Aller au contenu principal
«Le jeu des mille euros», un éternel succès

«Le jeu des mille euros», un éternel succès

« Le jeu des mille euros » est l'émission radiophonique la plus écoutée à 12h45, soit le quart d'heure le plus fort hors les matinales. Un succès qui ne s'est jamais démenti depuis 65 ans. Son titre a évolué avec les euros, mais la fidélité des auditeurs, elle, reste la même. D'Henri Kubnick à Nicolas Stoufflet, partons à la découverte des secrets de ce jeu toujours très populaire.

Par Florence Dartois - Publié le 17.04.2018 - Mis à jour le 24.01.2023
 

C'est le jeu le plus ancien du paysage radiophonique français ! Chaque jour 1.623.000 personnes se branchent à 12h45 sur France inter pour l'écoute et tenter de répondre aux questions blanches ou bleues. Tour à tour « Jeu des cent mille francs par jour » (1958), « Jeu des mille nouveaux francs » (1960) puis « Jeu des mille francs » jusqu'en 2001, c'est aujourd'hui le « Jeu des mille euros ». Diffusé chaque jour de la semaine, il est enregistré partout en France. C'est depuis le début, un jeu itinérant. Un succès inégalé et jamais démenti.

Henri Kubnick a l'idée de ce divertissement en 1958. Il l'animera quatre ans avant de passer le flambeau à Henri Lanzac, puis Lucien Jeunesse, Louis Bozon et depuis juin 2008, Nicolas Stoufflet. L'archive en tête d'article est une présentation du jeu à l'époque de Lucien Jeunesse. C'est une sorte de bande-annonce musicale qui présente le divertissement. Chaque émission débute par une courte description bucolique des intérêts historiques ou touristiques de la ville d'enregistrement. Puis, le jeu débute, le principe, simple, a peu évolué au fil des années : des auditeurs envoient, par mail ou courrier, des questions auxquelles les candidats régionaux doivent tenter de répondre.

Les questions portent une couleur : blanche, rouge ou bleue. Lorsque le candidat butte sur une question, il peut être rattrapé par une autre question. S'il échoue à nouveau, l'auditeur gagne une petite somme. Lorsque les candidats répondent à toutes les questions, on leur propose alors de remettre leur gain en jeu avec le « banco » puis le « super banco » que le public prend plaisir à scander. Dans tous les cas, il n'y a pas de perdants puisque les candidats repartent toujours avec des cadeaux (livre, poste de radio, montre, etc.)

Cent mille francs par jour par Henri Kubnick

C'est le 19 avril 1958 que les auditeurs de la RTF ont découvert ce nouveau jeu radiophonique sur l'antenne de Paris Inter, à l'époque il s'appelait « Cent mille francs par jour ». Créée et animée par Henri Kubnick, l'émission est déjà itinérante et se déroule chaque jour dans une ville différente sous le chapiteau du cirque Pinder. La règle consiste à retrouver un objet dissimulé dans la ville, puis de répondre à des questions pour remporter un chèque de 100 000 francs. Un renfort peut aider à trouver les réponses. Dans l'archive audio ci-dessous, du 29 avril 1958, on recherche le couteau du cuisinier de la caravane du cirque Pinder. Un Bordelais, Eloi Delpech, arrive au micro et annonce qu'il a découvert l'objet. Il gagne un tourne-disque. Emile Dafosse l'aidera à remporter le prix. Parmi les questions du jour : « Si une araignée myope voulait se faire faire des lunettes, combien de verres devraient-ils y avoir ? »

Henri Kubnick passera la main à Roger Lanzac en 1962.

Entre 1962 et 1965, le flambeau est donc repris par Roger Lanzac. Dans l'archive ci-dessous, le jeu est de retour à Bordeaux. On peut déjà y trouver les fameuses questions « banco » et « super banco ». Cette fois-ci, ce sont des étudiants qui jouent. On aperçoit le réalisateur de l'émission Pierre Duflot qui note les réponses. Le célèbre xylophone, qui égrènera bientôt les trente secondes fatidiques avant la réponse, est remplacé ici par un autre instrument plutôt étrange.

Le jeu des mille nouveaux francs
1962 - 01:13 - vidéo

À Marseille en 1964, le jeu se déroule sur le Vieux Port. Dans notre archive, ce sont les sélections des candidats qui ont lieu au préalable devant un public nombreux.

