Aller au contenu principal
En 2012, le château de Villers-Cotterêts prenait l'eau

En 2012, le château de Villers-Cotterêts prenait l'eau

Ce 17 juin, Emmanuel Macron termine sa visite en Picardie par le château royal de Villers-Cotterêts pour faire le point sur l'avancement du projet de Cité internationale de la langue française. L'édifice qui a fait l'objet d'une restauration a longtemps été menacé de péril.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 24.02.2021 - Mis à jour le 17.06.2021

En 2012, le château de Villers-Cotterêts prenait l'eau

Ce 17 juin, Emmanuel Macron termine sa visite en Picardie par le château royal de Villers-Cotterêts pour faire le point sur l'avancement du projet de Cité internationale de la langue française. L'édifice qui a fait l'objet d'une restauration a longtemps été menacé de péril.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 24.02.2021 - Mis à jour le 17.06.2021
 
Ce 17 juin, Emmanuel Macron termine sa visite en Picardie par le château royal de Villers-Cotterêts pour faire le point sur l'avancement du projet de Cité internationale de la langue française. L'édifice qui a fait l'objet depuis 2019 d’un chantier de restauration d’envergure est longtemps resté en désuétude et était menacé de péril.

La transformation du château de François Ier est le grand chantier culturel du quinquennat. En 2018, l'Etat avait annoncé sa volonté de transformer le château de Villers-Cotterêts dans l'Aisne en "Cité internationale de la langue française". Elle devrait ouvrir ses portes en 2022, après une phase de rénovation. Ce reportage de 2012 montre dans quel état se trouvait l'ancien château, victime alors d'infiltrations d'eau répétitives et préjudiciables à l'édifice.

"La maison des rois qui menace ruine. Attaqué par l'humidité, le château François 1er fait triste figure. Le vainqueur de Marignan et ses successeurs aimaient Villers-Cotterêts, sa forêt. Mais le temps a passé. Leur demeure est retombée dans l'oubli. Elle cache pourtant des trésors"... "Des toitures provisoires, des fenêtres murées, des fissures et des infiltrations d'eau. L'ancien château fréquenté par tous les rois de France, de François 1er à Louis-Philippe, a bien triste allure. Depuis des travaux d'urgence réalisés il y a douze ans, rien n'a été entrepris pour sauvegarder les 20.000 mètres carrés de bâtiments". Une situation que déplorait Catherine Stervinou, la directrice de l'office du tourisme de la ville. Montrant le haut de l'escalier de pierres, elle précisait, "A cet endroit, la toiture n'est plus non plus étanche. Et donc, on a de nouveau des infiltrations d'eau. Mais dans d'autres endroits du château, c'est identique".

"Villers-Cotterêts est l'un des tous premiers ensembles de décor sculpté, les fameux caissons royaux"

Pourtant, ces lieux sont remarquables, tant pour leur architecture que pour leur histoire. En 1539 notamment, on y a signé la fameuse ordonnance de Villers-Cotterêts instituant le français comme langue nationale. Une importance historique et unique que confirmait Simon Le Bœuf, président des sociétés d'histoire de l'Aisne : "C'est l'une des premières, en tout cas l'une des plus importantes résidences royales dans l'histoire de France. Et aussi aujourd'hui, le château de Villers-Cotterêts est l'un des tous premiers ensembles de décor sculpté, les fameux caissons royaux, par rapport aux autres châteaux royaux français."

Sous le grand escalier, Christiane Riboulleau, chercheuse au service d'inventaire du patrimoine culturel de Picardie, dévoilait la richesse de l'ornementation : "là, on a un escalier très riche avec toute son emblématique royale, car vous verrez, sauf une ou deux exceptions, des salamandres, des fleurs de lys couronnées, des "F" couronnés. Donc là, c'est vraiment le roi qui affirme qu'il est le maître du lieu", un lieu unique selon elle.

En 2014, il était prévu que l'État et la commune deviennent les seuls propriétaires du château, ce qui inquiétait un peu le maire PS de la ville, Jean Claude Pruski, qui redoutait l'oubli et cherchait alors des pistes de reclassement : "Ce serait intéressant qu'il y ait un partenariat public-privé par rapport à ce site qui, comme vous l'avez vu, se dégrade. Un site historique, rare, le seul en France, Château royal, qui est dans cet état !", déplorait-t'il impuissant. A l'époque, aucun projet précis ni financement n'étaient envisagés. Mais les choses ont changé en 2017 avec un appel à projet ouvert par l'Etat. Il s'agissait alors de trouver une nouvelle affectation pour cette ancienne demeure royale qui, depuis 1994 et le départ d'une maison de retraite, était restée vide. L'Etat, propriétaire du château espérait trouver des investisseurs qui pourraient garantir son avenir.

