Aller au contenu principal
C'est en 2000 qu'Amazon est arrivé en France

C'est en 2000 qu'Amazon est arrivé en France

Ce lundi 5 juillet, Jeff Bezos quitte la direction opérationnelle d'Amazon. C'est en 2000 que l'entreprise américaine s'est implantée en France. Une arrivée alors vécue comme une aubaine.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 23.06.2020 - Mis à jour le 05.07.2021

C'est en 2000 qu'Amazon est arrivé en France

Ce lundi 5 juillet, Jeff Bezos quitte la direction opérationnelle d'Amazon. C'est en 2000 que l'entreprise américaine s'est implantée en France. Une arrivée alors vécue comme une aubaine.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 23.06.2020 - Mis à jour le 05.07.2021
Amazon.com - 2000 - 02:22 - vidéo
 
Amazon.com - 2000 - 02:22 - vidéo

A 57 ans, Jeff Bezos laisse lundi 5 juillet sa place de directeur général d'Amazon à son lieutenant Andy Jassy pour se consacrer à d'autres projets, à commencer par un voyage dans l'espace, le 20 juillet. Il conservera un rôle clé dans l'entreprise qu'il a fondée il y a 27 ans en restant président exécutif de son conseil d'administration.

C'est en 2000 que l'Américain visionnaire s'est implanté en France dans le très fermé secteur des biens culturels et de l'édition. Cette arrivée du géant américain dans le pays était d'ailleurs vécue comme une aubaine, un atout de plus pour dynamiser le secteur.

Le 29 août 2000, le leader du commerce électronique spécialisé alors dans la vente en ligne de livres, CD et DVD débarquait donc en France. Son fondateur et PDG Jeff Bezos était venu en personne à Paris expliquer sa démarche et ses ambitions pour le marché français qu'il estimait prometteur : "Il y a dans le monde 160 millions de personnes qui parlent français. Ils ne sont pas qu'en France, ils sont un peu partout dans le monde. Nous voulons leur donner accès à ces produits français et nous sommes persuadés que ce sera pour nous un grand succès commercial."

Les cartons dans le garage

A l'époque le seul entrepôt d'Amazon s'était installé près d'Orléans dans le Loiret. La profession surveillait le développement de l'entreprise américaine avec intérêt et s'enthousiasmait de la saine concurrence que cette implantation allait susciter. Obligée de se plier à la législation française sur le prix unique du livre, Amazon devait proposer des services attractifs pour fidéliser sa clientèle, telle la livraison gratuite. Ses concurrents hexagonaux s'appelaient alors fnac.com, Alapage.com ou bol.fr. Tous se disaient prêts à affronter leur concurrent américain et faisaient le pari du développement d'Internet. A l'image de Pierre Lansonneur, directeur financier de bol.fr. S'il évoquait, certes, l'étroitesse du marché français avec "7 millions d'internautes et 800 000 acheteurs sur Internet", il misait lui aussi sur le développement du marché du numérique, dans un secteur où les ventes en lignes étaient alors confidentielles, avec seulement 5000 livres vendus par jour.

Depuis, la société de Jeff Bezos s'est développée de manière exponentielle. Lancé dans le garage de son fondateur, qui faisait lui-même les colis, Amazon vaut aujourd'hui plus de 1.700 milliards de dollars en Bourse et a dégagé en 2020 un chiffre d'affaires de 386 milliards de dollars. C'est un groupe tentaculaire, du commerce en ligne à l'informatique dématérialisée en passant par l'épicerie, l'intelligence artificielle et la production de films.


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.