Aller au contenu principal
1965 : après les émeutes de Watts, la colère de la jeunesse noire américaine

1965 : après les émeutes de Watts, la colère de la jeunesse noire américaine

Du 11 au 17 août 1965, le quartier noir de Watts s'enflammait après une altercation entre trois Afro-américains et la police. Des émeutes pour dénoncer les discriminations raciales, qui coûteront la vie à 34 personnes, dont 31 émeutiers.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 10.08.2020 - Mis à jour le 12.08.2020

1965 : après les émeutes de Watts, la colère de la jeunesse noire américaine

Du 11 au 17 août 1965, le quartier noir de Watts s'enflammait après une altercation entre trois Afro-américains et la police. Des émeutes pour dénoncer les discriminations raciales, qui coûteront la vie à 34 personnes, dont 31 émeutiers.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 10.08.2020 - Mis à jour le 12.08.2020
 
Du 11 au 17 août 1965, le quartier noir de Watts, à Los Angeles, s'enflammait après une altercation entre trois Afro-américains et des membres de la police. Des émeutes violentes pour dénoncer les discriminations raciales dont étaient victimes les noirs, qui coûteront la vie à 34 personnes, dont 31 émeutiers. 

Le 10 septembre, l'émission 5 colonnes à la Une se rendait sur les lieux de l'émeute afin de comprendre les raisons qui avaient entraîné ces violences alors inédites dans le paysage urbain américain. Un jeune homme noir américain expliquait ainsi dans un français parfait les raisons de la colère de la communauté noire : « Le racisme ici [en Californie] n'est pas ouvert, contrairement au Sud [des Etats-Unis]. Dans le Sud, on vous appelle "sale nègre" devant vous, mais ici, les blancs vous disent que tout va bien, que vous êtes un "bon noir". Mais quand vous avez le dos tourné, alors ils vous appellent à leur tour "sale nègre" ».

Le jeune homme dénonce ensuite la racialisation d'une société obsédée par la couleur de peau : « Tous les jours, dans les journaux, on parle des noirs, des blancs, on ne parle pas de citoyens, mais de noirs, de Mexicains, de Japonais, de Chinois... ».

Et de conclure : « Ici, [aux Etats-Unis], vous sentez véritablement à quelle race vous appartenez, parce qu'on vous éduque à le ressentir comme tel ».


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.