Aller au contenu principal
18 mars 2010, Simone Veil entre à l'Académie française

18 mars 2010, Simone Veil entre à l'Académie française

Le 18 mars 2010, Simone Veil entrait à l'Académie française. Elle était la sixième femme à devenir immortelle. Honorée par ses pairs, elle prononçait son discours devant trois présidents de la République.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 17.03.2020 - Mis à jour le 17.03.2020

18 mars 2010, Simone Veil entre à l'Académie française

Le 18 mars 2010, Simone Veil entrait à l'Académie française. Elle était la sixième femme à devenir immortelle. Honorée par ses pairs, elle prononçait son discours devant trois présidents de la République.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 17.03.2020 - Mis à jour le 17.03.2020
 

Élue à l'Académie française le 20 novembre 2008, elle est reçue sous la Coupole le 18 mars 2010. Dans son discours, l'ancienne ministre de la Santé évoque en premier lieu le souvenir de ses parents disparus en camps de concentration et à jamais présents dans son cœur : "Moi qui ne quitte pas la pensée de ma mère, jour après jour, deux tiers de siècle après sa disparition dans l'enfer de Bergen-Belsen, c'est à elle que je pensais. C'est aussi à mon père, déporté lui aussi et qui a disparu dans les Pays Baltes, qui m'accompagne.

Puis c'est au tour de Jean d'Ormesson de rendre hommage à cette femme d'exception qu'il qualifie "d'icône" et de reconnaître son courage, s'adressant à elle : "Ce que vous êtes d'abord, c'est courageuse et les Français aiment le courage." Suit un portrait en images de la première femme ministre, première femme élue au conseil de la magistrature et première aussi à présider le Parlement Européen.

"C'est une femme engagée et charismatique que les Académiciens ont aujourd'hui honorée", précise le commentaire.

Quelques heures avant sa consécration, cette humaniste avait reçu les caméra de France 3. Elle leur présentait son épée dont le pommeau avait été gravé d'une branche d'olivier et de son matricule de déportée d'Auschwitz, pour ne pas oublier...

Le commentaire précise que Simone Veil témoigne alors d'une carrière et d'un engagement exemplaires. Rescapée des camps de concentration, elle fut ministre et présidente du Parlement Européen, à l'origine du vote de la loi pour l'avortement en 1974. Elle se souvient de son arrivée au camp d'extermination d'Auschwitz. A quelques heures de son intronisation l'humaniste se souvient : "Quand on arrivait sur le quai où le train s'arrêtait, il y avait une rampe. Je me souviens très bien d'un Français me disant quel âge vous avez et j'ai dit j'ai 16 ans et il m'a dit, dites plutôt que vous en avez un peu plus, parce-que sans ça, vous n'entrez pas.

A propos de son entrée à l'Académie, au siège 13 qu'occupait Racine, elle ajoute : "Ce n'est pas seulement des questions de langue mais c'est aussi une véritable philosophie et une volonté de mettre en valeur certaines valeurs françaises."

Jean d'Ormesson souligne qu'elle n'est que la sixième femme à entrer sous la coupole et le déplore : "On est encore loin de la parité. Donc non seulement, elle est très représentative de son époque mais elle est une femme et c'est à ce titre, je crois, que l'Académie la reçoit avec un peu d'éclat."

Pour aller plus loin

Réception de Madame Simone Veil à l'Académie Française. Intégrale (18 mars 2010)

Extrait de la cérémonie, discours de Jean d'Ormesson, partie 1 et partie 2

12-13 de France 3 : Portrait de Simone Veil avant son élection. (20 novembre 2008)

13 heures de France 2 avant la cérémonie : Direct de Samah Soula en duplex de l'Académie Française à Paris. (18 mars 2010)

Cérémonie en résumé dans le 20h00  de F2.


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.