Aller au contenu principal
2005, Frédéric Mitterrand à propos de son livre "La mauvaise vie"

2005, Frédéric Mitterrand à propos de son livre "La mauvaise vie"

Dans son roman autobiographique, publié en 2005, Frédéric Mitterrand confie qu'il s'est livré au tourisme sexuel à Bangkok. Sorti sans polémique, ce livre revint sur le devant de la scène quand, ministre de la Culture, il prit la défense de Roman Polanski, accusé de viol sur mineure.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 09.10.2009 - Mis à jour le 15.01.2021

2005, Frédéric Mitterrand à propos de son livre "La mauvaise vie"

Dans son roman autobiographique, publié en 2005, Frédéric Mitterrand confie qu'il s'est livré au tourisme sexuel à Bangkok. Sorti sans polémique, ce livre revint sur le devant de la scène quand, ministre de la Culture, il prit la défense de Roman Polanski, accusé de viol sur mineure.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 09.10.2009 - Mis à jour le 15.01.2021
 

Le 28 mai 2005, dans  l'émission Face à l'image, Frédéric Mitterrand, auteur du livre La mauvaise vie, paru aux Editions Robert Laffont, répond à la question du journaliste : "Pourquoi avoir écrit ce livre aujourd'hui ?"

"Précisément par ce que je ne suis pas vraiment serein. Avec les années qui passent, alors que ma vie s'est écoulée, et qu'il ne me reste plus peut-être autant de temps que je pourrais l'espérer pour faire des choses qui m'intéressent. Je n'ai plus envie de me contenter de faux semblants, donc j'ai envie d'être honnête dans tous les domaines".

"Je crois qu'on peut parler de tout, à condition de prendre le lecteur avec soi ..."

Bernard Benyamin souligne qu'il ne cache rien et que certains passages pourraient choque les lecteurs, notamment dans son chapitre sur la Thaïlande. L'auteur répond : "Je tiens à regarder tout à distance et à observer une certaine pudeur. Je crois qu'on peut parler de tout, à condition de prendre le lecteur avec soi et de l'emmener dans des endroits dangereux, des endroits glauques, en lui disant je ne vais pas vous choquer, je vais presque vous protéger. Je vais vous montrer comment c'est. Et puis, je vais vous montrer aussi une chose à laquelle peut-être vous ne pensez pas, c'est que même dans les endroits les pires il peut y avoir des sentiments, il peut y avoir de la beauté, il peut y avoir des échanges. Il peut se passer quelque chose qui relève de l'humain. Et à cause de ça, il faut avoir une certaine pudeur et trouver dans la manière de raconter les choses un ton qui vous rapproche du lecteur et qui ne le provoque pas, ne le met pas mal à l'aise. Cependant, il faut aussi tout dire".

"Je veux montrer aussi la difficulté que j'ai face à cette horreur..."

Concernant la Thaïlande, le journaliste fait remarquer qu'on est dans un système de sexe et d'argent. L'écrivain répond qu'il ne passe pas sur le plan moral, "même si en fait j'y fais allusion.", il explique qu'il commence ce passage par une phrase que lui avait dite Delphine Seyrig et qui le poursuit : "si vous faites l'amour avec quelqu'un et que vous le payez,c'est qu'il y a quelque chose de malade en vous." Frédéric Mitterrand confie qu'il veut bien "montrer l'horreur, mais je veux montrer aussi la difficulté que j'ai face à cette horreur. Et je pense que c'est en ce sens que ça peut, peut-être servir, à moi et à d'autres gens".

Pour aller plus loin

12-14 Edition nationale : invité Frédéric Mitterrand. Il évoque avec Elise Lucet son livre "La mauvaise vie". (9 avril 2005)

Un livre, un jour : La mauvaise vie (17 mai 2005)


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.