De nombreuses grandes villes des Etats-Unis sont la scène d'importantes émeutes raciales, après la mort de George Floyd lundi dernier. Retour sur un demi siècle de violences urbaines, reflets des tensions interraciales du pays.

Si le Mouvement des droits civiques a entamé un début de changement des mentalités, aboutissant de fait à la fin de la ségrégation raciale en 1964, le pays reste malgré tout profondément divisé entre communautés blanche et noire, surtout dans les Etats du Sud. Régulièrement, les Noirs américains déplorent des bavures commises à leur encontre par les forces de l'ordre. Certaines d'entre elles ont entraîné des émeutes, symptômes d'une injustice sociétale prégnante encore aujourd'hui aux Etats-Unis.

Retour sur les événements les plus marquants des dernières décennies.

Les émeutes de Watts

Du 11 août 1965 au 17 août 1965, le quartier noir de Watts, à Los Angeles, s'embrase. La violence jaillit après une altercation entre trois membres d'une famille afro-américaine et des policiers blancs. Un couvre-feu est imposé et l'armée doit intervenir pour rétablir l'ordre. Pendant les 6 jours de troubles que durent les événements de Watts, on compte 34 morts, dont 23 civils tués par la police et plus d'un millier de blessés. Des centaines de bâtiments sont partis en flammes.

Le Long, hot summer of 1967 (Long et chaud été 1967)

Durant l'été 1967 les Etats-Unis sont la proie d'émeutes raciales qui touchent 159 villes. La violence culmine à Détroit : du 23 au 27 juillet 1967, on compte 43 morts (dont 24 ont abattus par des policiers et des soldats de l'Army National Guard), 467 blessés, environ 7 200 arrestations et la destruction d'environ 2 000 édifices. En réponse à ces événements tragiques, le président Johnson lance la commission Kerner pour enquêter sur les causes des tensions raciales et tenter d'apporter des éléments de réponse.

Les émeutes de Miami

En mai 1980, une émeute survient à Miami après l’acquittement de quatre policiers blancs jugés pour la mort d’un motocycliste noir, uniquement coupable d’un excès de vitesse. S’ensuivent trois jours de violences qui feront 18 morts et des centaines de blessés, révélant le malaise interethnique de la société américaine.

Brooklyn s’embrase

En 1991, à Brooklyn, un petit garçon noir est percuté par l’automobile d’un rabbin et trouve la mort, provoquant la colère de sa communauté. Un professeur juif est assassiné à l’issue de plusieurs journées de violences entre la communauté noire et la communauté juive de Brooklyn, fragilisant l’image cosmopolite de New York.

Violence inouïe à Los Angeles, près de 30 ans après Watts

Un nouvel acquittement de policiers blancs responsables de la mort d’un Noir entraîne en 1992 les plus fortes émeutes à Los Angeles depuis la révolte du quartier de Watts en 1965. L’état d’urgence est décrété. Les violences après plusieurs jours feront une cinquantaine de victimes.

Le meurtre de Trayvon Martin

En 2012, le meurtre d’un jeune lycéen afro américain de 17 ans, Trayvon Martin, par son voisin, provoque une vague d’indignation aux Etats-Unis. Le Président Barack Obama et de nombreuses personnalités du monde médiatique font part de leur émotion.  

2014 : nouvelle année de violences entre la police et la communauté afro-américaine

En 2014, Michael Brown, un jeune noir de 18 ans, est tué par la police de la petite ville de Ferguson, dans le Missouri. De graves émeutes éclatent dans la ville.

Ce nouvel excès de violence révèle une fois encore le sentiment d’injustice sociale et de déclassement ressenti par la communauté noire américaine. Des décennies après le mouvement des droits civiques, les différences économiques restent criantes.

Le même été voit une nouvelle affaire raciale éclater dans le pays. A New York, une nouvelle arrestation musclée sur la voie publique entraîne la mort d’un homme. S’ensuivent de nouvelles manifestations importantes dans le pays pour réclamer justice et une police impartiale.

Rédaction Ina le 12/07/2016 à 16:49. Dernière mise à jour le 03/06/2020 à 09:31.
Histoire et conflits Economie et société