations précieuses sur chacun d'entre nous qui sont sauvegardées, mais jusqu'à quand et dans quel but ? Enfin sont-elles bien protégées ? Ce reportage de 2014 tente de répondre à ces questions.

Pour aller plus loin :

Qui dit sauvegarde, dit aussi piratage. En 1985, pour la première fois, des pirates informatiques sont arrêtés ! Ils copient et vendent des contrefaçons de programmes et de logiciels Apple sur disquettes. La législation ne prévoit pas encore de peines pour ces premiers hackers.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.