Aller au contenu principal
Depuis les années 60, la colère contre la fin des lignes de chemin de fer

Depuis les années 60, la colère contre la fin des lignes de chemin de fer

La ligne de chemin de fer Grenoble-Gap est menacée de fermeture, entraînant la mobilisation de ses usagers. Dès la fin des années 1960, la suppression des petites lignes de la SNCF provoquait la colère d'usagers attachés à ce moyen de transport.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 06.03.2019 - Mis à jour le 06.03.2019

Depuis les années 60, la colère contre la fin des lignes de chemin de fer

La ligne de chemin de fer Grenoble-Gap est menacée de fermeture, entraînant la mobilisation de ses usagers. Dès la fin des années 1960, la suppression des petites lignes de la SNCF provoquait la colère d'usagers attachés à ce moyen de transport.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 06.03.2019 - Mis à jour le 06.03.2019
Les lignes disparues - 2018 - 02:37 - vidéo
 
Les lignes disparues - 2018 - 02:37 - vidéo
La ligne de chemin de fer reliant Grenoble à Gap menace de fermer. La suppression de la seule ligne reliant les Alpes du Nord aux Alpes du Sud fait craindre à ses usagers une détérioration de leur mobilité dans la région. Dès la fin des années 1960, la suppression annoncée de lignes secondaires du réseau ferré provoquait la colère des usagers, très attachés à ce mode de transport... 

Lors de la suppression d'une ligne de chemin de fer, c'est le plus souvent le car qui est proposé comme moyen de transport palliatif. Mais, hier comme aujourd'hui, les usagers sont attachés au train. La mobilisation s'explique donc autant pour protéger la desserte du territoire que pour défendre un moyen de transport bien particulier. 

Un attachement sentimental

Et quand la sentence de la fermeture d'une ligne tombe, c'est presque toujours la même émotion, comme en témoignait cette usagère d'une ligne du Massif central en 1994 : 

« Quand on voit un si joli paysage, si romantique et si merveilleux, avec un beau soleil, ça me donne la chair de poule de voir que toutes ces belles lignes si touristiques d'Auvergne ferment ». 

Une baisse du chiffre d'affaire de 35% 

En plus de la valeur sentimentale, le passage d'un train dans une ville a bien sur aussi des retombées économiques. Exemple avec la ville de Bagnoles-de-l'Orne et sa station thermale. En 1999, sept ans après la fermeture de sa gare, un reportage de TF1 faisait état de la fermeture de plusieurs hôtels de cette ville thermale, et d'une chute importante du chiffre d'affaires dans certains commerces.

L'ouverture à la concurrence changera t-elle la donne ? 

En 2007, d'après le ministère des transports, au moins 13 600 km sur les 30 000 km que comptait le réseau ferré français n'étaient que très peu fréquentés.

D'après la fédération nationale des usagers, la fermeture des lignes devrait se poursuivre, à moins d'une libéralisation du marché, prévue fin 2019, très attendue par les régions qui espèrent en tirer bénéfice pour la réouverture de certaines lignes secondaires. 


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.