Aller au contenu principal
1959 : quand la télé aidait les femmes à supprimer leurs cernes

1959 : quand la télé aidait les femmes à supprimer leurs cernes

Venue tout droit de Tik Tok, la nouvelle mode chez les jeunes femmes de la génération Z, est de faire ressortir leurs cernes. Une idée que leurs grands-mères auraient trouvée bien saugrenue. Au contraire, dans les années 50, les femmes faisaient tout pour les faire disparaître.

Par Florence Dartois - Publié le 20.10.2021
Supplément la femme chez elle du 9 mai 1959 - 1959 - 17:01 - vidéo
 

Il semblerait que les cernes soient en vogue chez les jeunes femmes de la génération Z (nées entre 1997 et 2010). Ce mouvement, plutôt étonnant, est né sur le réseau social TikTok. A l'origine de ce courant, une jeune américaine de 19 ans, Sara Carstens, qui, en décembre 2020, s'était filmée alors qu'elle maquillait sciemment ses cernes pour les rendre plus visibles. Au New York Times, elle a déclaré qu'elle souhaitait "normaliser les cernes".

Interrogée sur ce phénomène, par Le Parisien, le 19 octobre 2021, la psychologue et psychanalyste Catherine Grangeard y voit une représentation inconsciente de la femme adulte en 2021, fortement impactée par la crise sanitaire du Covid-19. Une période qui a augmenté la charge mentale, l’angoisse ou l’anxiété. "On pourrait se dire que ces cernes soulignés sont une façon d’exprimer le ras-le-bol des codes de beauté, de prendre le contre-pied de l’injonction à paraître en forme, de revendiquer un côté un peu déglingué. Mais l’aspect négatif est que cela banalise l’épuisement des femmes", explique l’experte dans cet article.

Quoi qu'il en soit, nous sommes loin des critères en vogue jusqu'à présent, obligeant la femme à arborer un regard lumineux, exempt de toute trace de fatigue. Et vous allez le constater dans cette archive proposée en tête d'article, la femme de la fin des années 1950 pouvait compter sur les magazines féminins diffusés à la télévision pour l'aider à chasser les cernes disgracieux.

Le regard : miroir de l'état d'âme

Nous sommes le 9 mai 1959, dans la rubrique beauté de "La femme chez elle", le supplément du magazine féminin télévisé, diffusé sur l'unique chaîne de la RTF. La chronique beauté du jour est consacrée à la chasse aux cernes et débute ainsi : "Un psychologue ou un amoureux trouverait dans ce regard la réponse à bien des questions sur les états d'âme de cette demoiselle. Mais ce que le spécialiste de la beauté y découvre tout de suite c'est un cerne, une ombre, le signe de la fatigue, qui se manifeste souvent par des picotements, une paupière qui brûle…"

Au lieu de se frotter les yeux, cette rubrique proposait aux téléspectatrices quelques conseils de massages apaisants, de fabrications de compresses imbibées d'eau de camomille ou de bleuet, afin de retrouver un regard jeune et reposé.

Toujours selon la psychanalyste,  interrogée par Le Parisien "souligner ses cernes reviendrait aussi à souligner la fatigue de cette génération Covid qui fut dépourvue de vie sociale pendant un long moment, qui n’a pas pu suivre sa scolarité normalement et dont les perspectives d’avenir ne sont pas franchement réjouissantes."  Toujours selon cet article, d'après un sondage Ipsos de janvier 2021, 40 % des 18-24 ans étaient les plus affectés par un trouble anxieux.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.