Aller au contenu principal
2007 : le métro et le RER, bien plus pollués que les rues de Paris

2007 : le métro et le RER, bien plus pollués que les rues de Paris

L’association Respire a porté plainte lundi 22 mars contre la RATP pour « tromperie aggravée » et « blessures involontaires », mettant en cause les niveaux de pollution dans le métro parisien. En 2007, un reportage de France 3 alertait déjà sur cette pollution aux particules fines.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 23.03.2021 - Mis à jour le 23.03.2021

2007 : le métro et le RER, bien plus pollués que les rues de Paris

L’association Respire a porté plainte lundi 22 mars contre la RATP pour « tromperie aggravée » et « blessures involontaires », mettant en cause les niveaux de pollution dans le métro parisien. En 2007, un reportage de France 3 alertait déjà sur cette pollution aux particules fines.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 23.03.2021 - Mis à jour le 23.03.2021
Qualité de l'air dans le métro - 2007 - 01:48 - vidéo
 
Qualité de l'air dans le métro - 2007 - 01:48 - vidéo

Dans sa plainte, déposée ce lundi 22 mars auprès du tribunal judiciaire de Paris, l'association Respire reproche à la RATP de ne pas informer les usagers sur les risques liés à l’exposition aux particules fines dans le métro et le RER. 

Le 9 novembre 2007, un reportage du 12/13 de l'édition régionale Paris Ile-de-France, sur France 3, consacrait un reportage à la piètre qualité de l'air dans les transports en commun franciliens. 

Premier incriminé, le métro, décrit comme « particulièrement pollué ». A la station Strasbourg-Saint-Denis, les usagers ne semblent pas étonnés d'apprendre que leurs trajets quotidiens sous terre « sont loin d'être des parcours de santé ». Pour cet usager, les symptômes de la pollution sont bien présents : « Grattement de gorge, les yeux qui piquent un peu, on a qu’une envie, sortir. On a pas envie d’y rester, la preuve j’en pleure ! »

La cause de cette pollution ? Des particules fines d'origine métalliques, qui proviennent « du freinage des rames et du frottement sur les rails ».

Un phénomène encore plus problématique sur le réseau des RER, qui serait alors jusqu'à « quatre fois plus pollué que le métro ». 

La solution avancée est le renouvellement du matériel roulant et des systèmes de ventilation. « Des rames neuves permettraient de réduire de 30 % les particules ». 

Selon le journal "Le Monde", fin janvier 2021, la région Ile-de-France a annoncé sa volonté de dépolluer d'ici à 2033 « l’air dans les espaces souterrains du métro et du RER et répondre ainsi aux attentes des Franciliens ». Une ambition qui devrait passer par le renouvellement des trains, avec un plan de 10 milliards d'euros notamment prévu pour les lignes B, D et E du RER. Sont également prévus de nouveaux systèmes de freinage électriques moins émissifs en particules et le remplacement des extracteurs d'air, pour 200 millions d'euros. 

Pour aller plus loin : 

Quand le métro se parfume, sujet des Actualités françaises du 7 janvier 1955 : Le métro parisien s'apprête à adopter un système de pulvérisation de parfum sur chaque rame afin d'atténuer les mauvaises odeurs qui stagnent dans les souterrains.

La qualité de l'air dans le métro, reportage de l'édition nationale du 19/20, sur France 3, diffusé le 21 octobre 2010 : Reportage dans le réseau du métropolitain à propos de la pollution de l'air sur certaines lignes, une nuisance dont la dangerosité n'est pas encore parfaitement définie.


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.