Aller au contenu principal
1981 : le Val-de-Marne, bastion communiste

1981 : le Val-de-Marne, bastion communiste

Bastion du PCF depuis 1976 et dernier département tenu par les communistes en France, le Val-de-Marne a basculé à droite ce dimanche 27 juin. Retour en 1981, lorsque les communistes revendiquaient leur force électorale dans le Val-de-Marne.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 28.06.2021 - Mis à jour le 29.06.2021

1981 : le Val-de-Marne, bastion communiste

Bastion du PCF depuis 1976 et dernier département tenu par les communistes en France, le Val-de-Marne a basculé à droite ce dimanche 27 juin. Retour en 1981, lorsque les communistes revendiquaient leur force électorale dans le Val-de-Marne.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 28.06.2021 - Mis à jour le 29.06.2021
 
Bastion du PCF depuis 1976 et dernier département tenu par les communistes en France, le Val-de-Marne a basculé à droite ce dimanche 27 juin. Retour en 1981, lorsque les communistes revendiquaient leur assise électorale dans le Val-de-Marne.

Le Val-de-Marne, dernier département dirigé par les communistes à la faveur d'une alliance avec les partis de gauche, a basculé à droite ce dimanche 27 juin à la faveur des résultats des élections départementales. La liste de droite « Ensemble réveillons le Val-de-Marne », emmenée par Olivier Capitanio, a remporté les suffrages des électeurs face à l'alliance des partis de gauche dirigée par le communiste Cristian Favier. 

C'est la fin d'une époque pour le département situé à l'est de la petite couronne parisienne. Depuis sa création en 1968, le Val-de-Marne a été gouverné par le parti communiste, à l'exception des 6 ans, entre 1970 et 1976, où l'UDR Roland Nungesser, maire de Nogent-sur-Marne, présida le conseil général. 

Le 7 janvier 1981, un reportage des Actualités régionales d'Ile-de-France s'intéressait à la situation du PCF dans le département à l'occasion de l'ouverture de la maison des communistes à Ivry-sur-Seine. 

Combativité

Guy Poussy, le secrétaire de la fédération communiste du Val-de-Marne, revendiquait fièrement une hausse du nombre d'adhérents, de "20 119 en 1975 à 27 000 en 1980" : "je pense que tous les partis dans le département et en France souhaiteraient sans doute avoir les résultats et la santé du parti communiste et de la fédération du Val de Marne". 

Mais cette santé apparente ne faisait pas consensus. Pour le maire de droite de Nogent-sur-Marne Roland Nungesser, ancien président du Conseil entre 1970 et 1976, le parti communiste, "contrairement à la Seine-Saint-Denis où il dispose de la majorité absolue" est dans une position toujours "indécise par rapport à la majorité" dans le Val-de-Marne, une position qui le contraint toujours "à se battre". 

Cette combativité des communistes du Val-de-Marne, le président PCF du conseil général, Michel Germa, l'explique au contraire par les pressions dont seraient victimes les communistes de la part du pouvoir politique national : "Violence politique d'abord, par le découpage incohérent qui a été fait pour donner ce département à diriger par la droite alors que la gauche a toujours été majoritaire dans ce département. Deuxième aspect, violence économique : nous sommes un département industriel qui a vu dans les dix dernières années un quart de ses emplois cassés par le pouvoir, déménagés par le pouvoir". 

Michel Germa allait continuer à diriger le Val-de-Marne pendant près de vingt ans, jusqu'en 2001, date à laquelle le président sortant, Christian Favier, le remplaçait (2001-2021). 


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.