Jeu des mille nouveaux francs à Marseille
1964 - 00:43 - vidéo

« Chers amis bonjour ! »

En 1965, Lucien Jeunesse prend les commandes du jeu. Sa formule « Chers amis bonjour ! » lancée en début de programme devient mythique. Tout comme celle qui achève chaque émission, « À demain, si vous le voulez bien ». En 1965, dans les coulisses, l'animateur explique le succès de ce divertissement qu'il qualifie d'« honnête ». Il décrit également la sélection des questions

L'archive ci-dessous se déroule à Reims en 1966. À l'époque, Lucien Jeunesse remet la somme gagnée en billets. « Tout le monde est gagnant dans ce jeu, aussi bien le candidat que les auditeurs qui ont envoyé les questions. C'est pourquoi ce jeu marche aussi bien depuis tant d'années », déclare-t-il alors.

Jeu des 1000 Francs à Reims
1966 - 03:09 - vidéo

Une retraite bien méritée

En 1995, après avoir passé trente ans à sillonner les routes, l'animateur de 71 ans, annonce qu'il stoppe le jeu en juillet. Dans cette interview, en direct de Trets (Bouches-du-Rhône), il explique qu'il a demandé à la direction de France inter de partir « sur la pointe des pieds », souhaitant se livrer à d'autres activités. Il songe notamment à partir en voyage de noces d'argent avec son épouse « qui ne m'a pas beaucoup vu depuis trente ans », ironise-t-il. Il souligne aussi que la culture des Français a progressé en trente ans et raconte ses débuts.

Duplex Lucien Jeunesse
1995 - 04:08 - vidéo

Diffusé le 7 juillet, le dernier jeu du saltimbanque avait été enregistré en mai 1995. Ultime tour de piste. Il lance une dernière fois sa formule magique « Chers amis bonjour ! ». Celui qui a séjourné dans 10 000 chambres d'hôtels, pris 20 000 repas au restaurant, a passé 40 000 coups de fil à son épouse, fait son autoportrait et s'en va sans dire adieu. Lucien Jeunesse décédera en 2008.

Dernier jeu des mille francs
1995 - 02:05 - vidéo

Louis Bozon, la modernisation du jeu

Après le départ de Lucien Jeunesse, « l'institution radiophonique » est reprise par Louis Bozon le 8 juillet 1995, une voix des matinales d'Inter. Il change la tirade de fin d'émission par un «Je compte sur vous ». Le public est conquis et l'animateur va moderniser le jeu en créant une émission spéciale jeunes.

L'Euro remplace le Franc

En 2001, le jeu est rebaptisé, changement de monnaie oblige : « Le Jeu des mille euros » !

Jeu des mille euros
2001 - 02:03 - vidéo

Nicolas Stoufflet : toujours en tête des audiences

Depuis 2008, Nicolas Stoufflet connaît le même succès que ses prédécesseurs et continue à visiter le terroir avec son équipe réduite. Ci-dessous, il explique que c'est en Bretagne qu'il a pris le relais de Louis Bozon pour son premier jeu.

Enregistrement du jeu des 1000 euros
2011 - 02:10 - vidéo

En 2011, Nicolas Stoufflet a reconnu que le jeu existe bien au-delà de ses animateurs. « Il faut aimer cette émission pour la présenter […] le jeu a existé avant moi et il existera après moi. L'important, c'est de ne rien changer quant aux éléments essentiels de cette émission, tout en y apportant sa petite touche personnelle ». Lui a apporté des éléments sonores et exporté l'émission à l'étranger à la rencontre des francophones.

Qui est monsieur « Ding Ding »?

Avant de donner leur réponse, les candidats ont trente secondes de réflexion. Ce délai est ponctué par un « ding ding » aigu et régulier, frappé sur un métallophone. Toujours le même, auquel les auditeurs sont habitués. Depuis 1990, c'est Yann Pailleret, attaché de production de l'émission, qui s'acquitte avec brio de cette mission, en plus de l'organisation des tournées.

Pour aller plus loin

Micros et caméras : le jeu des mille francs (1970)

Le choix d'Inter : Le jeu des mille francs : Chers amis au revoir . Reportage réalisé par Claire Servajean à l'occasion du départ en retraite du célèbre animateur du jeu, Lucien Jeunesse, après trente ans d'antenne. (juillet 1995, audio)

Les cinquante ans du jeu en 2008 (vidéo)

En 1984, le jeu est à Dakar : trois émissions fournies par l'équipe. (audio)

Le jeu animé par Lucien Jeunesse en 1969

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.