Aller au contenu principal
13 mai 1981 : le pape Jean Paul II victime d'un attentat

13 mai 1981 : le pape Jean Paul II victime d'un attentat

Ces images sont exceptionnelles : il y a 40 ans, le souverain pontife a été la cible d'un attentat par arme à feu en plein centre de la place Saint-Pierre. Deux ans plus tard, le pape rencontrera le tireur au cours d'une rencontre incroyable.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 04.05.2021 - Mis à jour le 04.05.2021

13 mai 1981 : le pape Jean Paul II victime d'un attentat

Ces images sont exceptionnelles : il y a 40 ans, le souverain pontife a été la cible d'un attentat par arme à feu en plein centre de la place Saint-Pierre. Deux ans plus tard, le pape rencontrera le tireur au cours d'une rencontre incroyable.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 04.05.2021 - Mis à jour le 04.05.2021
Attentat pape - 1981 - 03:02 - vidéo
 
Attentat pape - 1981 - 03:02 - vidéo
Il y a 40 ans, le souverain pontife a été la cible d'un attentat par arme à feu. Deux ans plus tard, le pape rencontrera le tireur au cours d'une rencontre incroyable.

Ces images sont exceptionnelles : nous étions le mercredi 13 mai 1981 après-midi, et au cours de l'audience générale hebdomadaire place Saint-Pierre à Rome, le pape Jean Paul II est victime d'un attentat. Un homme a tiré sur le souverain pontife. Il était 17h21.

Les premières images qui parviennent montrent la voiture découverte du pape quitter la place juste après les coups de feu. On voit au passage du véhicule Jean Paul II couché à l'arrière, entouré de son secrétaire personnel et de son valet de chambre. Atteint de trois balles - une dans l'abdomen, l'autre dans la main gauche et la troisième dans le bras droit -, le pape est opéré puis admis en réanimation. Il a survécu et a échappé de peu à la mort, une balle étant passée à quelques millimètres de l'aorte sans endommager ni la colonne vertébrale ni aucun point vital. Mais ça, on ne le saura pas tout de suite.

L'image du pardon

Le tireur sera immédiatement arrêté. Il s'agit d'un Turc de 23 ans, Mehemet Ali Agça. Il était à trois mètres du pape au moment de tirer. Le dimanche 17 mai, soit quatre jours après l'attentat, Jean Paul II célèbrera une messe et, de son lit d'hôpital, il a exprimé un message de pardon diffusé place Saint-Pierre : "Je prie pour le frère qui m'a tiré dessus et je lui ai sincèrement pardonné."

Les causes du geste d'Ali Agça sont toujours floues mais on sait qu'il était membre d'un mouvement extrémiste, les Loups gris. Il sera condamné à la prison à vie quelques mois après les faits. 

En décembre 1983, deux ans après l'attentat, une scène incroyable se joue dans la cellule du jeune homme : le pape, qui lui a donc pardonné, lui rend visite et les deux hommes échangent pendant une vingtaine de minutes. "Avons-nous déjà vu un homme, même s'il est d'église, serrer le bras de celui qui a voulu l'assassiner ?", dit le journaliste en commentant les images. 

La Vierge de Fatima, dont la première apparition a pour jour anniversaire le 13 mai, a dévié la balle, affirmera Jean Paul II pour tenter expliquer comment il s'en est sorti.


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.