Le futur écrin de la francophonie

En 2018, la grande nouvelle tombe : le château va être réhabilité pour devenir une cité de la francophonie. Une aubaine pour l'édifice où avait été signée par François 1er, en 1539, l'ordonnance officialisant le français comme langue officielle du royaume.

Un projet porté par Emmanuel Macron qui en avait fait une promesse de campagne. Le 7 septembre 2018, le Président de la république a fait une visite surprise sur place : "Je n'étais pas venu pour faire une annonce, j'étais venu pour vraiment être sûr de la décision. Là, je suis sûr", déclare-t-il lors d'une pause dans un café de la cité d'Alexandre Dumas après la visite du château. Ce projet sur la francophonie doit permettre selon lui d'ouvrir le château sur la ville, d'y accueillir des artistes et des touristes.

Le 13 décembre 2018, en plein conflit des gilets jaunes, Franck Riester, ministre de la Culture, se déplaçait au château de Villers-Cotterêts pour officialiser le lancement de la future "Cité internationale de la francophonie". 

Avant les travaux de rénovation pilotés par le Centre des monuments nationaux, une fouille archéologique préventive a été menée par des archéologues de l’Inrap et du service archéologique de l’Aisne dans trois secteurs du château : la cour du jeu de paume du XVIe siècle, l’arrière du château côté jardins et le jardin des dames. Depuis 2019, le château de Villers-Cotterêts fait l’objet d’un chantier de restauration d’envergure (23 000 m2 de bâtiments) piloté par le Centre des monuments nationaux (CMN). Des travaux qui devraient permettre à l'édifice de retrouver les volumes intérieurs initiaux datant des XVIe et XVIIIe siècles mais qui avaient été abîmés par les aménagements réalisés entre 1808 et 2014. 

Les fouilles archéologiques menées entre mai et août 2020 ont permis de mettre au jour d'importants vestiges avec la reconstitution d'une grande partie le plan du château médiéval. À l’arrière du logis royal, les archéologues ont démontré que le bâtiment Renaissance prenait appui sur le château médiéval, rasé au début du XVIe siècle et qu’il était construit avec les pierres retaillées de l’ancien édifice. Ils ont aussi exhumés les vestiges d’une tour carrée du château médiéval, mais aussi de petites canalisations du système d’adduction d'eau datant de la Renaissance et qui alimentait les fontaines, le château et son fossé. Les fouilles ont aussi mises en valeur des fragments d'aménagements du XVIIIe siècle disparus comme le perron et la terrasse qui surplombaient les jardins. 

Pour aller plus loin

Le château de Villers-Cotterêts revisité par l’archéologie. (Site de l'Inrap)

JT FR3 Picardie : Villers Cotterêts (Aisne), le château abandonné. Le château de Villers-Cotterêts que fît construire sous la Renaissance François 1er est à l'abandon ; il est question de le vendre ou de le démolir. C'est dans ce château que François 1er signa l'ordonnance de 1539 qui rendît le français obligatoire. D'abord utilisé par Paris comme dépotoir puis comme prison psychiatrique, c'est alors un lieu de retraite pour les vieillards. Monsieur Bouaziz, le maire de Villers-Cotterêts, a obtenu du ministère de la Culture des fonds pour sa restauration... et sa mise hors d'eau. (11 janvier 1991) 

JT Picardie Soir : la rénovation du château de Villers-Cotterêts. Le château de Villers-Cotterêts dans l'Aisne occupe une place très importante dans notre histoire... C'est en effet là que François 1er signa le 10 août 1539 l'ordonnance qui jeta les bases de l'Etat civil... Un lieu qui appartient donc au patrimoine national mais qui malheureusement a quelque peu souffert des outrages du temps... Il faudrait au moins deux cents millions de francs pour assurer une restauration complète... Le problème c'est de savoir qui va les débourser. (25 mai 2000)

JT Picardie Soir : restauration du château de Villers-Cotterêts. Une association qui a décidé de sauver le château de Villers-Côtterets. Même si on le fait visiter, ce monument est complètement laissé à l'abandon. Des amoureux des vieilles pierres ont décidé de lui trouver une utilité... Pour le restaurer. On pense déjà à une maison de la Francophonie. (18 octobre 2001)

12/13  Midi pile Picardie : Quel avenir pour le château de Villers-Cotterêts ? A Villers-Cotterêts... Où le château abritait depuis deux siècles les Hospices de la Ville de Paris. C'est désormais fini, la Mairie de Paris vient de rétrocéder ce bâtiment historique à la municipalité. Que va maintenant devenir le célèbre Château. Il est en lice pour accueillir le futur musée de l'histoire civile et militaire de France. (16 juillet 2009)

Journal Les Actualités Françaises. Le 150e anniversaire d'Alexandre Dumas. Portrait d'Alexandre Dumas illustré par des images de ses lieux de vies (dont le château) et de ses écrits. (6 août 1953)

Florence Dartois


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.