Aller au contenu principal
2001, la gare du Nord fait peau neuve

2001, la gare du Nord fait peau neuve

La SNCF abandonne le projet de transformation de la gare du Nord porté par la société StatioNord, une filiale du groupe Auchan. Une décision motivée par le surcoût du chantier et un calendrier en constant dérapage. Retour en 2001, lors de la plus importante transformation de la gare depuis le 19e siècle.

 

Par Cyrille Beyer - Publié le 17.12.2019 - Mis à jour le 22.09.2021

2001, la gare du Nord fait peau neuve

La SNCF abandonne le projet de transformation de la gare du Nord porté par la société StatioNord, une filiale du groupe Auchan. Une décision motivée par le surcoût du chantier et un calendrier en constant dérapage. Retour en 2001, lors de la plus importante transformation de la gare depuis le 19e siècle.

 

Par Cyrille Beyer - Publié le 17.12.2019 - Mis à jour le 22.09.2021
Inauguration Gare du Nord - 2001 - 02:12 - vidéo
 
Inauguration Gare du Nord - 2001 - 02:12 - vidéo

La SNCF renonce. Après des années de concertation avec la ville de Paris, l’étude de plusieurs cabinets d’architectes et une modification importante de son projet en novembre 2020, la société ferroviaire abandonne l’ambitieux projet de rénovation de la gare du Nord. Porté par la société StatioNord, une société commune entre Ceetrus, filiale immobilière du groupe Auchan, et la SNCF, ce projet devait transformer la première gare d’Europe en vue des jeux olympiques de 2024. Mais les surcoûts importants du chantier et un calendrier en constant dérapage ont décidé la SNCF d’y mettre fin en l’état. 

La SNCF va néanmoins « immédiatement engager […] la conception d'un nouveau projet de transformation de la Gare du Nord, élaboré en concertation étroite avec les acteurs publics concernés », a tenu à préciser l'entreprise ferroviaire. La mairie de Paris et les associations de riverains sont toujours très attachées à la transformation de cette gare qui occupe une place importante dans la vie du 10e arrondissement, mais aussi dans les transits entre la capitale et sa banlieue. Car en plus de l'accueil des trains internationaux, nationaux et régionaux, la gare est en effet également un pôle essentiel des flux de métro et de RER pour Paris et sa banlieue.

Haussmannien

La gare du Nord, construite en 1846, a acquis son visage actuel, et notamment la grande façade monumentale sur la rue de Dunkerque, en 1866, après les travaux de restructuration entrepris par Jacques Hittorff, architecte en chef des transformations du Paris haussmannien.  Jusqu’à la fin des années 1990, le bâtiment en surface ne subit pas de changements majeurs.

Mais le 22 novembre 2001, après quatre ans de travaux, Daniel Bilalian annonce dans le journal télévisé du 13h de France 2 « la peau neuve » de la gare : une vaste verrière adjacente au bâtiment historique, destinée à faciliter les déplacements des voyageurs parisiens et franciliens en gare souterraine.

Flux souterrain

Car en sous-sol, de nombreux aménagements ont au contraire eu lieu au cours du XXe siècle : dès 1907, les deux lignes de métro desservant la gare sont ouvertes (la 4 et la 5). Surtout, à la fin des années 1970, la construction de la gare souterraine destinée à accueillir la ligne B du RER et les lignes du réseau régional créée de nouveaux usages et entraîne un nombre accru de voyageurs. Enfin, en 1999, Lionel Jospin inaugure la nouvelle gare souterraine de Magenta, pour la ligne E du RER.

Tous ces flux en sous-sol, et les liaisons nécessaires avec les quais en surface, entraînent la construction d'une vaste verrière. Le commentaire du reportage de France 2 montre tout le chemin parcouru : « Une halle de verre et de métal abrite désormais un espace clair et la lumière devrait inonder les cinq strates de la gare. Tout a été fait pour casser l’ambiance oppressante ». L’une des architectes, Joëlle Deson, évoque justement cet inconfort qu’éprouvaient les usagers de l’ancienne gare : « Auparavant, les gens se perdaient et avaient un sentiment d’insécurité, puisqu’il n’y avait pas de lumière naturelle ». Une lumière d’autant plus importante que les vitres de la grande verrière du XIXe siècle étaient totalement noircies par la fumée des trains à vapeur qui desservaient la gare jusqu’en 1970. 

Déjà première gare d’Europe au début des années 2000 avec 160 millions de voyageurs par an, la gare du Nord atteint en 2018 un trafic record de 292 millions de voyageurs, trafic du RER B compris. 
 

 

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.